Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/01/20 | Elevage bovins et carbone, au coeur des Rencontres de la viande bovine 64

    Lire

    La chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques organise les Rencontres de la viande bovine jeudi 23 janvier à St Palais. L'occasion pour les professionnels de se pencher sur "l'élevage bovin viande bas carbone : piège ou opportunité ?". Au menu notamment trois tables rondes: "L’élevage bas carbone : une utopie ?", "Quelle valorisation économique pour l’élevage allaitant bas carbone ?" et " Marché du carbone, mirage ou réalité ?". Infos et inscription: f.marque@pa.chambagri.fr

  • 22/01/20 | Bordeaux: Les métiers du transport et de la logistique pour tous

    Lire

    Ce 23 janvier de 10h à 12h30, la CCI de Bordeaux accueillera une rencontre entre les travailleurs handicapés et les emplois du secteur du transport et de la logistique. Ce sera l'occasion de présenter les secteurs qui recrutent et les opportunités de formations ouvertes aux publics en situation de handicap. Ils pourront aussi s'inspirer des témoignages d'employeurs et de salariés. De plus, grâce aux stands animés par l’Agefiph et ses partenaires, la centaine de participants pourront s'informer sur les parcours de formation.

  • 22/01/20 | Bordeaux : une motion pour soutenir la filière vins

    Lire

    Dans une note datant du 15 janvier, le président du Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur Marc Médeville qualifiait les droits d'importation américains de 25% sur les vins français de "situation inadmissible". Ce lundi, la mairie de Bordeaux a annoncé que le maire soumettrait, lors du conseil municipal du 27 janvier, une motion de soutien au monde du vin et proposerait la mise en place "d’un groupe rassemblant les maires de communes concernées ou impactées par ces mesures américaines". Il en appelle également à l'État pour que ce dernier "soutienne le second poste excédentaire de sa balance commerciale".

  • 22/01/20 | Des acteurs régionaux de l'Edtech présents au Bett Show de Londres

    Lire

    Du 22 au 25 janvier, 11 acteurs néo-aquitains de l'Edtech (technologies de l'éducation) seront présents au salon Bett Show de Londres. C'est l'équivalent du CES de Las Vegas pour les professionnels de l'éducatif du numérique. Parmi eux, le SPN (réseau des professionnels du numérique et de l'image) y accompagne 3 start-up et 2 partenaires. Il y aura également 4 entreprises bordelaises, le CNED et Canopé. L'objectif, découvrir les dernières tendances sur le marché international de l'Edtech.

  • 22/01/20 | Déclenchement du plan hivernal charentais

    Lire

    Le niveau jaune du dispositif d'hébergement d'urgence hivernal de Charente a été déclenché le 20 janvier en soirée par la Préfète. Conséquences: les équipes du 115 et de maraudes sont renforcées sur le Grand Angoulême et à Cognac ; à Angoulême un lieu d’accueil géré par l’association L’Eclaircie, a été ouvert afin de permettre, jour et nuit, une mise à l’abri momentanée et une restauration chaude pour les personnes refusant d'intégrer un hébergement d'urgence, et enfin à La Couronne ouverture de 12 places d’accueil de nuit gérées par Emmaüs.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Centrale du Blayais : « Des défaillances inacceptables »

12/12/2016 | Ce 9 décembre, la CLIN a mis au débat public l'inquiétant dossier des irrégularités et anomalies de composants du réacteur 1 de la Centrale du Blayais mis à jour par l'ASN.

 Centrale nucléaire du Blayais et l'estuaire de la Gironde, vus de Pauillac

« La Commission Locale d’Information Nucléaire (CLIN) a ses portes grandes ouvertes au public », a rappelé Alain Renard, vice-président du Conseil départemental et président de la structure. Un message bien entendu par les associations et partis engagés contre le nucléaire, qui après avoir tenus une petite manifestation à l'entrée du bâtiment (entre 20 et 30 participants) se sont pacifiquement invités au débat, banderole rouge « Arrêt du nucléaire » déployée dans le fond de la salle. Il faut dire qu'un dossier pour le moins alarmant en terme de sûreté nucléaire, était au menu des échanges de l'Assemblée générale de la structure : «les irrégularités et anomalies des pièces au Blayais ». Présenté par un représentant de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), cette intervention a révélé des faits pour le moins inquiétants en terme de sûreté des réacteurs EPR.

C'est un dossier d'ampleur nationale et à épisodes, débuté en juin. Mais en résumé, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a mis à jour qu'une vingtaine de réacteurs nucléaires français (sur les 58 existant au sein des 19 centrales françaises) présentaient des anomalies sur leurs composants forgés résultant de défaillances lors de la fabrication de ces pièces. L'anomalie en question étant la présence ponctuelle d'une concentration en carbone trop élevée dans la composition de l'acier, réduisant ainsi sa résistance mécanique avec pour possible conséquence la rupture de ces pièces. Cas de figure qui serait pour le moins catastrophique, un tel scénario n'étant même pas envisagé dans la liste de sûreté des centrales...
« L'EPR 1 de la centrale du Blayais, fait partie de cette liste, son générateur de vapeur (GV) présentant de manière ponctuelle (particulièrement sur le fond du bol du GV) des taux de 0,32% de carbone, là où le maximum autorisé est de 0,22% », a expliqué M. Fremaux, pour le compte de l'ASN. Une anomalie issue donc d'un défaut lors de la fabrication de la pièce en 2009 par la forge du Creusot, propriété d'AREVA. Une découverte qui a entrainé la réalisation d'un certain nombre de contrôles permettant, après un triple niveau d'examen d'écarter la présence et le risque de faille de la pièce. Pour autant, face à cette situation, l'ASN a demandé à EDF « de mettre en œuvre des mesures conservatoires de conduite sur les phases d'arrêt et de redémarrage de l'EPR, afin d'éviter une montée trop rapide en chaleur », poursuit l'expert. Une procédure acceptée par l'exploitant qui a permis le redémarrage de l'EPR 1 au 12 septembre 2016.

15 dossiers falsifiés sur les réacteurs 1, 3 et 4Mais dans le cadre de ces contrôles ; l'ASN a également mis en œuvre des vérifications au niveau des dossiers de fabrication de l'ensemble des pièces issues de la forge du Creusot. Dossiers, dont des copies, selon la procédure classique de contrôle ont été envoyées par l'entreprise à EDF qui les fait suivre à l'ASN pour validation avant l'installation des pièces en question. Mais au cours de l'instruction dans les locaux de l'usine, « l'ASN s'est aperçue qu'il existait des dossiers barrés, et même non barrés, dans les archives de l'entreprise, dont les résultats sur les contrôles qualité différaient de ceux reçus et contrôlés par l'ASN ». En d'autre terme, ce n'est rien de moins qu'une volontaire falsification des dossiers contenant des malfaçons sur un certain nombre de pièces.
Sur 87 dossiers ainsi falsifiés au niveau national, 15 dossiers concernent les réacteurs 1, 3 et 4 de la Centrale de Blayes, ce qui en fait la centrale la plus concernée par ces malversations. Sur 15 dossiers, 9 présentent un écart de référentiel avec les exigences du client. « Une pratique inacceptable ! », pointe avec force M. Fremaux, qui précise que 10 personnes de l'ASN sont au niveau national et à temps plein, en charge de l'instruction de tous ces dossiers.
Pour autant, bien que la pratique soit pointée comme « inacceptable » et ait donné lieu à une information au Procureur de la République, « l'ASN a accepté les justifications d'AREVA et d'EDF après de longues négociations, et a donc accepté le redémarrage des 3 réacteurs concernés ». En effet pour le représentant d'EDF présent à cette AG de la CLIN, « les écarts constatés sur les dossiers barrés, ne portent pas atteinte au bon fonctionnement de l'équipement »...

Assemblée générale de la Clin2016, présidée par Alain Renard


Le contrôle déclaratif remis en causeUn dossier qui n'a pas manqué de susciter les réactions et questions tant des membres de la Clin que du public « citoyen » ou engagé, tel que des représentant de Tchernoblaye, Greenpeace, Sepanso (les 2 dernières faisant partie du conseil d'administration de la CLIN), l'Observatoire du Nucléaire ou encore le parti EELV. Des interventions interrogeant les suivis qualité mis en place au sein d'EDF dans le rapport avec ses constructeurs, d'autant plus pointé du doigt à l'aune d'une récente proposition d'achat d'AREVA par EDF... Rachat qui amènerait donc à mettre sous une même entité constructeur et exploitant des centrales. Une hypothèse vivement critiquée par les associations présentes et sur laquelle Alain Renard a également fait part de « la forte préoccupation de la CLIN sur ce sujet qui pose la question de l'indépendance du contrôle de l'un par rapport à l'autre. Nous en appelons à la vigilance de l'Etat sur ce dossier ».
Un contrôle et un système de suivi qualité à tout le moins imparfait tant concernant les process interne à EDF que ceux mis en place au sein de l'ASN, qui jusque-là autorisait l'installation des composants uniquement sur la base des documents transmis. Des méthodes de contrôle purement déclarative, pointées par les membres de la CLIN et autres participants à la réunion. Des méthodes qui « font désormais, et au vu de notre retour d'expérience, l'objet de réflexions au sein de l'ASN », assure en réponse son représentant.
Si l'ASN confirme avoir transmis ses informations et découvertes auprès du Procureur de la République, l'Observatoire du nucléaire qui a porté plainte sur ce dossier, a prévenu avoir inclus outre AREVA et EDF, l'ASN dans sa plainte, considérant « inadmissible la défaillance totale et pendant des années, d'un organisme présenté comme étant le plus compétent en la matière». Plus mesuré, le Président de la CLIN, a pour sa part tenu à souligner que, même perfectible sur ses contrôles, « c'est l'ASN qui a été à l'origine de la détection de ces défaillances absolument inacceptables, et qui a fait le choix de communiquer dessus ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Jack ma (creative commons) et Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
30899
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !