Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Bordeaux : le bassin Adour-Garonne face au changement climatique

18/07/2019 | Le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine a accueilli, ce mardi, la réunion plénière du comité de bassin Adour-Garonne.

adour-garonne une

C'est au Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine, que s'est tenue ce mardi, la réunion plénière du comité de bassin Adour-Garonne. L'ordre du jour ? Trouver les moyens de renforcer l'adaptation du bassin au changement climatique. Une rencontre qui tombait à point nommé en cette période de canicule et à laquelle participaient notamment Alain Rousset, Président de la Région NA, Martin Malvy, Président du comité de bassin, Fabienne Buccio, préfète de Nouvelle-Aquitaine, Étienne Guyot, Préfet de la Région Occitanie et coordonnateur du bassin Adour-Garonne et Guillaume Choisy, DG de l'agence de l’eau Adour-Garonne.

C'est donc à l'Hôtel de Région à Bordeaux, qu'a eu lieu ce mardi, la réunion plénière du comité de bassin Adour-Garonne. Une conférence qui, compte tenu du manque de pluies hivernales et des très fortes chaleurs de ce début d'été, s'était fixé pour objectif de faire le point sur les conséquences de la canicule sur les ressources en eau, ainsi que sur les mesures à prendre dans l'avenir, pour renforcer l'adaptation du bassin Adour-Garonne au changement climatique. Un contexte qui rendait la situation particulièrement urgente, comme l'a rappelé d'entrée de jeu Étienne Guyot, puisqu'à la date du 11 juillet dernier, 29 arrêtés de restriction de consommation d'eau étaient en vigueur dans 19 départements du bassin Adour-Garonne ; 6 nouveaux départements ayant pris ces mesures suite au temps chaud et sec de la première décade de juillet. « 16 sous-bassins sont en restriction totale et seuls 6 départements, sur le bassin Adour-Garonne, n'ont pas encore pris d’arrêtés de restrictions en 2019 : l’Ariège, l'Aude, la Gironde, la Lozère, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées », a-t-il précisé. Conséquences ? Un déséquilibre hydrologique à l'échelle du bassin qui serait de 200 à 250 millions de mètre cube par an et des perspectives à l'horizon 2050, guère plus enthousiasmantes ; un déficit de 1,2 milliards de mètres cubes étant envisagé « si nous ne modifions pas nos usages et manières de faire ». « Nous consommons actuellement 2,4 milliards de mètres cube par an. Le déficit serait donc égal à 50% de notre consommation d'aujourd'hui alors qu'il y aura 1,5 millions d'habitants en plus sur ce territoire et qu'avec la hausse des températures, végétaux, animaux et humains voudront consommer encore plus d'eau. Deux tiers des département sont à cette heure en alerte. C'est une situation relativement inédite à la mi-juillet », a rajouté Martin Malvy pour qui il importe d'apporter des réponses collectivement.

Des réponses dans l'émergence de nouvelles ressources, mais aussi et surtout dans des politiques adaptées à la situation et déclinées sur les territoires, comme l'ont souligné les débats lors de la seconde séquence des Assises de l'eau qui s'est clôturée le 1er juillet dernier. Un enjeu important pour l'Adour-Garonne (20% du territoire et 10% des citoyens) qui risque d'être particulièrement impacté ; le budget de son agence de l'eau étant plus faible que celui de la plupart des autres agences, leurs recettes étant calculées sur la base d'une redevance. « L'agence de l'eau Adour-Garonne a déjà engagé 70% de ses moyens opérationnels sur les assises 2019, alors que nous ne sommes qu'au mois de juillet », a déploré Martin Malvy. « L’eau deviendra un facteur limitant aussi bien pour les populations que pour le développement économique et aura des conséquences dramatiques sur les milieux aquatiques, les zones humides et la biodiversité. Avec ce que l’on nous annonce, la vie elle-même, les activités économiques seront gravement compromises », poursuit-il.

 adour-garonne

Les mesures déployées

 

Conscient de cet enjeu majeur, l’État, le Comité de Bassin Adour-Garonne et les Régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie se sont donc engagés à soutenir une stratégie pour la gestion de l’eau dans le grand sud-ouest axée sur cinq priorités :

-Accompagner un plan d’économies d’eau dans ses différents usages

-Développer les mesures fondées sur la nature comme la restauration de zones humides, la végétalisation des villes ou la plantation de haies

-Optimiser les ressources existantes et mobiliser de nouvelles ressources pour sécuriser les différents usages, notamment en périodes d’étiages

-Soutenir l’émergence de nouvelles filières en s’appuyant sur les acquis de la recherche et des bonnes pratiques

-Lutter activement contre l’artificialisation et l’érosion des sols.

Des priorités qui ne sont pas exclusives mais constituent des mesures qui ont un effet de levier important pour apporter une réponse au déficit en eau du bassin actuel et futur.

Dans la poursuite et le suivi du Plan d’Adaptation au Changement Climatique, le Comité de Bassin a aussi acté la mise en place d’un groupe de travail pour déterminer l’ensemble des actions à mettre en œuvre pour les 6 sous bassins. Autre mission : les quantifier pour garantir la ressource en eau et le bon état des rivières d'ici 2050. Il devra rendre ses conclusions en décembre lors d’une prochaine séance du Comité de Bassin.

 

Trois vœux ont été également adoptés :

-Le premier sur la mobilisation des réserves hydroélectriques sous concession d’État pour prendre en compte le besoin d’eau pour sécuriser les différents usages.

-Le second sur la réforme de la PAC afin qu’elle puisse intégrer l’accompagnement des pratiques agricoles nécessaires à la reconquête de la bonne qualité des rivières.

-Enfin, un dernier vœu souligne les actions et la feuille de route présentées par le Ministre d’État, le 1er juillet dernier, en conclusion des Assises de l’eau et rappelle la spécificité du bassin Adour-Garonne. Un audit devant être mené d’ici 18 mois pour mesurer les effets des prélèvements sur le budget des agences de l’eau.

 

Ont également été évoqués, trois rendez-vous importants à la rentrée :

-le premier sur l'Entente (pour l’eau du bassin Adour-Garonne), pour faire le point sur son évolution un an après ; plusieurs opérations ayant déjà été engagées sous son égide (dont plusieurs appels à projets lancés en Aquitaine et Occitanie ainsi que la création d'une plate-forme de bonnes pratiques pour accompagner les professionnels dans les mutations à venir).

-le second, le 14 octobre à Arcachon où l'agence organisera un colloque sur l'eau et l'urbanisme.

-le dernier, le 18 novembre à Toulouse pour un colloque sur l'eau et la santé.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
7020
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !