18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | La Commission Locale d'Information Nucléaire pousse à la transparence

13/10/2015 | La CLIN, composée d'élus, associations, syndicats et experts, en charge du suivi, de l'information et de la concertation autour de la centrale du Blayais a tenu son AG publique ce 13 octobre.

 Centrale nucléaire du Blayais et l'estuaire de la Gironde, vus de Pauillac

Le 18 août dernier un employé qui travaillait dans le bâtiment du réacteur n°4 de la centrale nucléaire du blayais, a été contaminé par une poussière radioactive au niveau du menton, mais au final, sans conséquence sur sa santé. Un incident rare mais d'une gravité assez importante pour être classée de niveau 2, sur l'échelle internationale des risques nucléaires qui en compte 8. Le retour sur cet évènement et l'analyse de ses causes ont été un des sujets principaux de discussion de l'Assemblée générale de la CLIN, en présence de Nicolas Delecroix, Directeur adjoint de la centrale nucléaire, qui a également été invité ce mardi à s'exprimer sur le récent achèvement des visites décennales des 30 ans de la centrale.

Ce samedi 10 octobre a marqué un grand événement pour la centrale nucléaire du Blayais et ses responsables : le re-couplage à l'électricité du réacteur numéro 4, synonyme de la fin du cycle des visites décennales des 30 ans engagées sur les unités de production de la centrale de Blaye depuis 2011, et la remise en fonctionnement de l'ensemble des 4 réacteurs de l'équipement. Un réacteur numéro 4 qui lors d'une des activités réalisées dans le cadre de cette visite décennale a particulièrement fait parler de lui cet été, avec la contamination d'un salarié au menton par une poussière radioactive alors qu'il travaillait sur un chantier de maintenance mécanique.

Un cumul de trois causes« Sur plus de 10 000 activités réalisées autour de ce réacteur, une s'est mal passée. Cet èvénement classé de niveau 2, est rare et doit rester exceptionnel. Pour le comprendre et éviter qu'il ne se reproduise, il a été mis en place une analyse détaillée afin d'examiner les causes de l'évènement », a rappelé Nicolas Delecroix, aux membres de la CLIN. Si l'analyse n'est pas encore totalement achevée, trois éléments semblent pour l'heure ressortir : « un niveau de préparation du chantier insuffisant, un niveau de propreté du chantier insuffisant, et une insuffisance du contrôle personnel de la part de l'employé ».
Pour autant, comme le précise un représentant de l'Autorité de Sécurité Nucléaire, intervenant de la salle « il ne s'agit pas de stigmatiser le salarié ». S'il note que ce dernier a manqué un contrôle qui aurait pu permettre de détecter la poussière radioactive plus tôt, et donc diminuer le niveau de risque auquel il s'est exposé, « il y a bien deux autres vecteurs qui apparaissent dans cet évènement : la préparation du chantier, visiblement défaillante, qui a permis de penser que la contamination s'arrêtait à une première phase, alors que visiblement ça n'était pas le cas ; et une tenue de chantier qui n'était pas au niveau ». « Un cumul de trois causes qui appellera à renforcer encore le niveau de sécurité », s'engage Nicolas Delecroix.

Le jeu de la transparenceUn sujet de la sécurité que n'oubliera pas d'aborder la CLIN dans ses futures réunions puisque les questions de sécurité et de leur suivi sont en effet, au cœur même des missions de la structure. Les participants à cette assemblée générale de la CLIN, (qui au delà de ses membres a ouvert « grand les portes » au public intéressé, souligne Alain Renard, son Président délégué et Vice-Président en charge des transports au Conseil départemental), ont ainsi pu directement interrogé le responsable de la centrale sur de multiples sujets : les visites décennales récemment achevées, la prise en compte du vieillissement ou de l'obsolescence d'équipements ou de matériaux qui la compose, les projets de mise en protection contre l'inondation du poste de Brault par la construction d'une digue (prévue en 2016), la mise en place de modifications de sécurité suite au drame de Fukushima, etc... Un jeu de la transparence auquel s'est globalement bien prêté le Directeur adjoint de la structure, avec le bémol de ne pouvoir chiffrer le coût total des visites décennales, précisant seulement que le coût des opérations menées sur le seul réacteur 3, se monte à 112M €.

Assemblée générale de la CLIN, le 13 octobre 2015


Quatre groupes de travailMais le travail de la CLIN ne s'arrête pas à cette assemblée générale. La commission a en effet acté, ce mardi, la mise en place de 4 groupes de travail. Le premier d'entre eux a vocation à avoir un regard et un suivi sur les événements significatifs pouvant avoir lieu, le deuxième se consacrera aux études permettant d'avoir des expertises indépendantes, le troisième s'axera sur la communication autour des activités de la CLIN et de la centrale et enfin le quatrième, déjà au travail, se consacre à la révision du Plan Particulier d'Intervention, qui est le plan d’urgence guidant l’action des pouvoirs publics pour la gestion d’une crise radiologique.
Sur ce dernier point, l'Assemblée générale a ainsi permis de souligner que certaines de réflexions de la CLIN avaient été prises en compte par les service de l'Etat dans le cadre de cette révision. Une satisfaction qui s'est doublée ce même jour de l'accord de Simon Bertoux, directeur de cabinet du Préfet de Gironde, à ce que la Commission soit également admise, à titre observatoire, au sein du poste de commandement opérationnel en cas de situation de crise nécessitant la mise en œuvre du PPI. Une autorisation faisant de la CLIN de Gironde un exemple rare au niveau français.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Jack ma (creative commons) et Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4230
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !