Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Bayonne : comment sauvegarder un espace rare à la périphérie d'une ville

31/03/2008 |

Bayonne : comment sauvegarder un espace rare à la périphérie d'une ville

La vigilance d'élus municipaux soucieux d'endiguer la spéculation foncière, l'intervention opportune de la Safer, de l'Etablissement public foncier local, du Conseil général, attentif aux Espaces naturels sensibles, l'esprit de compréhension d'une héritière propriétaire d'un vaste périmètre au contact immédiat de la ville: il fallait que toutes ces conditions, assorties de beaucoup de délicatesse, soient réunies pour que naisse une opération exceptionnelle aux portes de Bayonne.

Venant du centre de Bayonne, franchissant l'Adour et remontant vers le nord, vous arrivez quartier Saint Etienne, traversez la cité Habas et ses HLM et, empruntant une petite route goudronnée, vous arrivez en pleine campagne. Une vraie surprise, une propriété miraculeusement protégée du béton, entre la RN 10 et le D 107; près de 12 hectares qui sont un havre de paix, par la grâce d'une nature bien faite et bien entretenue, des côteaux très verts, des pins maritimes dominateurs et une petite vallée où se glisse un ruisseau. C'est là que vivait un maraîcher, M.Bellecave, dont la propriété s'organisait autour d'une grosse bâtisse de 422m2, de 4500m2 de serres attenantes, de 4 hectares de maraîchage en plein champ, d'un hangar avec chambre froide et, en contrebas, d'un étang servant à l'irrigation des culture.

Un espace convoité

L'homme est décédé à l'âge où l'on continue à prendre, chaque jour, rendez vous avec un métier très attachant. Jean-René Etchegarray, adjoint au maire de Bayonne en charge de l'urbanisme, comme le maire, Jean Grenet, avaient un oeil sur cet endroit, évidemment convoité par les promoteurs. Bayonne est une ville qui s'enorgueillit, légitimement, de disposer, déjà, de 27% de logements sociaux et reste attentive à conserver une certain équilibre. "En réalité, M.Bellecave était déjà venu me voir, il y a au moins six ans, rapelle M.Etchegarray, conscient de la pression foncière qui s'exerçait à la périphérie de Bayonne où l'avenir des terres agricoles est un véritable problème. Au décès du propriétaire se posait la question de la succession; une fille infirmière à Paris n'envisageant pas de reprendre l'exploitation. C'est alors qu'en nous appuyant sur tous les outils existants et avec la Safer qui a mis en place une série de dialogues nous avons pu trouver une solution d'ensemble; la municipalité y était d'autant plus intéressée que les serres municipales actuelles de Bayonne, sont à l'étroit et que nous pouvions les réinstaller à cet endroit."

La maîtrise publique

Vue de la maison d'habitationAlain Haurie conseiller foncier au Pays Basque résume l'histoire d'une opération qui a nécessité beaucoup de patience, de réunions, et aboutira à la maîtrise publique d'un espace rare. "Pendant un an après le décès du maraîcher, il n' y a plus eu aucune activité sur l'exploitation. Nous étions en contact et informés de l'intention de vente de la fille du propriétaire; au départ la Safer ne pensait pas à acquérir ce bien. La situation familiale était à priori délicate: deux grands mères vivant sous le toit de la grande maison dontl'une avec sa fille et l'autre avec un fils handicapé. Nous avons tenu compte de tout cela et c'est vrai que l'intérêt manifesté par la ville de Bayonne a joué un grand rôle. Nous avons donc acheté cette propriété à l'été 2007, à l'exception d'un terrain de 4.000 m2 que la propriétaire a souhaité conserver pour y construire, un jour peut être, une maison. Parallèlement, nous avons défini un droit d'usage respectant les nécessités famiiiales: le maintien dans les lieux jusqu'à l'été 2009, c'est à dire pendant deux ans, d'une personne et sa fille et de l'autre, pour Mme Bellecave et son fils l'assurance de pouvoir continuer à vivre, là, jusqu'au décès de la mère.

Chacun sa partition

Il n'est pas besoin de beaucoup d'explications pour comprendre que mener à bien pareille opération requérait, certes beaucoup de technicité mais également une grande part de tact. Un atout supplémentaire, de taille, est venu s'ajouter au dispositif prévu: la création de l'EPFL, l'Etablissement public foncier local, fraîchement mis en place sous l'égide du Conseil Général, dont l'unedes missions essentielles est la possiblité d'acquérir des terrains et de les "porter" pour le compte des collectivités. C'est ainsi que l'EPFL, en bonne intelligence avec la Safer, allait acheterune partie du terrain qui dans le Plan Local d'Urbanisme a vocation à être aménagée ainsique les bâtiments pour le compte de la ville de Bayonne, ce que celle-ci ne pouvait faire. Arnaud Portier qui dirige le tout jeune établissement avait la réponse : "un projet publique paraissait intéressant et nous sommes intervenus pour assurer la garantie de bonne fin dont la Safer avait besoin". On aura garde d'oublier la possibilité, en cours d'étude, de location, à titre précaire, de terres cultivables notamment par le biais de convention de mise à disposition comme le rappelle, au nom de la Safer, Alain Haurie.

Plan de la répartition
En rose : Département des Pyrénées Atlantique
En vert : Ville de Bayonne
En rouge : E.P.F.L.

 

Résumer le montage général qui a présidé au succès de l'opération c'est:

  1. Reconnaître le rôle de pilotage général de la Safer, acquéreur de la propriété
  2. Souligner celui du Conseil général qui avait la vocation et les moyens d'acquérir 7h30 d'Espaces naturels sensibles
  3. Acter l'engagement de la ville de Bayonne à acquérir 1ha85 de serres et parcelles non bâties
  4. Mettre en évidence le rôle de l'EPFL qui pouvait, pour le compte de la ville de Bayonne, "porter" une propriété bâtie et faire une réserve foncière sur 2ha53.

Alain Haurie qui a oeuvré avec pugnacité, sous les couleurs de la Safer Aquitaine-Atlantique, est tout à fait fondé à constaterque "le résultat est assez satisfaisant". Il n'aurait pas été possible sans la volonté générale de tous les partenaires de respecter un espace naturel et comme le rappelle M. Etchegarray, "la mémoire d'un homme, un maraîcher attaché à sa terre".

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
586
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !