Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

12/08/20 : Depuis cet après-midi, la Gironde est repassée en vigilance jaune pour le risque feux de forêt. Les mesures de restrictions concernant la circulation des véhicules motorisés, les activités ludiques et sportives et les travaux forestiers sont levées.

12/08/20 : A compter de 18h, le département des Landes est placé en vigilance orange aux orages.

11/08/20 : Charente-Maritime : 2000, c'est le nombre de bottes de paille qui vont être disposées un peu partout dans le département sur le trajet du Tour de France. Une quarantaine d'agents de la collectivité sont déployés sur l'opération à partir d'aujourd'hui

11/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. Auparavant elle sera passée à Biarritz pour évoquer le ramassage des plastiques dans l'océan.

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/20 | Le ministère de l’Agriculture renforce son soutien aux agriculteurs face à la sécheresse

    Lire

    Face à l’épisode de sécheresse en cours, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, autorise le report de la date limite d’implantation des cultures dérobées valorisées comme surface d'intérêt écologique (SIE) dans certains départements affectés (en Nouvelle-Aquitaine : Creuse, Vienne et Haute-Vienne). Cette mesure vient compléter celles déjà prises ces derniers jours pour soutenir les agriculteurs dans cette période difficile.

  • 12/08/20 | Charente-Maritime : fort risque d'incendies et départs de feux

    Lire

    Au vu de la sécheresse importante que connaît le territoire, la préfecture 17 a placé vendredi le département au niveau « Risque très sévère » du plan de vigilance Feux de forêt. La Charente-Maritime a connu plusieurs incendies ou départs de feu depuis le début de l'été, vers Royan, sur Oléron et ce week-end dans le sud du département, à la limite de la Gironde, où 4 hectares de pinèdes sont parties en fumées. Pour rappel, il est interdit de fumer et de faire des feux en proximité de forêt.

  • 12/08/20 | Charente-Maritime : la préfecture limite le remplissage des mares de tonnes

    Lire

    Pour cause de sécheresse, la préfecture interdit à partir du 11 août le remplissage et la remise à niveau des mares de tonne à destination de la chasse de nuit au gibier d’eau sur les bassins de la Curé-Sèvre Niortaise, des marais de Rochefort et du Bord de Gironde Nord. Il est limité à une surface inférieure à 1 hectare sur les bassins du Mignon, du fleuve Charente, de la Boutonne et affluents, Antenne et Rouzille, la Seudre, la Seugne, le marais Bord de Gironde Sud, lary-Palais et Dronne Aval.

  • 11/08/20 | Un atelier vélo mobile est lancé à Royan

    Lire

    Le 2nd schéma cyclable a été adopté par la Communauté d’Agglomération Royan Atlantique le 24 janvier dernier. Dans ce cadre, Royan Atlantique vient de lancer un atelier vélo mobile destiné à promouvoir la pratique cyclable sur l’ensemble du territoire. Jusqu’au 23 août, cet atelier accueille les cyclistes sur le parking de la Bouverie dans la forêt de la Coubre. Dès la rentrée, les animations et les tournées de cet atelier seront annoncés sur la page Facebook « Mobilité Royan Atlantique ».

  • 11/08/20 | Les inscriptions pour la Remontée de la Seudre sont ouvertes

    Lire

    Depuis 1996, la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique organise la Remontée de la Seudre qui attire chaque fin de saison plus de 2000 personnes à pied, à vélo, en cheval ou en kayak. Cette année, les deux jours d’activités sportives en pleine nature associées aux dégustations de produits régionaux auront lieu les 5 et 6 septembre. Dès le 12 août et jusqu’au 3 septembre, les participants peuvent s'inscrire sur le site de l'Office du Tourisme

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Bordeaux : la filière vin se cherche un avenir environnemental

09/02/2020 | Le 11e forum du développement durable de la filière du vin de Bordeaux a eu lieu ce vendredi 7 février au Palais des Congrès réunissant des centaines d'acteurs.

Le 11e forum, animé par Denis Cheissoux, s'est déroulé dans un contexte incertain pour la filière vin

2020 sera le juge de paix du plan climat lancé il y a douze ans par la filière des vins de Bordeaux. Le but alors annoncé en 2008 était de réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble de la chaîne de production du vin. Après un bilan carbone 2013 faisant état de 9% de réduction d'émissions, l'heure était à la présentation des programmes proposés par la filière pour accompagner les producteurs vers la transition, avant que les résultats ne tombent dans le courant de l'année.

S'il est agréable de flâner aux détours des vignobles bordelais en ce doux début d'année 2020, cette sérénité ne reflète en rien l'état d'esprit actuel de la filière du vin de Bordeaux. Après des vœux symptomatiques au maire Nicolas Florian en janvier, les représentants du vin ont alerté les élus du territoire face à la crise économique avec les États-Unis. Les effusions de Donald Trump en conséquence de la guerre commerciale entre Boeing et Airbus impactent en première ligne les vins de Bordeaux. Après une taxation de 25% supplémentaires sur les vins français, les ventes de Bordeaux aux États-Unis ont chuté de 50% en chiffre d'affaires en novembre 2019. La filière du vin, avec ses producteurs et négociants ont donc besoin de se rassurer. D'où l'opportunité de présenter de bons résultats environnementaux. En 2020, doit être dressé le troisième bilan carbone des vins de Bordeaux après ceux de 2008 et 2013. Pour espérer tenir son engagement de 20% de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) sur douze ans, la filière a dû mobiliser tous ses représentants. Du moins le processus est en cours.

Le problème des Zones Non Traitées

Selon le dernier chiffre datant de 2017, 60% du vignoble bordelais est certifié par une démarche environnementale. L'objectif : 100% avant 2030. Pour y aider, la filière a créé le Système de Management Environnemental (SME) afin d'accompagner les producteurs, négociants et coopératives vers des modes de gestion plus raisonnés. Démarré en 2008, le SME touchait alors 26 entreprises. En 2019, le chiffre monte à 306, dont 92% de Châteaux. Le programme vise à effectuer un audit auprès du site viticole pour voir quelles sont ses répercussions sur l'environnement. Le diagnostic se traduit ensuite par un plan d'action avec l'intégration d'un groupe de travail SME sur l'exploitation. Ainsi, le programme a par exemple permis une réduction de l'usage de la ressource en eau : entre 2013 et 2018, les producteurs sont passés de 9.3 à 7.6 litres d'eau en moyenne pour produire un litre de vin. Côté traitements et pulvérisations, enjeu redondant du débat politique, la moitié des produits pulvérisés dans les vignobles sont désormais homologués biologiques. Un pas de plus dans un chemin qui reste long. D'autant que l'annonce du gouvernement sur les Zones Non Traitées (ZNT) en décembre dernier s'est heurtée à une vive opposition. Les ZNT prévoient que les agriculteurs n'appliquent aucun traitement sur une zone tampon de dix mètres quand leur parcelle touche une habitation. « Une incohérence entre les contraintes d'objectifs environnementaux et de temps pour les mettre en place » selon la Chambre d'Agriculture de la Gironde. Dans le département, les ZNT représenteraient ainsi 4000 hectares de terres. D'où l'importance aussi d'apporter des solutions au problème. Des solutions dont les premiers demandeurs sont les habitants.

Responsabiliser les entreprises

« Nous avons proposé aux riverains des réunions pour leur montrer que nous étions dans une démarche d'écoute » témoigne Pierre Darriet, responsable sur le vignoble du Château Luchey-Halde à Mérignac. Pour ceux qui vivent à proximité directe des vignobles, l'épandage nourrit en effet quelques inquiétudes. Pierre Darriet ajoute : « Un jour une voisine nous fait remarquer : « Pourquoi vous ne faîtes pas avec des drapeaux comme à la plage ?» ». Et depuis, un drapeau flotte au dessus des vignes. Quand il est vert, les promeneurs peuvent s'y balader car aucun traitement n'a récemment été appliqué. Quand il est orange, le traitement est encore en phase effective, et quand il est rouge, il est en cours d'application. Il est alors interdit de s'aventurer sur la parcelle. Des signaux clairs pour communiquer au mieux avec les habitants. Mais pas de quoi nourrir significativement les avancées environnementales. Pourtant, les défis pressent : en 26 ans, les vendanges ont été avancées de quinze jours en moyenne à Saint-Émilion. « Nous voulons favoriser le dialogue et l'engagement de tous » brandit Magali Ardiley, responsable du développement territorial à la Chambre d'Agriculture de Gironde. La dynamique de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) mise en place dans la filière du vin de Bordeaux depuis plusieurs années en est l'exemple concret. Grâce à cette démarche de prise en compte des enjeux environnementaux et sociétaux dans l'activité de l'entreprise, les exploitants parviennent à des progrès significatifs. « Il y a un désamour des métiers du vin et la RSE pourrait permettre d'y répondre » espère Denis Cheissoux, l'animateur du forum. En misant aussi sur l'expertise scientifique des universités, les vins de Bordeaux sont donc attendus au tournant.

Maxime Giraudeau
Par Maxime Giraudeau

Crédit Photo : Maxime Giraudeau

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8362
Aimé par vous
18 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !