18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Adaptation aux changements climatiques: les acteurs et utilisateurs de l'eau contraints à toujours plus d'économies?

13/02/2015 | C'est en présence du climatologue Hervé Le Treut que s'est tenue ce 13 février, une rencontre visant à l'élaboration de pistes d'anticipation du changement climatique sur la gestion de l'eau

Conférence sur la stratégie d'adaptation aux changements climatiques de la ressources en eau en Aquitaine

Suite au rapport « Prévoir pour agir », coordonné par le climatologue Hervé Le Treut, sur l’impact du réchauffement climatique en Aquitaine, Alain Rousset, le Président de la Région a souhaité mettre en place des groupes de réflexions thématiques sur l'anticipation opérationnelle de ces enjeux. Dans ce cadre se sont déjà tenues une série de rencontres sur les stratégies d'adaptation à imaginer sur les filières agricoles et sylvicoles ainsi que sur les thématiques liées à la montagne. Ce 13 février c'est autour de la question délicate de la gestion de la ressource en eau, tant sa quantité que sa qualité, que se sont tenus les échanges, entre chercheurs et acteurs professionnels qu'ils soient usagers ou gestionnaires de cette ressource.

Revenant sur l'initiative prise par la Région Aquitaine de commander un rapport scientifique sur les conséquences du changement climatique à l'échelle régionale, puis de le décliner en groupe de travail pour tenter d'anticiper ces incidences, Hervé Le Treut a redit son enthousiasme et sa conviction de la nécessité d'une telle « méthodologie novatrice ». «On dépasse ainsi l'étape du constat pour faire le lien avec les citoyens en rendant utilisable la matière scientifique pour le débat public, tout en permettant de l'objectiver voire le dépassionner parfois», analyse-t-il. Pour autant, concernant la question de l'eau, toujours sensible que ce soit en terme d'usages, et notamment des concurrences qu'ils soulèvent, ou de sa qualité, les débats promettaient tout de même quelques vifs échanges ce 13 février dans la salle plénière de l'Hôtel de Région.

"Perspectives préoccupantes"Et plus encore au regard des présentations des chercheurs Henri Etcheber et Alain Dupuy, sur l'état des lieux et les perspectives « préoccupantes, mais pas catastrophiques» de la disponibilité des eaux de surfaces et sous-terraines dans la Région. En cause, l'augmentation des températures, et la diminution des précipitations, étant tout à la fois vecteurs d'évapo-transpiration, de variation ou de limitation de la disponibilité de la ressources, mais aussi de diminution de la qualité de l'eau.
Mais, à ces différents éléments directement liés aux changements climatiques, qualité et qualité des eaux sont également impactées, et le seront sans doute de plus en plus au vu de la démographie mondiale en croissance, par les activités humaines, tout à la fois consommatrices d'eau, mais aussi sources de sa pollution, qu'elle soit d'origine urbaine, agricole ou industrielle. Une pollution par ailleurs causée par un nombre de molécules de plus en plus diversifiées, voyant apparaître dans nos cours d'eau, des molécules pharmaceutiques, cosmétiques, ou autres, que l'on sait pas, d'une part, toujours bien repérées ni d'autre part, correctement traitées.
Ne pouvant a priori pas agir de façon certaine et rapide sur le cours de la montée des températures, c'est donc bien sur les comportements de chacun et la définition de modalités d'usages et de règles de gestion de la ressource qu'apparaissent les pistes de sa préservation. Une conclusion qui n'est en soi certes pas nouvelle, mais le rendez-vous du jour a mis, une fois de plus en exergue l'urgence à agir. Si c'étaient aux acteurs professionnels et/ou élus présents d'en débattre dans l'après midi, ils ont pu s'inspirer des suggestions émises par les scientifiques.

Optimisations des usages, adaptations sur les modalités de prélèvementPour Henri Etcheber, le mot d'ordre est celui de l'économie, et d'"une consommation judicieuse de la ressource" qui passe beaucoup par la sensibilisation et notamment celle des jeunes générations, dont il suggère la mise en œuvre par l'Education Nationale. Autre piste qu'il encourage, multiplier les liens avec les régions limitrophes, où concernant les eaux de surface en tout cas, l'Aquitaine ne peut que subir, les débits ou pollutions venues en amont des bassins versants.
Alain Dupuy a quant à lui davantage focalisé sur la ressources en eau sous-terraine; il encourage lui aussi une optimisation des usages, via bien sûr des économies qui pourraient entre autre passer par une limitations des fuites ou encore la réutilisation de l'eau pour certain usage avant le rejet direct. Autre axe de travail selon le chercheur, les adaptations sur les modalités de prélèvements de la ressources, son transport, ou encore pourquoi pas, sur les mode de facturation à ses différents et nombreux consommateurs. Et enfin, il encourage la recherche à se pencher sur des solutions de stockages inter-saisonniers, de réalimentation de nappes profondes, ou encore sur la lutte contre les îlots de chaleur que peuvent représenter les villes « sur minéralisée ».

Cette journée aura bien sûr était l'occasion d'évoquer la construction de retenue d'eau, voyant l'ébauche d'une confrontation entre acteurs agricoles et la SEPANSO. Alain Rousset s'étant dit en tous les cas « fasciné par l'hostilité provoqué par les barrages, et avouant pour sa part ne pas la comprendre ».

Alain Rousset, entouré d'Hervé Le Treut et Laurent Bergeot lors de la signature de la convention de partenariat entre la Région et l'Agence de l'Eau Adour-Garonne


Partenariat Région/ Agence de l'Eau Adour-GaronneEn marge de cette rencontre sur les anticipations du changement climatique sur la gestion de l'eau en Aquitaine, Alain Rousset et Laurent Bergeot, directeur général de l'Agence de l'eau Adour-Garonne, ont signé une convention visant à assurer un partenariat pour 2014-2018 sur des objectifs tels que la préservation et la restauration des milieux aquatiques, le maintien de la biodiversité, la gestion intégrée des milieux côtiers, le développement durable du littoral aquitain ou encore la sensibilisation aux actions à l'environnement. Partenariat qui sera notamment concrétisé par une collaboration et information réciproque renforcée, ainsi que par une complémentarité des actions et de financements pour la mise en place de projets communs.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
14373
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !