Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Votez, votons... ce sont d'abord des élections municipales

Les sondeurs croisent leurs données et promettent un nouveau taux d'abstention record le 23 mars. Si nous les faisions mentir?... Au moins serions nous cohérents avec l'idée que nous nous faisons, en règle générale, du maire et de notre conseil municipal. Une enquête de fond, réalisée l'an passé, soulignait qu'ils échappaient au jugement négatif et péremptoire que nous, les Français, portons par ailleurs sur les élus qui nous gouvernent, au plus haut niveau.

A la différence de ceux-ci,  le maire et son équipe sont à portée de notre main, de notre regard et de nos appréciations. Ils sont comptables des choix qui décident souvent de notre vie quotidienne, de l'accueil de nos enfants à l'école, de la propreté et de l'embellissement de nos communes, de la qualité et de la fonctionnalité des espaces publiques, des décisions essentielles qui concernent l'urbanisme, c'est à dire l'équilibre des activités, la construction des logements et la protection des espaces naturels...Et de bien d'autres choses encore qui ne sont pas réductibles à des compétences reconnues par la loi, à commencer par la sollicitude à l'égard de citoyens, en attente de conseils ou dans le besoin ....

Oui, nous nous tromperions grandement en décidant de ne pas voter dans une semaine et, le plus souvent, dans deux semaines. Et, pire encore, en confondant les scrutins nationaux et les scrutins locaux. Au prétexte que la gauche au pouvoir ne parvient pas à susciter la confiance ou que l'UMP semble autant divisée que véhémente, nous déciderions de ne pas aller voter pour élire nos élus, ceux qui sont les plus proches de nous?... A force de vouloir théoriser le vote sanction on brouille le jeu démocratique et détourne le citoyen des vrais enjeux. C'est une manière de gâchis d'autant plus dommageable que l'élection municipale ne saurait être exclusivement assimilée à une élection partisane, n'en déplaise aux états-majors politiques qui, dans ce pays, et sous la V° République, guettent la moindre élection partielle pour échafauder des jugements définitifs. Bien sûr on considérera qu'il peut y avoir de vraies nuances et même des désaccords, d'une ville à l'autre, par exemple, dans l'orientation d'une politique du logement. Mais dans cette France de 2014, à l'exception de ceux qui véhiculent des discours d'exclusion et qui, une fois arrivés au pouvoir, sont bien incapables de les appliquer, il existe un socle de valeurs qui dépassent les seuls débats idéologiques.

Observons donc les faits et gestes des candidats, les lignes principales de leur programme -notons que ceux-ci échappent souvent à la politisation - leurs personnalités aussi et évaluons leur capacité à conduire, six ans durant, une équipe qu'il faudra s'efforcer de garder homogène.

Et comme nous sommes, ici, en Aquitaine soyons curieux de ce grand rendez-vous. Qu'il s'agisse de celui de Bordeaux où à coté d'un Alain Juppé au faîte de sa popularité, un jeune président de Communauté urbaine Vincent Feltesse relève le défi en pensant surtout à 2020; qu'il s'agisse aussi au renouvellement qui s'annonce dans les Pyrénées-Atlantiques à Bayonne et Biarritz où deux figures de la vie municipale, Jean Grenet et Didier Borotra, se retirent et laissent le champ libre à de légitimes espoirs où la personnalité jouera sans doute autant que la couleur politique... Qu'il s'agisse, bien sûr, de Pau où François Bayrou joue son va-tout, de Périgueux où Michel Moyrand a fort à faire avec les successeurs de Xavier Darcos, de Mont-de-Marsan où la gauche s'attaque à la centriste Geneviève Darrieussecq, d'Agen où Jean Dionis du Séjour a face à lui une gauche divisée; qu'il s'agisse de ces rendez-vous de nos communes les plus humbles où cela n'a pas toujours été aisé de constituer des listes mais où l'engagement et la bonne volonté restent remarquables.

En votant, et en partageant ce devoir essentiel avec nos proches, nous porterons les valeurs fondamentales d'une démocratie qui a besoin de notre fidélité.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
6377
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires