aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Bois énergie: l'ALEC mobilise les élus "de l'arbre au radiateur"

11/12/2015 | L'Agence Locale de l'Energie et du Climat a consacré une matinée de la semaine à sensibiliser élus et propriétaires forestiers au bois énergie, en salle et sur sites.

Visite d'un chantier de mobilisation de bois à Saint-Palais

Ce mardi 8 décembre au matin, au collège de Saint-Ciers-sur-Gironde, les personnels de l'Agence Locale de l'Energie et du Climat de la Métropole Bordelaise et de la Gironde, s'attendaient à recevoir une quinzaine de personnes. Mais, bonne surprise, ils étaient environ une quarantaine à avoir répondu présent à l'invitation pour une matinée d'informations et de visites sur le terrain autour de la thématique du bois énergie. Un rendez-vous de sensibilisation auprès des acteurs de la filière et des élus, pour faciliter et encourager le développement de projets de chaufferie bois énergie sur le territoire, totalement en phase avec les ambitions de réduction des émissions des Gaz à Effets de Serre (GES) et de la COP 21. Au programme des visites: chaufferie, chantier forestier, une plateforme de production de plaquettes et un réseau de chaleur communal.

C'est dans une salle du réfectoire du Collège de Saint-Ciers-sur-Gironde que la matinée organisée à l'initiative de l' ALEC a débuté ce mardi. Un lieu loin d'être choisi au hasard puisque après une séance introductive sur les éléments clés à connaître sur le bois énergie en général et en Gironde en particulier, c'est sur ce même site que s'est déroulée la première visite de la matinée : la chaufferie du collège, mise en service cette automne et traduisant la volonté du Département de substituer les énergies fossiles par le bois énergie dans les collèges.

Un incontournable de la transition énergétique en marcheAvant les visites sur le terrain, Mercedes Aguilera, animatrice bois énergie et Henri Husson, Directeur adjoint du CRPF, ont, dans un premier temps, fourni aux participants une vision globale du bois énergie, non seulement comme un incontournable de la transition énergétique en marche, mais aussi, sous condition de structuration d'une filière efficace et durable, comme une source de développement économique locale, « de l'arbre au radiateur ». Un ensemble d'arguments pour que les différents responsables présents, osent franchir ce pas énergétique pour leur établissements de leurs collectivités, en toute conscience des éventuelles difficultés, mais des solutions aussi.
Sur la dimension environnementale d'abord, « le développement du chauffage au bois énergie permettrait de répondre à l'objectif européen de diviser par 4 les émissions de GES d'ici à 2050, le tout via des circuits courts », assure Mercedes Aguilera. Un objectif d'autant plus tenable, souligne-t-elle que « les fabricants de chaufferies à bois énergie, l'ont désormais technologiquement intégrer à leur production », permettant tout à la fois, efficacité énergétique et performance environnementale. Autre argument répété à plusieurs reprises, « la volonté politique de soutenir ces projets », qui se traduit par l'existence de diverses aides financières à commencer par le fonds chaleur de l'ADEME (d'ailleurs récemment élargi) mais aussi des soutiens au niveau départemental et régional, sans oublier les accompagnements techniques, juridiques ou de montage de projets proposé par ces structures, ou par l'ALEC elle-même. Car Mercedes Aqguilera ne le cache pas, la complexité dans un tel projet, s'il est entrepris seul, est au rendez-vous.

Visite de la chaufferie du collège de Sant-Ciers-sur-Gironde


"Faire des propriétaires des sylviculteurs"Mais, au moment de penser chaudière et chauffage, il faut aussi questionner la ressource qui permettra son fonctionnement : le bois. Or, pour répondre à l'objectif de facteur 4, il faut parvenir à accroître la mobilisation de la ressource. « Ce qui est possible, rassure l'animatrice en se basant sur une étude de l'ADEME. Le tout en réussissant à limiter la concurrence dans l'utilisation de la ressource, par une utilisation « en cascade » du bois, du bois d'oeuvre jusqu'au bois énergie.
Mais dans la réalité, les choses sont plus complexes car la ressource principale du bois énergie est dans les feuillus. Or, s'ils sont bien présents sur le territoire (davantage que les résineux), le massif est très morcelé entre une multitude de petit propriétaires privés, et souvent à l'abandon. Il faut donc parvenir à mobiliser ces propriétaires pour qu'ils valorisent leur bois. Bref, « faire de ces propriétaires de véritables sylviculteurs », ce que bon nombre d'entre eux ne sont plus. Un objectif dont s'est donnée mission le CRPF, à travers le projet « Forêt d'avenir ».

Du rôle des collectivités pour une filière équilibréeDurant 3 ans, le pari du CRPF est de parvenir à identifier les bois disponibles qui pourraient être valorisés, ainsi que leur propriétaire, accompagner ces derniers dans leur choix de valorisation, parvenir à constituer des regroupements de producteurs indispensables pour structurer la filière et les chantiers au regard des autres acteurs ; qu'ils soient entrepreneurs de travaux forestiers, scieurs, ou encore producteurs de plaquette bois qui ont besoin d'avoir une ressources sécurisées. Une sécurisation de la ressource qui ne peut passer que par des pratiques durables d'exploitation que le projet du CRPF s'engage aussi à accompagner...

Réunion d'infomation animée par Mercedes Aguilera (ALEC) et Henri Husson (CRPF) pour motiver les élus à se lancer dans la dynamique du bois énergie


Mais pour tout cela « il faut que les collectivités s'approprient la démarche », encouragent ces regroupements opérationnels, plutôt que fonciers, et se posent comme « consommateurs » de bois énergie pour que la dynamique lancée soit véritablement durable. « A l'issue de ces 3 ans de bonnes pratiques, il faudra bien que la démarche deviennent territoriale, pour pérenniser des circuits courts et des partenariat avec les territoires ruraux et urbains, pour que la filière trouve son équilibre entre une Métropole, qui ne sera jamais productrice de bois énergie mais grosse consommatrice,et une ruralité à la logique inverse », synthétise Henri Huchon.
Autant de questions parfois complexes, que les visites de sites ont permis d'appréhender de manière très concrète, tout en démontrant le potentiel de réussites de ces projets.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9417
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jean-LuK | 12/12/2015

Que le bois soit une énergie renouvelable et locale, d'accord, que cela permette de réduire les gaz à effet de serre, j'en doute. La meilleure des façons de réduire ces gaz est d'utiliser ce bois pour isoler les bâtiments, et ainsi chauffer moins. Les arbres font le boulot (les prairies et tous les végétaux aussi), ils captent le CO2 et le transforment en matière organique. Les bruler, c'est remettre dans l'atmosphère le CO2 qu'ils avaient participé à séquestrer. Dire que cela est renouvelable, c'est sous-entendre que les arbres ne capturent que le CO2 produit par la combustion d'autres arbres et pas celui produit par la combustion des énergies fossiles…

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !