03/10/22 : Le musée Bonnat-Helleu de Bayonne (7 000 œuvres) prête au musée des Beaux-Arts de Bilbao, sept esquisses de Pierre-Paul Rubens (1577-1640) qui témoignent de son processus créatif. Une exposition organisée jusqu'au 22 janvier 2023 à Bilbao.

03/10/22 : Prenez date! Le festival itinérant "Lettres du monde" revient parcourir la Nouvelle-Aquitaine du 17 au 27 novembre, avec une vingtaine d'invités: écrivains étrangers et français, traducteurs, éditeurs...+ d'info

30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | A Saucats, la plateforme solaire Horizeo est loin de faire l'unanimité

24/09/2021 | Des débats publics sont organisés, du 9 septembre 2021 au 9 janvier 2022 dans le cadre du projet de création d’une plateforme d’énergies renouvelables à Saucats.

Débat Public Horizeo à Saucats

En début de semaine, se tenait au complexe sportif et culturel de la Ruche à Saucats, le deuxième d’une longue série de débats publics organisée par la Commission Nationale du Débat Public dans le cadre du projet de création d’une plateforme d’énergies renouvelables dit Horizeo. Imaginé sur un site clôturé de 2000 hectares localisé à Saucats, commune à une trentaine de kilomètres de Bordeaux, ce projet soulève beaucoup de questions tant des habitants des communes avoisinantes que des professionnels du secteur de la sylviculture. Trois heures et demie de débat orchestrées par Jacques Archimbaud, président de la Commission particulière du débat public, qui ont permis, si ce n’est de répondre à toutes les interrogations d’en éclaircir au moins certains aspects.

Dans l’un des gymnases du complexe sportif et culturel de la Ruche à Saucats, commune où le projet Horizeo aurait vocation à s’implanter, se pressait, ce mardi 21 septembre au soir, une foule qui après les traditionnelles salutations de politesse et autres discussions courtoises, n’a pas tardé à s’installer autour des larges tables de couleur prévues à cet effet. « Une couleur pour chaque thématique » a expliqué Jacques Archimbaud, « non pas pour segmenter le projet, mais bien pour aborder les différentes questions, les unes après les autres ». La méthode de débat ne convient pas à tout le monde. Une viticultrice dans l’assemblée prend la parole pour rappeler l’importance de « considérer le projet dans sa globalité » et « la nécessité de conserver un semblant de transversalité ». Un avertissement auquel le président du débat, a vite coupé court « la soirée va être longue et nous devons respecter la méthode. Pour toutes les personnes qui souhaiteraient poser des questions sur la globalité du projet, vous pouvez prendre place aux tables dites « divers » ». Le public de nouveau apaisé, le bon déroulement de la soirée a repris son cours. Un débat que Jacques Archimbaud, fort de son expérience, considère, essentiel dans la prise de décisions. « J’ai vite compris que lorsque l’on ne tient pas compte de l’avis des citoyens, ça se finit toujours mal ».


Un projet colossal chiffré à un milliard d'euros


Le projet qui, s’il était validé, verrait le jour en 2026, est particulièrement controversé. L’une des raisons étant l’emplacement choisi, une surface de 2000 hectares exploitée pour la sylviculture industrielle. Les grandes thématiques et interrogations choisies pour ce débat étaient les retombées socio-économiques sur le territoire, les impacts environnementaux, les risques naturels et technologiques, la forêt, sylviculture et compensations, les composantes du projet, le modèle économique, et la fameuse thématique « divers ». Portée par différents acteurs dont la ville de Saucats, ENGIE et NEOEN, producteur privé d’énergies renouvelables, la création de cette plateforme d’énergies renouvelables, estimée à environ un milliard d’euros, comprend plusieurs « briques » technologiques : un parc photovoltaïque sur environ 1000 hectares (qui serait ainsi le plus grand d'Europe avec une puissance installée d'1GW), un électrolyseur, un centre de données, une unité de stockage d’électricité par batteries ainsi qu’une activité d’agri-énergie, combinant agriculture et production d’énergie. Certaines composantes posant plus problème que d’autres, la plupart des questions portaient sur le thème des impacts environnementaux, des risques naturels et technologiques et des compensations liées au défrichement de 1000 hectares de forêt nécessaire à l’implantation de cette plateforme.


"Tous les risques seront anticipés"


Vaste zone floue pour les habitants, les conséquences environnementales de la construction d’un tel projet sur les nappes phréatiques, dont le niveau devrait inévitablement augmenter, l’impact sur la faune et la flore, mais aussi le bilan carbone global. Autant de questions auxquelles il a été difficile de répondre pour les maîtres d’ouvrages, les études hydrauliques, environnementales et le calcul du bilan carbone total n’étant pas terminé... De quoi lever, une vague de murmures et quelques cris de colère venant du fond de la salle témoignant d’une indignation collective que le président du débat a rapidement maîtrisée. « Le débat public et la concertation sont le début du processus et bien que les résultats des études en cours ne soient pas encore connus, ils le seront dans quelques semaines ».

Autre sujet sensible, difficilement oubliable ni évitable, les risques naturels et technologiques liés aux différentes composantes du projet ou à leur construction. Parmi les questions posées, quelques-unes, récurrentes, ont retenu l’attention des maîtres d’ouvrages. Les risques d’incendies des batteries au lithium, risque que l’un des membres de l’assemblée a qualifié « d’incontrôlable ». Un des représentants du producteur privé d’énergies renouvelables, NEOEN, partie prenante du projet, a rassuré le public autant que possible, en expliquant que l’installation avait été construite en prenant en compte ces risques effectivement non-négligeables. « Les batteries qui seraient installées sur le site sont les mêmes que celles présentes dans les smartphones et les voitures électriques » a-t-il précisé, « les batteries seront dans des conteneurs refroidis en temps réel et si un incendie se déclarait quand même, les conteneurs possèdent des vannes en haut et en bas pour noyer les batteries ». Il poursuit, « si départ de feu, il y avait, les batteries sont prévues pour empêcher que le feu se diffuse d’une batterie à l’autre ». De même pour le centre de données qui devrait être « une installation très surveillée avec un système de sécurité prévu pour anticiper les risques de toutes sortes ».


Beaucoup de questions, moins de réponses


Enfin, point clé de ce débat, l’avenir de la forêt et les éventuelles compensations liées au défrichement de plus de la moitié de la surface. Selon plusieurs intervenants, « la forêt est le cœur du métier des sylviculteurs et une solution particulièrement efficace au dérèglement climatique ». Une affirmation qui n’attendait pas de réponse et qui n’en a d’ailleurs pas eu.
Ensuite, l’interrogation sur l’utilisation d’un espace naturel plutôt qu’un espace artificiel. Les maîtres d’ouvrages ont répondu à cette question, qualifiée de « pertinente », en expliquant que « les espaces artificiels sont privilégiés, mais que la production d’énergie que permet notamment un site comme celui envisagé à Saucats, serait impossible sur un espace artificiel ». Pour ce qui est du défrichement des zones concernées, « celui-ci sera encadré par l’Etat, tout comme la compensation liée à ce défrichement ». Dans le public, des voix s’élèvent à nouveau : « Pour que le projet soit vraiment vertueux, il faut que la compensation aille au-delà de la législation ». Les maîtres d’ouvrages ont salué la remarque et précisé que « aucune décision n’est encore prise, mais que le reboisement est un sujet de réflexion pris au sérieux ».
Le président du débat a conclu cette longue soirée en annonçant la mise en ligne, d’ici quinze jours, des réponses aux questions laissées en suspens. « Il y a eu ce soir, certains points éclaircis, d’autres non… Mais malgré tout beaucoup de passion, d’enthousiasme et de courtoisie ! »

 

Pour connaître les dates des quatre prochains débats : https://www.debatpublic.fr/photovoltaique-horizeo

Margaux Renaut
Par Margaux Renaut

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
17848
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !