Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Bios d'Aquitaine : mise en garde contre la tentation OGM

06/03/2007 |

Bioaquitaine -

Face à un éventuel règlement européen laxiste (voir ci-contre) et aux décisions prises sur le terrain en faveur du développement de la culture de maïs génétiquement modifié, l'agriculture biologique qui bénéficie pourtant d'un marché en expansion se sent plus que jamais la mal aimée des instances décisionnelles. Mais en Aquitaine les bios ne baissent pas les bras et ils mettent en garde contre la tentation OGM

L'agriculture biologique, avec ses 2% des surfaces agricoles, fait figure de nain auprès de l'agriculture "conventionnelle et productiviste", mais si l'on prend en compte les coûts humains, environnementaux, et ceux qui concernent le tissu rural, son importance est autre. Cette agriculture, sous l'effet d'une demande croissante, est de plus, dans nombre de pays européens, en expansion. Cependant, estiment les tenants de l'agriculture biologique, cette croissance risque d'être cassée si le consommateur s'aperçoit un jour que les produits bios ne sont plus ce qu'ils étaient . C'est pourquoi, pour le président de Bio d'Aquitaine, Jon Harlouchet, il n'est pas question de revoir dans ses points clés, en particulier celui qui concerne les OGM, le cahier des charges français :" homologué par le ministère français de l'agriculture, il n'admet pas plus que le seuil de détection des OGM, soit 0,01%".

 

Le leader des bios d'Aquitaine rappelle que ce règlement national fut approuvé par "l'Assemblée souveraine". Et ne déplore donc qu' avec plus de force que le gouvernement ait décidé sans débat, et par décret, à travers une simple communication du ministère de la Recherche et non de l'Agriculture, de transposer la directive européenne destinée à encadrer -elle permet aussi des interdictions -les cultures et essais OGM. C'est à ses yeux "une véritable hérésie" de vouloir décider de la sorte, sur un sujet qui présente autant d'implications. Ce qu'il explique par la volonté des grandes organisations agricoles de ne pas ouvrir le dossier, à la fois pour ne pas contrarier ceux qui veulent cultiver les OGM, et pour "ne pas imposer un cahier des charges plus contraignant aux producteurs sous signe de qualité "(label, AOC), lesquels signes de qualité n'exigent pas, en général, l'absence d'OGM dans l'alimentation et sont soumis à la règle générale en la matière.

Quelle urgence?

Coexistence entre cultures OGM et cultures bios? Jon Harlouchet et Angela Mallaroni (chargée de la communication) préfèreraient que la question ne se posât jamais. "D' abord, quelle est l'urgence," ? interroge le premier. Car, à leurs yeux, les champs de maïs bio -on en cultive toute de même 5000 hectares dans le sud-ouest -vont se trouver exposés à la dissémination. En effet ni l'un ni l'autre ne croient au sérieux et à l'efficacité de "l'encadrement" annoncé. lls n'en veulent pour preuve que ce que certains ont vu, en filant, l'an passé, les camions de grain, en Lot-et-Garonne, où la coopérative assurait mettre en oeuvre des règles strictes de séparation et de traçabilité. Les bennes étaient simplement vidées sur deux tas voisins et sur la même aire.... Des études sur le pollen et les ruches ont également révélé de forts taux de dissémination jusqu'à 400 et même 1200 m de distance. Jon Harlouchet note par ailleurs que la culture du maïs OGM qui s'est beaucoup développée depuis sept ans de l'autre côté des Pyrénées, en Navarre, Aragon et Catalogne, a abouti à l'élimination totale du maïs bio en Espagne. Ce qui se traduit par le développement des achats espagnols de cette céréale bio. "Ce qui montre bien, souligne Jon Harlouchet, que cette forme de production peut, elle-aussi, avoir une justification économique". Angela Mallaroni qui a vécu longtemps en Argentine, où elle pratiquait l'apiculture, témoigne pour sa part de "la révolution OGM" qui est intervenue dans ce pays avec la contribution de Monsanto, dans le domaine du soja, et ce qu'elle rapporte aux producteurs bios aquitains, ne les encouragera pas à emprunter la même voie. Ce qu'elle a vu lui paraît incontestable, et à ses yeux, ne pas vouloir en tenir compte "c'est de l'autisme ou de la complicité". "Il n'est plus possible de pratiquer l'apiculture en Argentine assure-t-elle- les abeilles n'aiment pas le glyphosate." Or, avec le soja "Roundup ready" on en a répandu partout, souvent par avion, et même sur les populations". Le passage à une quasi-monoculture du soja, a entraîné la déforestation, la concentration en feed-lots de l'elevage bovin (il faut faire consommer le soja), et la contraction des cultures vivrières. Monsanto apprend maintenant aux populations locales la façon de faire du steack et du lait de soja ! Ces changements entraînent de gros problèmes sanitaires et environnementaux".

Avertissements

C'est sur ce fond de décor que Jon Harlouchet rappelle que les dispositions du texte de loi qui fut examiné par le Sénat -mais qui semble voué aux oubliettes- ne prévoyait qu'un dispositif d'indemnisation insuffisant et inadapté, et que s'il est repris pas décret, personne ne se sentira à l'abri. D'autant que les assureurs privés refusent toujours de couvrir le risque OGM. C'est dire que le maïsiculteur dont le champ pourra être considéré comme responsable de dissémination OGM va s'exposer aux plaintes des éventuelles victimes. "La pyrale sur le maïs est une impasse de la monoculture, estime Jon Harlouchet. En ce qui nous concerne, nous avons, par nos pratiques culturales des réponses qui n'impliquent pas de passer pas la culture OGM. Si le président d'Euralis voulait vraiment rendre service à ses agriculteurs, ce n'est pas le choix de développer la culture OGM qu'il aurait fait. Mais il a fait le choix de sa structure et des semenciers. Cependant nous allons nous défendre, et par tous les moyens. Je rappelle que la responsabilité, incombera aux producteurs, et non aux semenciers. Les gens sont face à leurs responsabilités, ce sont eux les premiers concernés....."


Gilbert Garrouty


Notre Photo: Jon Harlouchet et Angela Mallaroni à Bio d'Aquitaine à Bordeaux (Ph Aqui)

Partager sur Facebook
Vu par vous
903
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !