Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Chimie verte : recherches communes entre Poitiers et Shanghaï

15/05/2019 | Le laboratoire IC2MP de l’Université de Poitiers et une antenne mixte privé/public du CNRS à Shanghaï ont signé une convention de partenariat le 13 mai à La Rochelle

Les deux laboratoires ont signé leur partenariat le 13 mai à l'espace Encan de La Rochelle à l'occasion d'un congrès mondial sur la chimie verte

L’Institut de chimie des milieux et matériaux de l’Université de Poitiers (IC2MP) est devenu officiellement ce lundi le laboratoire miroir de son homologue du CNRS à Shanghaï, l’Eco-Efficient Products and processes laboratory (E2P2L). Miroir ? L’objectif n’est pas de devenir le reflet l’une de l’autre, mais plutôt de travailler en complémentarité dans le domaine de la chimie verte. D’un côté, le site de Poitiers est spécialisé dans la catalyse, de l’autre, le site de Shanghaï est spécialisé dans les tensioactifs et les polymères biosourcés.

Depuis la création de l’E2P2L en 2011, les deux laboratoires s’échangent ponctuellement des données. Ensemble, ils ont réussi à valoriser une molécule issue des déchets de bois. « On a abouti à un composé qui va permettre de créer de nouveaux polymères, qui vont pouvoir remplacer des molécules biosourcées comme le pétrole », explique Stéphane Streiff, le directeur du laboratoire E2P2L (Poitiers). Ensemble, les deux équipes vont pouvoir continuer leurs études sur ce thème, et de manière plus générale, poursuivre en commun des recherches pour mettre au point des procédés chimiques respectueux de l’environnement, comme des solvants pour la cosmétique ou des polymères biodégradables. « Cette convention de partenariat sur cinq ans va permettre une complémentarité des connaissances, des ressources humaines – puisque nous allons pouvoir postuler à des appels à recherches au niveau européens et prendre des thésards, mais ça va aussi permettre une complémentarité sur les techniques, les outils et les procédés », poursuit Yannick Pouilloux, le directeur du laboratoire IC2M.

Un partenariat privé/public

Le site de Shanghaï possède notamment des équipements que le laboratoire de Poitiers n’a pas. Et pour cause : l’E2P2L est abrité sur le site chinois de l’entreprise chimique Solvay. Ce laboratoire a été co-fondé en 2011 par le CNRS et l’entreprise dans le but d’avancer main dans la main pour faire évoluer la recherche expérimentale.  Par cette nouvelle convention, Poitiers va indirectement profiter des atouts du site de Shanghaï. « Pour la recherche, le fait d’avoir un partenaire privé permet d’aller plus vite dans les étapes pour la mise en application concrète de ce que nous trouvons », explique Thomas Rogaume, le vice président en charge de l’innovation à l’université de Poitiers, « la recherche doit permettre le progrès de la société. Or il n’y a pas de recherche appliquée sans recherche fondamentale et inversement ». Autre avantage à ce partenariat public/privé : « Les appels à projets de recherches, en particulier au niveau européen, demande de plus en plus souvent un partenariat avec des industries, avec parfois une exigence d’application concrète à la fin. Nous serons plus fort ensemble pour aller décrocher ces financements », explique le directeur du laboratoire poitevin Yannick Pouilloux, qui y voit également un avantage pour ses étudiants : «Premièrement, cela va nous permettre de prendre plus de thésards, et donc de former plus de chercheurs. Deuxièmement, l’université n’a pas la capacité d’embaucher tous ses doctorants à la fin de leurs études. L’industrie est à la fois pourvoyeuse d’emploi et à l’avant poste de ce qui pourrait se faire demain en matière d’innovation… » Si Solvay permet au CNRS de bénéficier gracieusement de ses locaux de Shanghaï, elle co-finance également certains thésards, dont les deux parties choisissent ensemble les candidats.

Apporter de nouveaux défis

A ceux qui verraient une intrusion du privé dans des recherches financées par le public, dans un but de profit, la directrice adjointe scientifique du CNRS Claire-Marie Pradier répond : « Au CNRS, on fait la distinction entre la prestation et la recherche. Le programme de recherches est défini ensemble. De la gouvernance des recherches à l’usage des résultats, tout est très encadré par un accord mis en place en amont. Solvay n’est d’ailleurs pas la seule entreprise avec laquelle travaille le CNRS. Nous avons actuellement 7 partenaires industriels, sur les 44 sites CNRS dédiés à la chimie ».  « Par ailleurs, le CNRS est là pour nous amener des nouvelles idées ou thématiques de recherches auxquelles en tant qu’industriels nous n’aurions pas forcement pensé. Et nous, nous leur apportons nos défis », poursuit Patrick Maestro, directeur de la recherche et de l’innovation chez Solvay, « Les chercheurs qui publient avec nous travaillent sur des sujets sur lesquels ils n’auraient jamais travaillé sans nous. L’idée, c’est que tout le monde y gagne ».

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4872
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !