aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Centrale du Blayais : « Des défaillances inacceptables »

12/12/2016 | Ce 9 décembre, la CLIN a mis au débat public l'inquiétant dossier des irrégularités et anomalies de composants du réacteur 1 de la Centrale du Blayais mis à jour par l'ASN.

 Centrale nucléaire du Blayais et l'estuaire de la Gironde, vus de Pauillac

« La Commission Locale d’Information Nucléaire (CLIN) a ses portes grandes ouvertes au public », a rappelé Alain Renard, vice-président du Conseil départemental et président de la structure. Un message bien entendu par les associations et partis engagés contre le nucléaire, qui après avoir tenus une petite manifestation à l'entrée du bâtiment (entre 20 et 30 participants) se sont pacifiquement invités au débat, banderole rouge « Arrêt du nucléaire » déployée dans le fond de la salle. Il faut dire qu'un dossier pour le moins alarmant en terme de sûreté nucléaire, était au menu des échanges de l'Assemblée générale de la structure : «les irrégularités et anomalies des pièces au Blayais ». Présenté par un représentant de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), cette intervention a révélé des faits pour le moins inquiétants en terme de sûreté des réacteurs EPR.

C'est un dossier d'ampleur nationale et à épisodes, débuté en juin. Mais en résumé, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a mis à jour qu'une vingtaine de réacteurs nucléaires français (sur les 58 existant au sein des 19 centrales françaises) présentaient des anomalies sur leurs composants forgés résultant de défaillances lors de la fabrication de ces pièces. L'anomalie en question étant la présence ponctuelle d'une concentration en carbone trop élevée dans la composition de l'acier, réduisant ainsi sa résistance mécanique avec pour possible conséquence la rupture de ces pièces. Cas de figure qui serait pour le moins catastrophique, un tel scénario n'étant même pas envisagé dans la liste de sûreté des centrales...
« L'EPR 1 de la centrale du Blayais, fait partie de cette liste, son générateur de vapeur (GV) présentant de manière ponctuelle (particulièrement sur le fond du bol du GV) des taux de 0,32% de carbone, là où le maximum autorisé est de 0,22% », a expliqué M. Fremaux, pour le compte de l'ASN. Une anomalie issue donc d'un défaut lors de la fabrication de la pièce en 2009 par la forge du Creusot, propriété d'AREVA. Une découverte qui a entrainé la réalisation d'un certain nombre de contrôles permettant, après un triple niveau d'examen d'écarter la présence et le risque de faille de la pièce. Pour autant, face à cette situation, l'ASN a demandé à EDF « de mettre en œuvre des mesures conservatoires de conduite sur les phases d'arrêt et de redémarrage de l'EPR, afin d'éviter une montée trop rapide en chaleur », poursuit l'expert. Une procédure acceptée par l'exploitant qui a permis le redémarrage de l'EPR 1 au 12 septembre 2016.

15 dossiers falsifiés sur les réacteurs 1, 3 et 4Mais dans le cadre de ces contrôles ; l'ASN a également mis en œuvre des vérifications au niveau des dossiers de fabrication de l'ensemble des pièces issues de la forge du Creusot. Dossiers, dont des copies, selon la procédure classique de contrôle ont été envoyées par l'entreprise à EDF qui les fait suivre à l'ASN pour validation avant l'installation des pièces en question. Mais au cours de l'instruction dans les locaux de l'usine, « l'ASN s'est aperçue qu'il existait des dossiers barrés, et même non barrés, dans les archives de l'entreprise, dont les résultats sur les contrôles qualité différaient de ceux reçus et contrôlés par l'ASN ». En d'autre terme, ce n'est rien de moins qu'une volontaire falsification des dossiers contenant des malfaçons sur un certain nombre de pièces.
Sur 87 dossiers ainsi falsifiés au niveau national, 15 dossiers concernent les réacteurs 1, 3 et 4 de la Centrale de Blayes, ce qui en fait la centrale la plus concernée par ces malversations. Sur 15 dossiers, 9 présentent un écart de référentiel avec les exigences du client. « Une pratique inacceptable ! », pointe avec force M. Fremaux, qui précise que 10 personnes de l'ASN sont au niveau national et à temps plein, en charge de l'instruction de tous ces dossiers.
Pour autant, bien que la pratique soit pointée comme « inacceptable » et ait donné lieu à une information au Procureur de la République, « l'ASN a accepté les justifications d'AREVA et d'EDF après de longues négociations, et a donc accepté le redémarrage des 3 réacteurs concernés ». En effet pour le représentant d'EDF présent à cette AG de la CLIN, « les écarts constatés sur les dossiers barrés, ne portent pas atteinte au bon fonctionnement de l'équipement »...

Assemblée générale de la Clin2016, présidée par Alain Renard


Le contrôle déclaratif remis en causeUn dossier qui n'a pas manqué de susciter les réactions et questions tant des membres de la Clin que du public « citoyen » ou engagé, tel que des représentant de Tchernoblaye, Greenpeace, Sepanso (les 2 dernières faisant partie du conseil d'administration de la CLIN), l'Observatoire du Nucléaire ou encore le parti EELV. Des interventions interrogeant les suivis qualité mis en place au sein d'EDF dans le rapport avec ses constructeurs, d'autant plus pointé du doigt à l'aune d'une récente proposition d'achat d'AREVA par EDF... Rachat qui amènerait donc à mettre sous une même entité constructeur et exploitant des centrales. Une hypothèse vivement critiquée par les associations présentes et sur laquelle Alain Renard a également fait part de « la forte préoccupation de la CLIN sur ce sujet qui pose la question de l'indépendance du contrôle de l'un par rapport à l'autre. Nous en appelons à la vigilance de l'Etat sur ce dossier ».
Un contrôle et un système de suivi qualité à tout le moins imparfait tant concernant les process interne à EDF que ceux mis en place au sein de l'ASN, qui jusque-là autorisait l'installation des composants uniquement sur la base des documents transmis. Des méthodes de contrôle purement déclarative, pointées par les membres de la CLIN et autres participants à la réunion. Des méthodes qui « font désormais, et au vu de notre retour d'expérience, l'objet de réflexions au sein de l'ASN », assure en réponse son représentant.
Si l'ASN confirme avoir transmis ses informations et découvertes auprès du Procureur de la République, l'Observatoire du nucléaire qui a porté plainte sur ce dossier, a prévenu avoir inclus outre AREVA et EDF, l'ASN dans sa plainte, considérant « inadmissible la défaillance totale et pendant des années, d'un organisme présenté comme étant le plus compétent en la matière». Plus mesuré, le Président de la CLIN, a pour sa part tenu à souligner que, même perfectible sur ses contrôles, « c'est l'ASN qui a été à l'origine de la détection de ces défaillances absolument inacceptables, et qui a fait le choix de communiquer dessus ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Jack ma (creative commons) et Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
10994
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !