Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Expo Climat-Océan : plongée au cœur du Grand Bleu pour en comprendre ses enjeux

26/12/2019 | Le musée maritime de La Rochelle consacre son exposition annuelle à l’interaction entre climat et océan.

Dès l'entrée, le visiteur est plongé dans une ambiance océane

Comment fonctionne l’océan ? Comment son formidable mécanisme influence-t-il notre climat ? Pourquoi est-ce important de le préserver ? C’est à ces trois questions fondamentales que l’exposition Climat Océan tente de répondre, au musée maritime de La Rochelle. Articulée en 7 thématiques, l’exposition Climat Océan plonge le visiteur au cœur de l’océan dans une atmosphère bleutée et bruitée des sons de la mer. Rencontre avec Elise Patole-Edoumba, directrice du muséum d'histoire naturelle, responsable de la vulgarisation scientifique pour la ville de La Rochelle et co-commissaire de l’exposition.

 @qui : Comment est née l’idée de cette exposition ?

E.P-E : « Elle est née dans la tête du maire de la ville Jean-François Fountaine il y a trois ans. A la suite de l’exposition sur la famille d’armateurs Vieljeux-Delmas qui avait suscité beaucoup d’intérêt, il voulait une exposition sur la préfiguration des enjeux climat et océan. La ville de La Rochelle était toute indiquée pour la faire, au vue de son passé, entre son histoire maritime et son vécu des submersions comme lors du passage de Xynthia. La Rochelle porte aussi des projets innovants en lien avec la mer, comme le programme  « territoire zero carbone », consistant à la mise en place d’actions en vue de réduire ses émissions de CO2 et l’impact de l’homme sur son environnement. Cela faisait également suite à une première exposition « Changement climatique, à nous de jouer », montée en 2015 avec le réseau RADDAR, qui mettait avant les solutions locales. L’idée, c’était de venir en complément de ce qui avait été fait, et des autres structures rochelaises qui parlent de l’Océan comme le muséum d’histoires naturelles ou l’aquarium.

Elise Patole-Edoumba, co-commissaire de l'exposition Climat Océan

Elise Patole-Edoumba, directrice du muséum d'histoire naturelle, responsable de la vulgarisation scientifique pour la ville de La Rochelle et co-commissaire de l’exposition. Ici, devant des reproductions de planctons gravées dans du cristal, d'après des images du CNRS.

@qui! Comment s'est-elle construite  ?

E. P-E "On a commencé à travailler dessus en 2016 en fédérant tous les acteurs locaux en lien avec les problématiques de l’océan, des associations aux chercheurs. Nous nous sommes associés à sept scientifiques de niveau local et international : météorologue, climatologue, historien du climat, physicien, géologue et anthropologues. Par l'intermédiaire de l'association de vulgarisation scientifique Escal'Océan, nous nous sommes mis en lien avec la plateforme Océan-Climat (1) et sa fondatrice Françoise Gaill, biologiste, spécialiste des écosystèmes profonds océaniques et directeur de recherches émérite du CNRS. Elle nous a aidé à intégrer les données du GIEC 2016-2018 et d’autres rapports scientifiques sur l’évolution de climat et des océans dans un parcours de vulgarisation. La difficulté a été de trouver un équilibre entre restituer de façon précise l’ensemble des problématiques et les rendre abordables au grand public sans tomber dans du fastidieux d’un côté, ou des raccourcis de l’autre. On a fait beaucoup d’aller-retour entre le musée et les chercheurs pour valider les contenus scientifiques, à chaque étape de la construction de l’exposition."

Parmi les activités interactives, cette plateforme lumineuse : le public est invité à déplacer les oursins (en plâtre) et à  observer les conséquences

Parmi les activités interactives, cette plateforme lumineuse : le public est invité à déplacer les oursins (en plâtre) et à observer les conséquences. Ce jeu illustre l'impact des changements sur les fonds marins.

@qui! L’exposition présente des œuvres interactives et artistiques à travers des jeux, tableaux, vidéos et sculptures. Pourquoi avoir intégré cet aspect ?

E. P-E "On voulait faire une exposition interactive, didactique et surtout pas moralisatrice. Une personne ne peut pas comprendre les menaces et les effets de l’activité humaine si elle ne comprend pas comment le climat et l’océan fonctionnent. C’est pour ça qu’on a choisi un parcours qui raconte une histoire, avec un volet artistique car un message passe mieux lorsqu’il est porté par un artiste. La partie scientifique en soi est plutôt anxiogène, puisqu’on explique notamment les conséquences de l’activité humaine entre 2050 et 2200, avec la fonte des glaces, la montée des eaux, l’augmentation des tempêtes et la disparition des espèces. On a voulu également montrer que des solutions sont possibles et qu’il existe déjà des formes de résilience à travers le monde. Notre objectif, c’est de faire comprendre tout en suscitant l’émotion. On aimerait qu’en repartant de l’exposition, les gens s’engagent à faire évoluer leur mode de vie."

@qui! Quelles sont vos parties préférées ?

E. P-E "J’adore les reproductions de planctons gravés dans du cristal, basés sur les fichiers fournis par le CNRS de Roscoff. J’aime aussi beaucoup les deux vidéos artistiques présentées, dont celle sur l’histoire du Signal, cet immeuble à Soulac-sur-Mer (33) menacé par l’érosion. Parce qu’on connaît tous cette histoire et qu’elle a un côté précurseur : il est évident que le scénario se reproduira ailleurs. En recueillant le témoignage des habitants du Signal, le vidéaste en a fait une illustration concrète et sensible des effets de la montée de la mer, en montrant l’impact sur l’humain."

Note/ Exposition Climat-Océan, au musée maritime de La Rochelle, jusqu’au 31 octobre 2021.

(1) Qui rassemble plus de 70 membres – instituts de recherche, ONGs, aquariums, secteur privé, institutions françaises et agences internationales, collectivités territoriales autour de la sensibilisation à la protection de l’Océan

 L'exposition se clôt par un cabinet de curiosités façon musée des horreurs

Un collectif d'artistes détourne avec humour des classiques des arts pour se moquer des clichés sur les écologistes et des idées des climato-sceptiques.  

L’exposition Climat Océan

Le ton est donné dès l’entrée : des bruits de vagues et une colonne d’eau accueillent le visiteur dans un long couloir bleuté. Une première salle explique le fonctionnement de l’écosystème de l’océan, son interaction avec notre atmosphère et son rôle de régulateur du climat. Une autre salle explique la fabrication du vent, des tempêtes et des tornades, ainsi que le phénomène d’érosion. Tout au long de la visite, l’exposition est jalonnée de vidéos, de sculptures et de jeux interactifs pour comprendre les mécanismes de l’Océan ou du climat, de la fabrication du vent à la constitution d’une tornade. La fonte des glaces est également abordée, avec une vidéo d’Isabelle Autissier et une impressionnante simulation numérique de la montée des eaux dans le port de La Rochelle. L’impact de la pollution humaine, et en particulier du plastique, est également évoqué. Un cabinet de curiosités façon musée des horreurs clôt l’exposition en présentant des œuvres d’art détournées, se moquant des préjugés des climato-sceptiques et des clichés sur les écologistes.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5889
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !