Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

08/04/20 : Charente-Maritime : la Ville de Royan a pris un arrêté municipal ce 8 avril pour obliger le port du masque ou d'un "dispositif nasal et buccal" lors des déplacements dans l'espace public, "pour les personnes de plus de 10 ans", jusqu'au 15 avril.

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.




- Publicité -
  • 10/04/20 | Le préfet de la Corrèze adresse un message vidéo

    Lire

    Le département de la Corrèze compte à ce jour 11 victimes du Covid19. Au travers d’un message vidéo, le préfet de la Corrèze en appelle à tous pour respecter le confinement en ce week-end de Pâques. Une mobilisation exceptionnelle des policiers et des gendarmes sera mise en place pour le week-end pascal afin de s’assurer du respect du confinement.

  • 10/04/20 | Obligation de port de masque : le maire de Royan (17) contraint de reculer

    Lire

    Le maire de Royan Patrick Marengo a édité un arrêté le 8 avril obligeant tous les habitants de la commune à porter un masque pour se déplacer. Mesure illégale, lui a rétorqué le préfet de la Charente-Maritime. Patrick Marengo l'a donc retiré pour éditer un nouvel arrêté "encourageant fortement" le port du masque. L'élu a également lancé un appel à contribution pour réaliser des masques artisanaux, pour compléter les 22 000 masques FFP1 commandés par la Ville. contact : santé@mairie-royan.fr.

  • 10/04/20 | L'Engie Open de tennis de Biarritz annulé

    Lire

    L'Engie Open de tennis de Biarritz, organisé par Quaterback qui était programmé entre le 13 et le 19 juillet a été annulé en raison de la pandémie de Covid19. L’annonce par les instances internationales du gel des compétitions ATP et WTA jusqu’au 13 juillet et des mesures de confinement annoncées dans l’hexagone pendant une période incertaine ne permettent pas l’organisation de ce tournoi. En collaboration avec les instances du tennis ITF et FFT, les organisateurs se projettent vers l’édition 2021 afin que ce tournoi demeure un tournoi de référence.

  • 10/04/20 | Pas de pénurie de masques selon le préfet de la Dordogne

    Lire

    Lors d'un point presse, le préfet Frédéric Périssat, a annoncé que 900.000 masques avaient été distribués aux personnels soignants et aides à domicile depuis un mois. Le préfet estime qu'il n'y a "pas de pénurie" de masques. 140.000 masques ont été récupérés dans des entreprises ou dans des collectivités. Les infirmiers et médecins libéraux du département vont d'ailleurs se voir fournir, par l'Agence Régionale de Santé, 23.000 masques en supplément ainsi que 1000 litres de gel hydroalcoolique.

  • 10/04/20 | Interbev solidaire avec les soignants et les viandes régionales

    Lire

    Durant cette période de consommation traditionnelle de viande d’agneau et de veau, Interbev N-A soutient les actions de solidarité en offrant des repas à base de viandes régionales d’agneau et de veau aux hôpitaux et EHPAD : 120 repas à base d’Agneau du Limousin IGP* et de Veau élevé sous la mère IGP* Label Rouge ont été servis au personnel du CHU de Limoges le 7/04, et 500 repas à base d’Agneau de Pauillac IGP Label Rouge le seront ce jour au personnel du CHU de Bordeau. D'autres actions sont à venir auprès des CHU de Brive et de Poitiers, des EHPAD de la Corrèze, de la Vienne et des Pyrénées-Atlantiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Un air d'été, des banlieues en attente, une Italie renversée...

Bon : 27 degrés à l'ombre sous le tilleul qui sera en fleur avant longtemps ; ça va ! Il est vrai que nous serons demain le 21, date de l'été … Après tout, on peut bien le célébrer avec un mois d'avance. Et puis épouser l'humeur d'été, de bonne heure, c'est considérer qu'en ce printemps la nature se réjouit d'un peu de vraie chaleur, après des semaines et des semaines de pluie qui autorisent, désormais, une belle récolte de foin. La vigne dont nous savons bien, ici, qu'elle aime la chaleur, s'en donne à cœur joie ; elle pousse ses rameaux et, pour ce que nous en voyons aujourd'hui, développe ses petites mannes qui sont la promesse de belle grappes, dont on mesurera mieux le potentiel lorsque, une fois la floraison terminée, nous distinguerons les petits grains naissants en priant pour que la chaleur persiste doucement et que la pluie et les nuits trop fraîches nous fichent la paix pour éviter la coulure. Etape cruciale, comme pour bien d'autres plantes, sur le long et épineux chemin de la fleur au fruit qui nous renvoie à l'humilité nécessaire pour accompagner, au mieux, le cours de la nature.

En tout cas, ces vérités là, écrivons-le une fois encore, nous permettent de prendre quelque distance avec ce qu'il est convenu d'appeler l'actualité et d'attendre, sans trop d'impatience, les rendez vous annoncés de la semaine. Il en est quand même un que nous surveillons avec soin car, entre ce qui sera dit par le président de la république et ce que nous connaissons des défis à relever pour redonner le plus de sens possible à ce fameux « vivre ensemble, au lendemain du rapport présenté par le père de la rénovation urbaine Jean-Louis Borloo , nous pourrons discerner si, oui ou non, le nouveau pouvoir entend prendre à bras le corps la situation des banlieues. De cette autre France qui, au-delà d'une vitalité indéniable, conjugue tant de maux: le chômage des jeunes, des îlots d'économie parallèle, l'émergence d'un communautarisme qui se nourrit de tout cela et que l'école de la République, malgré l'engagement de ses enseignants, ne peut, à elle seule, contrecarrer. Il est possible que l'ancien ministre, à la très forte personnalité, en ait trop fait, qu'il se soit pris pour le ministre de la ville qu'il préconise de recréer, au lieu et place d'un actuel ministre de la cohésion des territoires qui reçoit les maires des banlieues avec une rare désinvolture, et que ces 48 milliards à trouver soient de trop...N'empêche, il y a beaucoup à retenir de ses propositions, des cités éducatives aux campus numériques en passant par la promotion de la mixité et de l'égalité hommes-femmes, de la rénovation urbaine qui doit être revue et corrigée, à l'ancrage d'une police dans les quartiers dont elle a été bêtement éloignée sous l'ère sarkozyste. (Emmanuel Macron: 90 minutes de discours ce 22 mai mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues. A suivre...)

Une démission passée trop inaperçue

En ce mois, où nous sommes, par ailleurs, tous conviés à rappeler l'importance de l'Europe dans ce monde qui devient de plus en plus dangereux, ayons garde d'oublier la situation politique de l'Italie. De notre voisin, d'un de ces pères fondateurs qui, jamais, n'avait manqué au rendez vous de la démocratie et de ses valeurs. Et qui vient de voir s'effondrer, à son tour, les partis de gouvernement, au point qu'elle est en train, non sans mal, de réaliser la pire des alliances, celle des populistes, dits du  Mouvement Cinq étoiles et de la Ligue, de cette droite extrême qui entend imposer une nouvelle vision du contrôle migratoire à l'Union. Et, ce n'est pas tout, puisque elle propose au pays une politique économique aux allures de bras d'honneur au pacte de stabilité. Certes, l'Union a ses responsabilités, aussi, dans ce bouleversement transalpin et à la sanction populaire : nous avons laissé les italiens faire face en première ligne, sans vrai soutien, au grand choc migratoire dont la Méditerranée a été le théâtre le plus souvent tragique ; certes l'impérium bruxellois sous l'oeil vigilant de l'Allemagne, reste au cœur du débat sur la conduite de l'économie... Mais le risque d'un nouveau dérapage, aux conséquences bien plus grandes que celles nées de la crise grecque, ne peut être totalement exclu. Autant dire que l'espoir macronien d'une nouvelle donne de la politique économique de l'Union, déjà affaibli par le gouvernement composite d'Angela Merkel, s'amenuise. Oui, vraiment les nouvelles en provenance du pays d'Alcide de Gasperi, méritent la plus grande attention et notre soutien à ceux là-bas qu'inquiète cette alliance contre nature.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3931
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires