Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.




- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Urgence écologique: débattre, s'entendre et aller de l'avant

Et si nous redoublions d'attention à l'égard de ces adolescents qui crient : au feu ! Et dont l'égérie suédoise, dans un parallèle émouvant avec Notre Dame, et évoquant la planète, a fondu en larmes, à Strasbourg, devant les eurodéputés...Et si nous nous passions de tous ces médias, obsédés par l'immédiatété dont ils font leur fonds de commerce et une idéologie de pacotille qui gangrène le sens commun? Et si nous prenions le temps d'écouter les bénévoles, ces humbles qui donnent de leur temps pour venir en aide aux migrants qui ont fui l'absence de liberté ? Et si nous participions, chacun à notre façon, à l'émergence d'un nouveau monde qui naît à notre porte, qui produit des aliments avec l'exigence d'une recherche permanente d'un équilibre entre qualité et respect de la nature ? Et si nous étions habités par le respect d'une éthique véritable dans nos faits et gestes quotidiens ?

Bien sûr que ne ferions-nous pas avec des si... Nous pourrions indéfiniment en rallonger la liste. La belle affaire dira-t-on. Seule la radicalité et la violence changeront ce vieux monde, n'est-ce pas Jean-Marc Gancille, auteur de « Ne plus se mentir », vous que j'ai connu lucide mais paisible et qui ne croyez plus, face à l'urgence écologique, à d'autres voies que l'affrontement. Pourquoi ne pas entreprendre cet autre chemin que propose Nicolas Thierry, vice-président EELV du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, dans le livre qu'il vient de publier, « Se réconcilier avec le vivant ? » L'entreprise, au moins, n'est pas désespérée. Mais, surtout elle suppose que l'on se parle, que l'on s'écoute, que l'on partage des connaissances, que l'on débatte, que l'on trouve des points d'accords. Et que l'on s'engage à les respecter, en s'appliquant une manière de morale personnelle qui fait tant défaut à cette époque, nourrie au lait de l'individualisme roi.

A un moment de notre histoire collective où il n'y a jamais eu autant besoin de réenraciner l'homme dans le milieu naturel, où il semble impossible de vivre ailleurs que dans les grandes conurbations, comment par exemple ne pas être frappé de l'absence, dès l'école, d'un enseignement qui décrive la vie d'un arbre, introduise au vocabulaire élementaire de l'agriculture et montre les enjeux cruciaux de la défense de la biodiversité ? Feu notre manuel de Sciences Nat de classe de fin d'études, dans un société où l'exode rural n'avait pas encore déséquilibré la vie des territoires, avait toute sa place. Et je lui saurai gré, à jamais, d'avoir appris, de visu, à distinguer un assolement d'un amendement et une greffe en fente d'une greffe en couronne. Généralisons ce que certains de nos pays voisins ont entrepris avec bonheur, l'école de la forêt. Allons-voir près de chez nous, en Nouvelle-Aquitaine, quels sont les premiers enseignements de la maternelle de la forêt qui a ouvert, en Charente, à Marsac, à la rentrée dernière.

C'est d'une formidable mobilisation sociale décentralisée dont notre société a besoin avec le soutien, notamment, d'une presse locale et régionale à l'affût de toutes les innovations. Et c'est elle, d'abord, qui pourra entraîner le mouvement nécessaire pour que le monde politique emprunte la voie d'un changement qui ne soit pas que de l'ordre du discours.

 

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2634
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick 86 | 22/04/2019

Je partage complétement vos « et si » et plus particulièrement votre appréciation sur ces médias « obsédés de l’immédiateté » avec leur cortège de commentaires et de débats affligeants qui ne peuvent qu’attiser les braises de ceux qui ont un intérêt dorénavant bien clair à ce qu’il n’y ait aucune solution aux problèmes d’origine.
Quel média de ce genre aura la courage (j’aurais employé un mot plus… cru et qui curieusement commence par les 3 mêmes premières lettres !!) de ne pas couvrir ce triste spectacle des heures durant ? Quel média de ce genre, avec la même puissance médiatique, s’engagera non pas dans l’écologie (à connotation malheureusement trop marquée politiquement) mais dans ce que vous appelez cette « formidable mobilisation sociale » propre à tordre le cou à l’individualisme source de nos maux.
Mobilisation sociale et individualisme ne seraient-ils pas « légèrement » un peu antinomiques ? Bon courage au monde politique à qui vous recommander d’emprunter « la voie d'un changement qui ne soit pas que de l'ordre du discours «

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires