Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | A Bayonne, la Ville lutte contre le frelon asiatique en détruisant les nids

03/04/2012 |

Un nid de frelon asiatique

Le frelon asiatique est un fléau bien connu dans le Sud-Ouest. Nous vous en avons parlé à de multiples reprises. Importé par erreur en Lot-et-Garonne dans des conteneurs de poteries chinoises en 2004, ce frelon à pattes jaunes, appelé Vespa Velutina, a colonisé toute la façade ouest de la France, jusqu'à s'étendre même en Espagne. Les moyens pour lutter contre cet insecte diffèrent selon les départements, les villes. Dans une délibération récente, la Ville de Bayonne a décidé de détruire les nids. Le piégeage ne recueillant pas de consensus chez les scientifiques.

La mairie de Bayonne assure la destruction des nids sur les espaces publics de la commune et subventionne désormais les propriétaires privés pour les interventions sur leurs parcelles. "Cette lutte coordonnée pour limiter l'essaimage est la seule à pouvoir être efficace. Il est donc essentiel que chacun signale les nids dès leur apparition au printemps et fasse preuve de grande vigilance", indique la Ville dans un communiqué. La municipalité se veut, par ailleurs, rassurante quant au risque de piqûres à la vue des nids ou des insectes. "Le Comité de Coordination de Toxicovigilance n'a constaté aucune augmentation du nombre de piqûres d'hyménoptères dans les départements colonisés depuis 1 à 4 ans", précise le texte. "En revanche, il est la cause de déséquilibres écologiques qui justifient une lutte raisonnée et proportionnée", s'inquiète la mairie. En effet, le frelon asiatique est un "tueur " d'abeilles.

Pourquoi les pièges sont-ils à éviter ?
Surtout, dans ce communiqué, la Ville de Bayonne nous livre un enseignement important pour lutter efficacement contre le frelon asiatique. "Les pratiques de piégeage du frelon asiatique apparaissent sans réelle efficacité (les populations de frelons asiatiques restent équivalentes dans les zones piégées et non piégées), et néfastes pour les autres insectes volants, en particulier les pollinisateurs. En effet, les pièges ne sont pas sélectifs : ils capturent et tuent de nombreux insectes non ciblés", avance la collectivité. C'est un reproche fait par de nombreux scientifiques. Pour rappel, le cycle du frelon asiatique  est le suivant. La reine fonde sa colonie au printemps (février à avril) dans un endroit abrité (trou de mur, bord de toiture, roncier...). Ensuite, comme pour d'autres frelons, la colonie délocalise vers un autre nid à construire en emplacement dégagé et élevé, lorsque le site primaire devient trop étroit. Les plus gros nids peuvent atteindre 1m de haut et 80cm de diamètre. On estime en moyenne à 6 000 le nombre d'individus (produit par un nid mature) au cours d'une saison. Le nombre d'adultes dans le nid atteint son maximum début novembre. Ensuite a lieu l'essaimage, avant la mort de la reine et celle des ouvrières. Le nid est abandonné, il n'est jamais réutilisé. Les futures fondatrices, quant à elles, hivernent à l'abri (sol, tas de bois, anfractuosité...). Nous ferons le point sur l'efficacité de cette méthode à la fin de la campagne de destruction des nids.

                                                                                                                                            Nicolas César

Crédit photo : Aqui!

Qui contacter pour un signalement et/ou une subvention ? :
- le service Cadre de vie : 05.59.46.43.18
- le service Hygiène et Sécurité : 05.59.46.60.48

Pour en savoir plus :

- Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) : www.mnhn.fr

- Institut de recherche sur la biologie de l'insecte (IRBI) : 02 47 36 64 12

- Observatoire des abeilles : www.oabeilles.org

Partager sur Facebook
Vu par vous
2327
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !