aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Biodiversité, économie, humanité: les abeilles comptent

14/12/2016 | Silence et intérêt. Pas une mouche ne volait hier à lors de la conférence de Gilles Boeuf, sur les pollinisateurs à la Région. De quoi s'inquiéter?

Conférence de Gilles Boeuf  sur les polliisateurs au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

Gilles Bœuf, titulaire de la chaire annuelle Développement durable, environnement, énergie et société au Collège de France, Ancien Président du Muséum d’Histoire Naturel, expert de la biodiversité, était l'invité ce 12 décembre, du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, pour une conférence sur les pollinisateurs, l'homme et la biodiversité. Pollinisateurs dont le monde scientifique ne cesse d'alerter sur leur disparition avec en animal symbole de ces populations en régression constante : l'abeille. Une soirée de mise en garde sur l'urgence de la situation, qui a ainsi marquer le lancement par la Région et son vice Président chargé de la biodiversité Nicolas Thierry, d'un Plan d'action et de protection des pollinisateurs mis en œuvre dès 2017.

Les pollinisateurs, c'est l'exemple parfait de la coévolution entre espèces animales et végétales, ou plus joliment dit par Gilles Boeuf : c'est « une histoire d'amour entre plantes et animaux ». Techniquement, la pollinisation c'est « un animal vecteur qui prend les graines de pollen d'un fleur mâle et les amène vers le stigmate de la fleur femelle ». Qu'ils soient abeille, papillon, bourdon, ou même chauve-souris ou oiseau parfois (colibri), « sur les 20 M d'espèces animales recensées dans le monde, 250 000 sont probablement des pollinisateurs », estime le chercheur. Il ajoute « si l'espace marin compte entre 7 à 8 fois moins d'espèces que l'espace terrestre, c'est probablement du à la quasi inexistence de pollinisateurs marins ». Sur terre, « les 20 000 espèces d'abeille recensées sur la planète (un millier en France) fécondent 90% des plantes sauvages. Les pollinisateurs sont indispensables à la survie des trois quart des espèces de plantes», indique Gilles Boeuf.
C'est dire si les pollinisateurs comptent pour la biodiversité.

«Plus un écosystème est biodivers, plus il peut résister et résilier »Un impact qui se mesure donc aussi en terme de production agricole : arbres fruitiers, cacao, différents bois, café, semences, amande, lin,... « Plus de 70% des cultures au niveau mondial dépendent fortement voire totalement de la pollinisation. C'est 35% en tonnage de ce que mange l'humanité, 5 à 8% de la production mondiale soit plus de 235 Md de dollars, certaines estimations montent même à plus de 570 Md de dollars... » liste l'intervenant. En France, la valeur économique de la pollinisation du point de vue de la production agricole est estimée à 1,5 Md d'euros par an.
C'est dire si les pollinisateurs comptent pour l'économie.
Mais les pollinisateurs, en tant qu'élément de la biodiversité dans son ensemble, c'est aussi une longue liste de services écosystémiques rendus gratuitement à l'humanité qu'a énoncé le chercheur : « régulation des maladies, prévention des glissement de terrains, régulation hydro-systémique, recyclage des déchet organiques,... » et bien d'autres. Or, ajoute-t-il « plus un écosystème est biodivers, plus il peut résister et résilier ».
C'est dire si les pollinisateurs comptent pour la survie de notre propre espèce.

Prise de conscience nécessaire de l'international à l'individuMais d'autres chiffres livrés hier soir, pour le moins, inquiètent : « depuis 40 ans on note une forte diminution des pollinisateurs : plus de 40% pour les abeilles, 31% pour les papillons ; 16,5% des pollinisateurs sont menacés d'extinction. Dans certaine partie de l'Asie 80% des pollinisateurs sont partis. En Chine, il y a des coins où il n'y en a plus aucun, c'est très grave. » Sur les causes de cette diminution des populations, Gillles Beouf cite en vrac : le productivisme agricole, la spécialisation des exploitation, l'usage de pesticides, des problèmes parasitiques, les mauvaises conditions de transports des ruches par le monde apicole (qu'il n'épargne pas, tout en reconnaissant désormais les efforts) ou encore le réchauffement climatique qui change trop vite, empêchant l'évolution de certaines espèces...
Face à cela il constate tout de même qu'il se passe des choses au niveau mondial, les rapports internationaux, congrès ou même traité et loi se multiplient. La ratification rapide de l'accord de Paris (COP 21) est d'ailleurs pour lui "un signe encourageant de la prise de conscience des dirigeants internationaux" du problème. Un intérêt nouveaux des dirigeants qui n'enlève en rien pour Gilles Boeuf, d'une part à la nécessité "d'agir vite", et d'autre part, l'indispensable prise de conscience citoyenne des individus dans leur vie quotidienne. « Chacun de nos actes et achats, peut avoir une conséquence sur notre biodiversité, à nous de choisir celui qui laissera la moindre impact », a insisté le scientifique engagé.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7173
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !