Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Anglet: Alain Rousset sur les lieux et des questions sur la présence du "Luno"

06/02/2014 | Au lendemain du naufrage du cargo espagnol, de nombreuses questions subsistent. Alain Rousset a avancé la visite du port de Bayonne.

Les assauts des vagues ont enfoncé un peu plus l'arrière du bateau dans les flots

Au lendemain du naufrage du cargo espagnol, de nombreuses questions subsistent. Alain Rousset, président de la région Aquitaine, a lui, avancé la visite du port de Bayonne et s'est rendu sur les lieux en début de matinée Vingt quatre après le naufrage du Luno, le secteur de la plage des Cavaliers à Anglet a retrouvé un peu de calme et reçu la visite du président de la Région Aquitaine vers 9H30. Visite avancée de quelques heures en raison des évènements.

Tout, et parfois son contraire, a été écrit hier sur ce naufrage du Luno qui s'est fracassé contre la digue "Les Cavaliers-La Barre" hier à 10h15 à Anglet,  en panne dans la passe de l'Adour à la hauteur de la plage de La Barre redoutable par temps de tempête. Rappelons les faits.
En provenance de Pasajes (Pays basque espagnol), ce bateau espagnol de plus de 100 mètres de long, âgé de 20 ans, vient de faire l'objet d'une révision. Comptant 11 membres d'équipage il vient charger une cargaison de billes d'acier à l'Aciérie de l'Atlantique (ADA) dans le port de Bayonne. Avant d'échouer, il a essayé plusieurs approches. Moteur calé, panne électrique. Futur prisonnier des évènements aussi, Georges Strullu, le pilote du Port de Bayonne chargé d'effectuer la remontée de l'Adour pour le conduire en bordure du quai de l'aciérie. Le capitaine du "Luno" après avoir tenté une manoeuvre de demi tour pour gagner le large décide de s'amarrer pour faire front à une houle de plus en plus forte.
Plus tôt, deux bateaux ont pourtant franchi la barre. C'est alors que vers 10 heures l'amarre rompt et que le bateau part en crabe à la dérive. Une vague plus forte que les autres le rabat en aval du chenal, à quelques trois cents mètres, contre la digue Les Cavaliers-La Barre dont, cet automne, le nez a été renforcé de blocs de plusieurs tonnes en béton armé et de rochers. C'est là qu'il va se fracasser en deux, la poupe du cargo se couchant contre la digue et la poupe allant échouer en aval.

Un hélitreuillage rendu difficile par les conditions météoLes autorités, du préfet maritime au maire Jean Espilondo en passant par le sous-préfet Dalemne et naturellement le directeur du port, sont averties rapidement des dégâts  et sont sur les lieux quand le premier hélicoptère de la gendarmerie, un Ecureuil qui assure les interventions côtières pendant la saison, se présente au dessus de l'épave pour hélitreuiller l'équipage qui s'est réfugié en haut du pont. Mais à ce moment-là, des bourrasques de vent et des averses de grésil s'abattent et rendent périlleuses les manoeuvres d'hélitreuillage. Un autre hélicoptère, un Puma de la base de Cazaux, plus puissant et résistant au vent vient relayer l'Ecureuil et constate aussi que du fuel commence à se répandre autour du "Luno".  Comme le dira plus tard le commandant Bourgault qui a dirigé le périlleux sauvetage, les naufragés apeurés refusaient de changer leur gilet de sauvetage pour mettre les brassières nécessaires à l'hélitreuillage.
Pendant ce temps la foule avertie par les réseaux sociaux et une alerte info de lSud Ouest sur son site internet, grossit à une vitesse impressionnante. Le sous préfet demande le renfort des CRS pour faire respecter un vaste périmètre de sécurité sur quelques cinq cents mètres. Et c'est sous les applaudissements que les premiers rescapés sont récupérés et conduits vers une cellule psychologique aménagée dans une des pièces de la patinoire voisine. Ces applaudissements saluent le travail héroïque des acteurs de l'opération de sauvetage qui en vingt minutes sont parvenus à évacuer ces otages de l'épave permettant d'éviter que ce fait divers ne se termine en drame.

127 000 litres de fuel dans une soute étancheUn autre souci se présente : sur 127 tonnes de fuel que contiennent les différents réservoirs protégés et qui ont conduit dans la matinée au déclenchement du Plan Polmar. 15 000 litres se répandent, les autres sont contenus dans des réservoirs étanches sur la partie du navire qui se trouve en bordure de plage. Mais jusqu'à quand?

Sans mettre qui que ce soit en cause, le maire d'Anglet, s'interroge quand même face aux caméras de la présence de ce navire devant le port alors qu'une alerte orange était déclarée depuis le week-end. Il a d'ailleurs envoyé un twitt sur le sujet : "Je ne comprends pas comment ce cargo a pu entrer au port par cette mer affreuse". Il s'inquiète à juste titre des conséquences que ce fuel pourrait avoir les 4,5 kms du littoral angloy. Ce sont ses premiers mots quand il accueille à l'entrée de la patinoire le ministre Cuvellier venu constater les dégâts après avoir souligné le courage de sauveteurs. Un sentiment que partagent d'ailleurs de nombreux témoins, pour la plupart Angloys de longue date qui se souviennent que le port, géré par la Chambre de commerce de Bayonne, a été fermé dans de moindres conditions météorologiques alors qu'une alerte Orange de submersion est en cours depuis le week-end dernier. Inquiétude que rappelait aussi hier, Tximin Latxague, le directeur de Surf Rider foundation.

Alain Rousset avance sa visite Ce matin, Jean Espilondo a rappelé qu'il espérait vivement que l'armateur prenne rapidement en charge l'évacuation des deux morceaux d'épaves, comme du fuel contenu dans les réservoirs. L’épave s'est plus encore enfoncée dans les flots cette nuit. Ce qu'a pu constater aussi le président de la Région Aquitaine Alain Rousset de bon matin.  En effet, ce dernier, qui avait prévu de visiter cet après midi, les installations du Port de Bayonne a avancé son déplacement et présidé une réunion à la Chambre de commerce Bayonne. Nul ne doute que l'échouage du Luno devait faire partie du plat de résistance de ce tour de table. Normalement, en début d'après-midi, il visitera le quai Castel, dans le secteur portuaire de Blancpignon à Anglet.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1949
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !