Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Centrale du Blayais : « Des défaillances inacceptables »

12/12/2016 | Ce 9 décembre, la CLIN a mis au débat public l'inquiétant dossier des irrégularités et anomalies de composants du réacteur 1 de la Centrale du Blayais mis à jour par l'ASN.

 Centrale nucléaire du Blayais et l'estuaire de la Gironde, vus de Pauillac

« La Commission Locale d’Information Nucléaire (CLIN) a ses portes grandes ouvertes au public », a rappelé Alain Renard, vice-président du Conseil départemental et président de la structure. Un message bien entendu par les associations et partis engagés contre le nucléaire, qui après avoir tenus une petite manifestation à l'entrée du bâtiment (entre 20 et 30 participants) se sont pacifiquement invités au débat, banderole rouge « Arrêt du nucléaire » déployée dans le fond de la salle. Il faut dire qu'un dossier pour le moins alarmant en terme de sûreté nucléaire, était au menu des échanges de l'Assemblée générale de la structure : «les irrégularités et anomalies des pièces au Blayais ». Présenté par un représentant de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), cette intervention a révélé des faits pour le moins inquiétants en terme de sûreté des réacteurs EPR.

C'est un dossier d'ampleur nationale et à épisodes, débuté en juin. Mais en résumé, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a mis à jour qu'une vingtaine de réacteurs nucléaires français (sur les 58 existant au sein des 19 centrales françaises) présentaient des anomalies sur leurs composants forgés résultant de défaillances lors de la fabrication de ces pièces. L'anomalie en question étant la présence ponctuelle d'une concentration en carbone trop élevée dans la composition de l'acier, réduisant ainsi sa résistance mécanique avec pour possible conséquence la rupture de ces pièces. Cas de figure qui serait pour le moins catastrophique, un tel scénario n'étant même pas envisagé dans la liste de sûreté des centrales...
« L'EPR 1 de la centrale du Blayais, fait partie de cette liste, son générateur de vapeur (GV) présentant de manière ponctuelle (particulièrement sur le fond du bol du GV) des taux de 0,32% de carbone, là où le maximum autorisé est de 0,22% », a expliqué M. Fremaux, pour le compte de l'ASN. Une anomalie issue donc d'un défaut lors de la fabrication de la pièce en 2009 par la forge du Creusot, propriété d'AREVA. Une découverte qui a entrainé la réalisation d'un certain nombre de contrôles permettant, après un triple niveau d'examen d'écarter la présence et le risque de faille de la pièce. Pour autant, face à cette situation, l'ASN a demandé à EDF « de mettre en œuvre des mesures conservatoires de conduite sur les phases d'arrêt et de redémarrage de l'EPR, afin d'éviter une montée trop rapide en chaleur », poursuit l'expert. Une procédure acceptée par l'exploitant qui a permis le redémarrage de l'EPR 1 au 12 septembre 2016.

15 dossiers falsifiés sur les réacteurs 1, 3 et 4Mais dans le cadre de ces contrôles ; l'ASN a également mis en œuvre des vérifications au niveau des dossiers de fabrication de l'ensemble des pièces issues de la forge du Creusot. Dossiers, dont des copies, selon la procédure classique de contrôle ont été envoyées par l'entreprise à EDF qui les fait suivre à l'ASN pour validation avant l'installation des pièces en question. Mais au cours de l'instruction dans les locaux de l'usine, « l'ASN s'est aperçue qu'il existait des dossiers barrés, et même non barrés, dans les archives de l'entreprise, dont les résultats sur les contrôles qualité différaient de ceux reçus et contrôlés par l'ASN ». En d'autre terme, ce n'est rien de moins qu'une volontaire falsification des dossiers contenant des malfaçons sur un certain nombre de pièces.
Sur 87 dossiers ainsi falsifiés au niveau national, 15 dossiers concernent les réacteurs 1, 3 et 4 de la Centrale de Blayes, ce qui en fait la centrale la plus concernée par ces malversations. Sur 15 dossiers, 9 présentent un écart de référentiel avec les exigences du client. « Une pratique inacceptable ! », pointe avec force M. Fremaux, qui précise que 10 personnes de l'ASN sont au niveau national et à temps plein, en charge de l'instruction de tous ces dossiers.
Pour autant, bien que la pratique soit pointée comme « inacceptable » et ait donné lieu à une information au Procureur de la République, « l'ASN a accepté les justifications d'AREVA et d'EDF après de longues négociations, et a donc accepté le redémarrage des 3 réacteurs concernés ». En effet pour le représentant d'EDF présent à cette AG de la CLIN, « les écarts constatés sur les dossiers barrés, ne portent pas atteinte au bon fonctionnement de l'équipement »...

Assemblée générale de la Clin2016, présidée par Alain Renard


Le contrôle déclaratif remis en causeUn dossier qui n'a pas manqué de susciter les réactions et questions tant des membres de la Clin que du public « citoyen » ou engagé, tel que des représentant de Tchernoblaye, Greenpeace, Sepanso (les 2 dernières faisant partie du conseil d'administration de la CLIN), l'Observatoire du Nucléaire ou encore le parti EELV. Des interventions interrogeant les suivis qualité mis en place au sein d'EDF dans le rapport avec ses constructeurs, d'autant plus pointé du doigt à l'aune d'une récente proposition d'achat d'AREVA par EDF... Rachat qui amènerait donc à mettre sous une même entité constructeur et exploitant des centrales. Une hypothèse vivement critiquée par les associations présentes et sur laquelle Alain Renard a également fait part de « la forte préoccupation de la CLIN sur ce sujet qui pose la question de l'indépendance du contrôle de l'un par rapport à l'autre. Nous en appelons à la vigilance de l'Etat sur ce dossier ».
Un contrôle et un système de suivi qualité à tout le moins imparfait tant concernant les process interne à EDF que ceux mis en place au sein de l'ASN, qui jusque-là autorisait l'installation des composants uniquement sur la base des documents transmis. Des méthodes de contrôle purement déclarative, pointées par les membres de la CLIN et autres participants à la réunion. Des méthodes qui « font désormais, et au vu de notre retour d'expérience, l'objet de réflexions au sein de l'ASN », assure en réponse son représentant.
Si l'ASN confirme avoir transmis ses informations et découvertes auprès du Procureur de la République, l'Observatoire du nucléaire qui a porté plainte sur ce dossier, a prévenu avoir inclus outre AREVA et EDF, l'ASN dans sa plainte, considérant « inadmissible la défaillance totale et pendant des années, d'un organisme présenté comme étant le plus compétent en la matière». Plus mesuré, le Président de la CLIN, a pour sa part tenu à souligner que, même perfectible sur ses contrôles, « c'est l'ASN qui a été à l'origine de la détection de ces défaillances absolument inacceptables, et qui a fait le choix de communiquer dessus ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Jack ma (creative commons) et Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
29758
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !