Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre e la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes-Pyrénées, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Charente-Maritime : les huit derniers chantiers du Plan Digues se feront-ils?

20/05/2017 | Le lancement des derniers chantiers ont pris du retard à cause de contraintes techniques, juridiques et financières

Le port de Boyardville, en présence des élus et des entrepreneurs en charge du projet

Le Département de Charente-Maritime lançait vendredi 19 mai l’un des huit chantiers restant du Programme d'actions de prévention des inondations (PAPI) II à Boyardville, sur Oléron. Ce projet de protection contre les submersions marines va coûter quelque 6 millions d’euros subventionnés par l’Etat (40%), la communauté de communes (20%), la Région (20%) et le Département (20%). Les travaux vont s’étaler sur 24 mois, avec des périodes d’interruption (notamment pour respecter la nidification des oiseaux sur cette zone naturelle protégée), pour une remise de chantier à l’automne 2019.

Si sept longues années se sont écoulées entre la tempête Xynthia et le lancement des travaux de protection, c’est parce qu’il a fallu prendre en compte plusieurs paramètres pas forcément compatibles au premier abord. « Le premier problème, c’est que nous avons ici une entrée d’eau par le chenal, qui forme un goulet d’étranglement qui retient l’eau », explique Lionel Quillet, le vice-président du Département 17 en charge du littoral et de l’environnement.  « Il a fallu également prendre en compte la proximité de l’habitat et des commerces », que Xynthia avait inondé, ainsi que la route. Ultime problématique : « le premier schéma prévoyait une digue traversant la réserve naturelle, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) n’était pas d’accord, il a fallu modifier », poursuit l’élu. Une digue en terre sera donc érigée un peu plus à l’intérieur des terres, le long du chantier naval, soit une emprise d’ouvrage de 400 mètres linéaires et 15 mètres de large, incluant le fossé de stockage. Les travaux commenceront par le renforcement de l’épi rocheux tout au bout de la grève puis se poursuivront par des levées de terre au niveau du marais de la Cayenne (septembre 2017 et septembre 2018). Les digues existantes vers la zone naturelle protégée seront rehaussées. Un mur de quelques dizaines de centimètres et des batardeaux seront installés le long du chenal de La Perrotine et tout autour du port.

Si la communauté de communes s’est chargée de monter le projet, le Département de la maîtrise d’ouvrage, il reste aujourd’hui à penser à la gestion des ouvrages à terme. A partir du 1er janvier 2018, la loi attribue aux mairies et aux communautés de communes la compétence exclusive de la Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (Gemapi). La communauté de communes envisage donc de laisser la gestion de tout ou partie des ouvrages, en terme juridique et financier, à un syndicat mixte. La commune pourrait garder la main sur la manipulation des ouvrages, comme la mise en place des batardeaux en cas d’alerte inondation. Des scenarii vont être prochainement étudiés avec des conseillers juridiques et financiers.

Sept chantiers en retard

Le chantier de Boyardville fait partie des huit chantiers dit « à procédure simplifiée » du PAPI II. Si les sept restants ne sont pas encore lancés, c’est parce que les projets rencontrent des obstacles juridiques, administratifs et/ou techniques. Il a notamment fallu trouver des terrains compensatoires aux agriculteurs dont les emprises d’ouvrage empiétaient les cultures. La loi sur la biodiversité a également obligé à trouver des solutions pour préserver dans certaines conditions la faune et la flore locale, comme pour la réserve naturelle d’Yves. Les élus ont également rencontré quelques réticences auprès de riverains sur le plan de l’aménagement paysager.

 Si Lionel Quillet ne s’inquiète pas pour les travaux de l’île d’Aix, qui devraient démarrer d’ici la fin de l’année, il craint d’avantage pour des projets comme celui de Fouras, où les riverains refusent de voir une digue érigée sous leurs fenêtres. Ou encore à Nieulle-sur-Seudre, dont les travaux seraient non seulement plus onéreux que prévu, mais ils couteraient également plus cher que les dégâts que pourraient potentiellement occasionner un deuxième Xynthia. Or, c’est à l’aune de ce risque que l’Etat accorde validation de projet et financements. Le Département compte donc tenter sa chance avec le nouveau gouvernement. Troisième chantier problématique : celui de Charron. La digue prévue s’étendrait sur plusieurs communautés de communes et même sur deux départements, puisqu’elle déborderait jusqu’en Vendée. Il reste à déterminer qui endosserait la responsabilité juridique de l’ouvrage à terme, et bien sûr, personne n’en veut. Seul l’Etat serait compétent pour arbitrer dans cette affaire, mais « il ne l’a jamais fait jusqu’alors », selon Lionel Quillet.

En attente de la Région

L’autre pierre d’achoppement de ces projets est financière. Le Département et les communes attendent depuis des mois une réponse de la Région concernant le financement d’avenants aux travaux. La Nouvelle-Aquitaine s’était en effet engagé à honorer la part accordée initialement par le Poitou-Charentes. Mais il ne s’est jamais prononcé concernant le financement des avenants (11 millions), dû à des surcoûts d’opérations, notamment pour s’adapter aux nouvelles normes législatives (sécurité, environnement, etc.). Après des mois de négociations diplomatiques, Lionel Quillet est déterminé à poser la question officiellement au conseiller régional en charge de ces thématiques, Vital Baude, lors de la journée de bilan de la mission littoral, qui se tiendra le 22 juin.

Le Plan Digues en Charente-Maritime en chiffres

  • 137 opérations lancées depuis 2011, pour 150 millions d’euros de chantier. C’est à ce jour le plus gros chantier français civile en termes de protection contre les submersions marines.
  • 2017 est l’année qui concentre le plus de chantiers avec 47 millions d’euros de travaux, 20 km linéaires de chantier, 305 tonnes d’enrochement, 2500 tonnes d’acier et 20 entreprises mobilisées. 

Lire aussi: Reportage Aqui!TV7: île de Ré, Grands travaux contre submersion 

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
117377
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
GIL | 22/05/2017

Espérons que certains chantiers Digue ne se fassent pas tels qu'annoncés par les pouvoirs publics. A Fouras, les Riverains sont contre ce projet tel qu'il est proposé sans concertation véritable et sans prendre en compte les remarques faites. C'est un passage en force des pouvoirs publics incompréhensible avec un coût financier énorme. Espérons que La Nouvelle Aquitaine ne s'engage pas financièrement comme cela fut le cas de la région Poitou-Charentes.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !