Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Bassin versant de la Leyre: un phénomène de crues inédit qui appelle la prudence

15/05/2020 | Alors que la décrue s'amorce, le Parc Naturel régional des Landes de Gascogne a mis en place une cellule de crise qui permet de dresser un état des lieux de la situation et des chantiers à venir.

Bassin versant de la Leyre, un phénomène de crues inédit

« Orages cévenols » sur les bassins versant du Ciron et de la Leyre... Telle est la comparaison du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne pour décrire le phénomène pluvieux d'une rare intensité qui s'est abattu sur ces deux vallées, les 10 et 11 mai dernier. En chiffres ce sont 160mm d'eau qui sont tombés en 36 heures, soit l'équivalent de 2 mois de précipitations. Une situation exceptionnelle et des dégâts importants sur le Val de l’Eyre, le Sud-Gironde et la Haute Lande. Le Président du Parc, Renaud Lagrave, a annoncé se rendre sur place lundi 18 mai prochain. Pour l'heure, en tout cas, la prudence est de mise notamment autour de la Leyre.

Dans la très grande majorité des cas, les dépressions se déplacent d’Ouest en Est et donc, habituellement, se contentent de traverser Val de Leyre, Sud Gironde et Haute Landes. Mais les 10 et 11 mai, le phénomène pluvieux est resté bloqué au-dessus des bassins versants du Ciron et de La Leyre, de quoi provoquer des cumuls de grande ampleur en peu de temps, dans un contexte de nappes phréatiques saturées suite aux différents épisodes pluvieux de l'hiver et début du printemps.

« Le ciel nous est tombé sur la tête »
Selon Laurent Degrave, technicien rivières du Parc, si l'ampleur de l'épisode connu les 10 et 11 mai, était inédite sur ce territoire, se sont en réalité deux phénomènes qui sont conjugués : « Il y a d'abord eu la remontée de la nappe phréatique qui été déjà très haute, quasiment à raz du sol avec les pluies importantes depuis décembre. Puis, très vite, le deuxième effet est arrivé derrière : le débordements des fossés et des cours d'eau » causant des écoulements de surface et des déversements qui se sont multipliés. Conséquence : des ruissellements puissants ont surgi dans les rues, des maisons ont été inondées, des infrastructures notamment des ponts, des édifices soutenant des pistes cyclables et des routes n’ont pas résisté.

A Salles, une des villes touchées dans le sud Gironde, le maire Luc Dervillé l'assure dans une vidéo sur la page facebook de la ville, tournée au côté de Laurent Degrave : « Le ciel nous est tombé sur la tête! Tous les quartiers de Salles ont été inondés, il n'y en a pas un seul quartier qui ait été épargné. » Côté routes : sur l'ensemble du département de la Gironde près de 90 routes ont été impactées par les fortes précipitations des 10 et 11 mai, et plus d'une vingtaine coupées en raison de l'inondation des voies. Sur ces dernières près de la moitié se situent en Sud Gironde.

Si la décrue est désormais amorcée, Salles notamment, mais aussi Mios, Biganos, Le Teich et les communes de l'aval, se sont vues à nouveau particulièrement touchées, par « la montée vertigineuse de la Leyre », raconte le maire Sallois. En cause : la marée haute du mardi 12 mai en soirée et la l’arrivée des eaux dans les différents affluents qui sont eux-mêmes venus gonfler la Petite Leyre, la Grande Leyre et l’Eyre. « À Belin-Béliet, on a enregistré le 13 mai, sur l’échelle de référence du Pont de Mesplet, la cote de 2m40 », note la cellule de veille du Parc, menée par Laurent Degrave.

Demandes de reconnaissance de catastrophe naturelle
« En plus des routes fragilisées, stations d’épurations, piscicultures, moulins, activités agricoles et autres équipements en fond de vallées ont pu être touchés. Des habitants ont également subi la montée des eaux sur certains secteurs, souvent loin des cours d’eau, nécessitant l’intervention solidaire de la cellule de crise mise en place par le Parc », précise ce dernier. Selon Laurent Degrave, « le principal travail à mettre en oeuvre maintenant c'est de travailler avec les commune à l'élaboration du dossier de demande de reconnaissance de catastrophe naturelle ». C'est en effet « cette reconnaissance qui permettra aux particuliers de faciliter leur relation avec les assurances », souligne quant à lui le Maire de Salles.

Mais le Parc travaille aussi dans le cadre de sa compétence GeMaPI (gestion des milieu aquatique et prévention des inondations) prise en charge très récemment, et accompagne les communes à la rédaction de ce document « qui est atypique pour toutes ces communes de la partie amont du Bassin (que ce soit côté landes ou côté Gironde) car elles n'avaient jamais connu ces soucis là. C'est vraiment un événement inédit. » Et s'il faut pointer un responsable, pour Laurent Degrave, le changement climatique, n'est pas innocent. « Les anciens ont sans doute déjà vu des crues importantes mais sur des temps long, là ,36 heures c'est extrêmement rapide », pointe l'expert qui souligne d'une part la chance d'avoir un fleuve sans trop d'aménagements dans son lit majeur (ayant ainsi limité la gravité du bilan) et d'autre part la possibilité que ce genre d'événement pourrait se multiplier en parallèle de plus longues périodes de sécheresse...


« Un impact plus fort que la tempête Klaus »
Dans un futur, espérons le plus proche, une fois la décrue achevée, le temps sera aussi à dresser le bilan : il faudra faire l'inventaire des dégâts, mettre en place des expertises sur les ouvrages d'arts, les ponts, les routes qui ont été coupées ». Mais sur la rivière également. « Demain nous aurons sans doute un fleuve qui aura énormément d'arbres en travers, des berges affaiblies, des glissements de terrains par endroits dans la vallée, un fleuve qui va peut-être s'être déplacé... Donc ça veut dire une rivière dangereuse. Je m'attends à un impact plus fort que la tempête Klaus en termes d'encombrement de la rivière ». Et qui dit rivière dangereuse dit prudence. L'inventaire doit être complet avant de nouveau autoriser l'accès à la rivière. Pêcher, faire du kanoé sur la Layre, on ne peut pas l'envisager, ça serait extrêmement dangereux de vouloir s'y aventurer » avertit Laurent Degrave.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : PNR des Landes de Gascogne

Partager sur Facebook
Vu par vous
9546
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !