Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre e la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes-Pyrénées, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Un grand défi pour la première région agricole d'Europe

« Le parcours que j'ai fait, je ne le souhaite pas aux jeunes...Aujourd'hui, ils ont la possibilité de faire différemment, mais il faut les accompagner ». Ces propos, Patrice Ayrault, éleveur notamment de caprins dans les Deux Sèvres, les a tenus il y a quelques jours à notre collaboratrice Anne-Lise Durif, lors de l'un de ces reportages que l'équipe d'aqui.fr a réalisés, en avant première à la journée spéciale « Devenez agriculteur », consacrée à la question de "la transmission et de l'installation" lors du Salon régional.

L'homme sait en effet de quoi il parle et il le dira, le 18 mai. Il a fait, en effet, le choix remarquable de préparer, en liaison avec Anthony, un jeune dont il a fait son associé, le passage de témoin de son exploitation. D'une part par conviction et, d'autre part, parce qu'observant trop de ses collègues agriculteurs tourner la page sans espoir de succession, condamnant de fait des exploitations soit à l'agrandissement, soit à l'abandon inéluctable. Et son coup de gueule que l'on peut résumer ainsi : « Aidons-les ! » a retenu notre attention.

Il fait écho à ce dont témoignent tous ces jeunes passionnés, rencontrés au fil des semaines, pour qui devenir agriculteur participe du parcours du combattant; non pas qu'ils ne bénéficient pas du soutien, désormais plus affirmé, de toutes les structures et institutions, de plus en plus conscientes des enjeux vitaux pour les territoires du maintien d'une agriculture vivante. Les outils existent et se développent, à la fois pour acquérir du foncier et le faire sur un mode du portage par les organismes spécialisés, les Safer mais aussi les collectivités régionale et départementale, les banques, Crédit Agricole en tête. Les uns et les autres prennent la mesure de l'apparition d'une génération inventive qui propose, souvent, de s'engager dans de nouveaux modèles d'exploitation, intégrant l'aval de la production, la commercialisation, en recherchant d'emblée le lien avec le consommateur. Une génération qui sait utiliser les moyens de la communication contemporaine, numériques en premier.

Tout irait donc pour le mieux dans un monde de plus en plus attentif aux enjeux d'une politique d'installation renouvelée ?... Voire. Il reste beaucoup à faire, d'abord pour suivre de près dans chaque commune, chaque intercommunalité, l'évolution des exploitations, les possibilités de succession, l'attention vigilante que les élus doivent porter aux terres agricoles à protéger. Anticiper devrait être le mot clé; or cette étape semble souvent la moins bien satisfaite: le décalage entre la valeur patrimoniale de certaines exploitations et la valeur économique est un frein supplémentaire à la transmission. C'est comme cela que trop de foncier agricole disparaît, année après année, ou échappe à une agriculture de proximité, Les réponses, là, sont inséparables d'une grande politique nationale d'installation qui prendrait également en compte, par exemple, le niveau de retraite actuel des agriculteurs qui tournent la page d'une vie de labeur avec des pensions de misère. Quant aux jeunes qui venant d'autres horizons, en particulier ces « hors cadre familial », selon le terme en usage dans la profession, il faut mettre en place de façon décentralisée un suivi de leur parcours initial. Et, ceci, spécialement dans ce temps où, entre leur travail en direct sur l'exploitation pour alléger les coûts de l'installation, « ces mains dans le cambouis » qui les absorbent, la commercialisation qui requiert une veille attentive, la gestion cruciale pour tenir le cap, toutes ces figures imposées sont lourdes à assumer. A leur façon, ces nouveaux installés sont l'égal de ces start up que l'on choie particulièrement en milieu urbain. Et, comme elles, ils courent le risque, classique, pour toute nouvelle entreprise de l'échec prématuré. Voilà en tout cas un constat, nourri, de l'expérience du terrain qui mérite, dans la première région agricole de France et d'Europe, non seulement l'attention mais plus encore un véritable plan d'action.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2656
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
louis-julien sourd | 14/05/2018

un grand bravo , cher Joel, pour votre édito sur le métier d'agriculteur. Vous dites très bien tout. Les éditos sur l'agriculture sont si rares. Amitié

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




28/04/2018 | Relever le défi de l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs

C'est l'un défis majeurs de l'aménagement du territoire dans une région comme la Nouvelle Aquitaine, et peut être le premier de tous, pour lutter contre la désertification rurale: la transmission des exploitations agricoles et l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs. Il est possible de le relever, malgré une tendance à l'augmentation de la cessation d'activité. Et une démographie des chefs d'exploitation qui, à priori, n'est pas favorable, deux tiers ayant plus de cinquante cinq ans dans la grande région. Oui, ce défi semble d'autant plus soutenable qu'entre la prise de conscience des organisations professionnelles, des élus de terrain, des habitants du monde rural, des aspirations grandissantes de ceux qui vivent en ville et cherchent à consommer des produits cultivés près de chez eux, et, surtout, de l'apparition d'une génération qui ne se destinait pas, à priori, à choisir le métier d'agriculteur dans les pas de leurs parents, ces « hors cadre familial », selon la terminologie en usage, une mobilisation se dessine, passionnante à observer, à accompagner. A soutenir. Ce n'est donc pas pas par hasard que ce défi de société sera au cœur d'une journée inédite, le 18 mai, lors du prochain Salon Régional de l'Agriculture. Et que notre site, Aqui.fr, en sera le co-organisateur après avoir, au fil des jours, publié une série de reportages auprès de ces jeunes qui s'installent. Et ne craignent pas de le faire, avec des idées nouvelles, un désir d'une autre vie et, souvent, le souci immédiat d'aller à la rencontre des consommateurs, de partager avec eux leur façon de travailler et la qualité de leurs productions.

Lire la suite