Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | A Périgueux, le réseau de chaleur au bois alimente l'équivalent de 2000 foyers

17/09/2018 | A Périgueux, la nouvelle chaufferie, inaugurée vendredi va alimenter l'équivalent de 2.000 logements. Son coût est de 5,7 millions d'euros.

le réseau de chaleur biomasse des deux rives est enfin service

Le chantier a duré un an et demi, entre les rebondissements politiques, les changements en matière de réglementation, et les découvertes archéologiques. Le réseau de chaleur biomasse des deux rives est enfin opérationnel. Inaugurée vendredi, cette nouvelle chaudière, construite boulevard Bertran de Born, alimente depuis une semaine, la gendarmerie, la centre de secours, la polyclinique Francheville, les archives départementales, au total une trentaine de bâtiments, et quelques maisons et résidences. Le réseau fait près de 5 kilomètres et pourrait être étendu.

Plus d'un an et demi de chantier pour rendre le réseau de chaleur biomasse des deux Rives de Périgueux, opérationnel. Il a fallu résoudre, les soucis liés à l'évolution de la réglementation, ceux liés aux découvertes archéologiques. Beaucoup d'élus et de partenaires, Engie Cofély, l'opéateur ont tenu à souligner, lors de l'inauguration vendredi, les difficultés rencontrées. Depuis une semaine, cette nouvelle chaufferie, située rue Bertrand de Born, produit de l'eau chaude et de l'électricité.
Elle alimente une trentaine de bâtiments la gendarmerie, le centre de secours, la polyclinique Francheville... et quelques appartements et maisons. La nouvelle chaufferie se présente sous la forme d'un bâtiment représentant des cubes de couleur grise, de 600 m2. Une cheminée de 20 mètres de haut en dépasse. Le bâtiment abrite une très grosse chaudière capable de chauffer jusqu'à 800°C en période hivernale pour alimenter un réseau de près de 5 kilomètres sur les deux rives de l'Isle, de Vésone au quartier Saint Georges. La chaudière biomasse est complétée par des chaudières au gaz plus petites, venant en appoint si nécessaires et en cas de grand froid. Elle alimente donc l'équivalent de 2000 logements. 5300 tonnes de bois sont consommées par an avec une livraison en moyenne par semaine l'hiver. Le bois provient de moins de 80 kilomètres, majoritairement de la forêt périgourdine. "Il 's'agit d'écorces ou branches",  explique Lionel Poitevin, directeur général de l'Ademe, l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie en Nouvelle-Aquitaine. "Nous n'abattons de forêts pour ce réseau de chaleur biomasse. Il s'agit de bois d'oeuvre mais aussi des déchets forestiers que l'on va utiliser. C'est éviter le gaspillage d'un déchet, la biomasse, pour l'utiliser dans les chaufferies." Ce réseau de chaleur va permettre d'éviter l'émission de 3.300 tonnes de C02 par an.

5,7 millions d'euros d'investissement

"Ce système est plus écologique que le gaz. Plus économique aussi" assure Pierre Dejean, directeur d'Engie Cofely, le fournisseur pour les 25 prochaines années. "Les abonnés ont souscrit un contrat d'abonnement sur la durée qui va leur permettre des évolutions chaotiques du prix de l'énergie. C'est une perspective sur l'avenir." D'ici la fin d'année tous les abonnés concernés seront reliés à la chaufferie, elle prendra alors toute sa puissance. Antoine Audi, s'est réjoui de cette réalisation lancée par son prédécesseur qui utilise une matière première locale et qui permet de sauvegarder des emplois agricoles et dans l'industrie forestière. Ce projet représente 5,7 millions d'euros d'investissement pour la ville, Engie, des fonds européens, régionaux et dont 1,35 million pour l'Ademe. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4974
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !