Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

13/12/18 : La CCAS de Châtellerault organise ce samedi à la résidence Tivoli son marché de Noël. Lors d'ateliers manuels, les résidents ont réalisés des créations qui seront en vente lors du marché et dont les gains serviront à l'animation de la résidence.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

12/12/18 : La Mairie de Billère (64), met en garde sur des démarchages abusifs proposant une intervention pour détruire un nid de frelons ou pour réclamer un paiement pour une intervention déjà effectuée. Ces personnes ne sont pas mandatées par la Mairie.

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/12/18 | Ouverture de la Patinoire et « Ice Party » à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    La patinoire revient à Villeneuve-sur-Lot du 15 décembre au 6 janvier, sous la halle Lakanal. Ouverte tous les jours de 10 h à 19 h (3 € les 30 min.), cette année, les jeunes du Villeneuvois inaugureront les nocturnes avec une soirée « Ice Party » proposée ce même jour de 20 h à minuit. Gratuit et réservé au 15-20 ans, cet événement sera animé par le DJ KM Events.

  • 12/12/18 | Don du sang: l'EFS appelle à une mobilisation continue

    Lire

    L'EFS lance un appel aux dons pour mobiliser les donneurs de sang à l’approche des fêtes, car, comme chaque fin d'année, le nombre de dons diminue et les réserves de sang avec. Or la durée de vie des produits sanguins est limitée (7 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges), et les besoins des malades eux, restent constants: 850 à 1 000 dons sont nécessaires chaque jour en Nouvelle-Aquitaine. Les donneurs de tous groupes, et plus particulièrement les donneurs universels (O-) sont invités à venir donner leur sang. Où donner: dondesang.efs.sante.fr

  • 12/12/18 | Impact économique de la mobilisation des gilets jaunes : la CCI47 solidaire de ses entreprises

    Lire

    Les 15 000 ressortissants de la CCI47 sont actuellement sondés pour faire un état des lieux à date des impacts suite aux blocages des « gilets jaunes ». Le sondage est accessible via le site web de la CCI www.cci47.fr. Une cellule d’aide et de soutien aux entreprises est également mise en place.

  • 12/12/18 | En Dordogne, patrouilles renforcées sur les marchés de Noël

    Lire

    Après le drame qui a frappé Strasbourg, mardi, le préfet appelle chacun à la vigilance. Dans un communiqué, la préfecture indique que des mesures de sécurisation des marchés de Noël et des rassemblements festifs en Dordogne ont été prises avant la fusillade de Strasbourg, mais l'ensemble des dispositions de sécurité initiales sera au besoin renforcé conformément au plan Vigipirate. Les patrouilles de police et de gendarmerie seront plus fréquentes et l'ensemble des acteurs de sécurité sont mobilisés.

  • 12/12/18 | Electricité publique : Limoges re-signe pour 30 ans

    Lire

    Une nouvelle convention de concession vient d'être signée entre la ville de Limoges, Enedis et EDF, respectivement pour la gestion du service public de distribution d'électricité et la fourniture d'énergie électrique (tarif règlementé) pour trente ans. Ce contrat, visant notamment, selon la ville, à "améliorer les indicateurs de performance et de suivi de service public d'électricité", permet aussi aux clients de bénéficier de e.quilibre, une solution numérique pour les aider à maîtriser leur consommation énergétique.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Au-delà de l'économie, la forêt des Landes en quête d'une nouvelle identité ?

25/02/2009 |

secteur de Captieux (Gironde)

Les conséquences économiques de la tempête Klaus marquent et marqueront longtemps le secteur de l'industrie forestière d'Aquitaine, mais elles ne sont malheureusement que la face émergée de l'iceberg. Au-delà de cette crise économique, se révèle une véritable crise de l'identité de la forêt des Landes, en termes d'image, de tradition culturelle, d'écotourisme et d'environnement. Afin de prendre correctement la mesure de ces questions, Aqui a rencontré des personnalités au fait de ces problèmes et de ces enjeux : MM. Capes et Lescouzères, ténors du massif forestier des Landes, M. Jean-Luc Gleyze, Vice-président du Pays des Landes de Gascogne et Vice-président du Conseil général de Gironde et M. Jean-Michel Carnus, Directeur de recherche à l'INRA-Pierroton.

Au-delà de l'investissement financier, la forêt des Landes avec ses pins bien ordonnés avait également, une véritable valeur sentimentale tant pour ses nombreux propriétaires que pour l'ensemble des habitants de la région. MM. Capes et Lescouzère expliquent en effet que «pour les propriétaires, la forêt est un attachement familial fort. Plus qu'un patrimoine foncier, c'est, en quelque sorte, une dette aux anciens que l'on se doit de pérenniser pour les générations futures. » Selon M. Capes, cette dimension familiale était une garantie de la pérennité de la forêt, confortée par l'activité forestière. Mais, au-delà du rapport propriétaires-massif forestier, il reconnaît « un fort sentiment d'appartenance global de la forêt landaise à l'ensemble de la population. Cela s'explique par l'existence de nombreuses forêts communales et par les usages traditionnels que l'on en faisait ». M. Lescouzère confirme, « la forêt des Landes était typique pour ces paysages, son ambiance, la chasse à la palombe et la cueillette des champignons... Aujourd'hui les parcelles sont inaccessibles, et dangereuses, et les palombières n'ont pas tenu le choc. C'est un type de civilisation qui va devoir subir de grands changements désormais».

" Un paysage que nous jugions préservé"
Dans le même esprit, le Vice-président du Parc naturel de Gascogne, Jean-Luc Gleyze, parle, quant à lui, d'«enjeux d'identité ». « Notre identité c'était un espace forestier remarquable, un patrimoine naturel, un paysage que nous jugions préservé, et qui caractérisait l'image de nos territoires. Désormais, le massif ne nous offre qu'un paysage dévasté. Notre identité, sur laquelle s'appuyaient fortement l'écotourisme et la stratégie de développement du territoire, n'est plus ce qu'elle était et appelle à des adaptations. » Il illustre ses propos en citant l'exemple de l'écomusée de Marquez, situé au cœur de la réserve naturelle des Landes de Gascogne, où quelques uns des derniers pins à gemmes n'ont pu résister à la tempête. « Ce musée, témoin du passé et de l'histoire du massif, est désormais le témoin malgré lui du massif d'aujourd'hui, soufflé par la tempête. De la même manière ce sont, les chartes de développement territorial qui vont devoir être modifiées car le territoire n'est plus ce qu'il était. »

"Un effet important et négatif en terme environnemental"secteur d'Ychoux (Landes)
La question des conséquences de la tempête se pose également en termes d'impact environnemental, autre composante essentielle de l'identité du massif. Selon Jean-Michel Carnus, directeur de recherches au site de recherche forêt-bois de l'Inra-Pierroton, les effets sur le bilan de carbone, risque, contrairement à l'idée habituellement répandue, d'être assez faible. Il explique en effet, que « l'expérience de 1999, a montré que même si la forêt n'est pas immédiatement replantée, le reste de la végétation repousse très vite et comble pratiquement dans son entier le rôle des pins dans l'absorption du carbone, de ce coté là il n'y a pas réellement de souci à avoir ». Il en va de même concernant la biodiversité. « Les espaces ouverts par la tempête vont être recolonisés par des mélanges d'espèces, ce qui est un élément plutôt favorable à la biodiversité végétale. » Cela dit, d'autres aspects sont réellement préoccupants et doivent correctement être pris en compte. « La tempête a un effet important et négatif en terme environnemental sur le point qu'elle a eu pour conséquence de mettre au sol une nourriture abondante. Ceci risque indubitablement d'entraîner l'afflux de populations non désirables comme les insectes dits ravageurs. » Parmi eux se trouvent les scolytes du pin, sorte de petits scarabées qui se nichent sous l'écorce des bois et dont les effets peuvent être « aussi dramatiques que la tempête » elle-même.

Enrayer le développement des insectes ravageurs
« Nous avions eu de la chance en 1999, car la tempête avait été suivie d'un hiver très froid, ce qui avait grandement freiné le développement des populations ». Pour tenter d'enrayer un tel développement de ces insectes, il faudrait procéder à une exploitation rapide des arbres en forêt, assortie éventuellement d'un nettoyage du terrain dans les zones à risque et d'un traitement par écorçage des pins abattus, voire, sous certaines conditions, d'un traitement insecticide. Un autre des dangers phytosanitaires réside dans le développement des champignons tel que le « fomes » qui a la capacité de se développer dans une souche puis de se propager aux arbres vivants par contact racinaire, mettant en question la reconstitution elle-même. L'inaccessibilité des parcelles, ainsi que l'abondance de la nourriture au sol seront également deux éléments favorisant « la surpopulation d'espèces telles que le chevreuil et le sanglier qui peuvent provoquer des dégâts sanitaires à hauteur de 10% du volume actuel ».

Une situation pas totalement inconnue
Secteur de Saint-sever (Landes)Si la situation est préoccupante à de nombreux points de vue, ce n'est pas pour autant une situation totalement inconnue. Le massif des Landes a derrière lui un grand nombre d'épisodes difficiles. De mémoire de sylviculteur, M. Lescouzère compte six gros évènements climatiques ayant touché le massif forestier au cours des soixante dernières années. Bien sûr, ils n'ont pas tous eu un impact aussi dramatique que le passage de Klaus, mais certains d'entre eux ont été tout aussi tragiques et sont ancrés dans la mémoire collective. Parmi eux, il y a bien sûr la double tempête de 1999, qui a causé un grand nombre de dégâts, mais également le grand incendie de 1949 durant lequel la superficie de la forêt détruite équivalait aux estimations actuelles des dégâts, à savoir 300 000 ha. Ces épisodes climatiques précédents sont porteurs de leçon pour l'avenir des Landes.
Après 1949, la forêt, à l'époque exclusivement exploitée comme « usine à gemme », avait été totalement réaménagée pour être mieux protégée des incendies, il avait également était mis en place un nouveau système de gestion faisant alors passer la production de résine au second plan et l'industrie du bois d'œuvre au premier plan. Jean-Michel Carnus le confirme : « On est dans une situation comparable à celle suivant les incendies de 1949. Or, après ces incendies dramatiques, s'était posée la question du devenir de la forêt, par rapport à la résine. A cette occasion, plus de 600 espèces avaient été testées sur le sol si peu fertile des Landes. » La conclusion avait été que le pin maritime, espèce endogène, était la plus adaptée aux conditions particulières de la région. « Seul le pin maritime, résiste à l'humidité de l'hiver et à la sècheresse de l'été, il est le seul capable de pousser sur notre sol si pauvre en minéraux ». Cela dit, ce constat ne signifie pas que rien ne doit changer.

"Un pays d'aventuriers"
« L'INRA essaie d'adapter cet espèce aux évolutions rapides du climat et propose des croisements, notamment entre pin maritime des Landes et pin maritime du Portugal, qui n'ont pas forcement développé les mêmes qualités. On peut également imaginer, une forêt avec des îlots d'espèces différentes ou des lisières mélangeant les espèces d'arbres sur des parcelles où le sol est un peu plus fertile. Enfin, tout comme à la fin des années 1940, il faudra nécessairement réfléchir aux moyens de diversifier la gestion de la forêt. »
Comme le rappellent MM. Lescouzère et Capes, « Les Landes, c'est un pays d'aventuriers. Nos ancêtres étaient bergers, nos parents sont devenus gémmeurs, et nous nous sommes convertis à l'industrie du bois...soixante plus tard, il faut tout recommencer. C'est douloureux, mais nous sommes vaccinés.» L'éternel recommencement. Et si c'était ça, au fond, l'identité du massif landais ?

Solène Méric

crédits photos:
Aqui! et DRAAF Aquitaine

Partager sur Facebook
Vu par vous
1001
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !