Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

13/02/18 : Un numéro inédit de "Des racines et des ailes" consacré au Lot et la Dordogne, tourné cet été, sera diffusé sur France 3 mercredi 14 février à 20 h 55.

08/02/18 : Charente-Maritime : le conseiller départemental du canton de Tonnay-Charente et maire de Soubise, Robert Chatelier, est mort ce matin d'une crise cardiaque.Dominique Bussereau salue un "ardent défenseur de la ruralité et de l'agriculture charentaise"

08/02/18 : Bordeaux - La Maison du Vélo devient la Maison Métropolitaine des Mobilités Alternatives avec un rayon d’action élargi aux 28 communes de la Métropole et une ouverture à la promotion de tous les modes de déplacements doux et non plus seulement du vélo

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

  • 16/02/18 | Internet: 16 collectivités de la région récompensées

    Lire

    Le 8 février dernier, dans le cadre de la 19ème Cérémonie de remise du label national Territoire, Villes et villages internet, la Nouvelle-Aquitaine a vu 16 de ces collectivités récompensées pour leur action dans des politiques publiques numériques engagées. Six d'entre elles se sont particulièrement illustrées en matière de production de services publics numériques locaux, décrochant les 5 @, la plus haute des récompenses. Il s'agit d'Agen (47), de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine (79), de Bassens (33), Bayonne (64), Boé (47) et Mérignac (33).

  • 15/02/18 | La justice manifeste à Bordeaux

    Lire

    Ils étaient plusieurs dizaines à se réunir ce jeudi sur les marches du Palais de Justice : les avocats bordelais ont répondu à l'appel national de mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle. Principaux sujets d'inquiétude : la refonte de la carte judiciaire, une suppression des tribunaux d'instance et une numérisation accélérée des procédures, trois priorités semblant se dessiner dans le projet de réforme de la justice du gouvernement Macron. Plusieurs audiences ont été renvoyées en signe de protestation. Un mouvement similaire a eu lieu dans la journée devant les marches du tribunal de Libourne.

  • 15/02/18 | Les agriculteurs soutenus à l'unanimité par les élus du 64

    Lire

    Ce 15 février, les élus départementaux des Pyrénées-Atlantiques ont voté à l'unanimité une motion sur la réforme des zones défavorisées adressant ainsi 3 demandes fortes au Ministère de l'Agriculture. D'abord, la prise en compte "des anomalies de la carte établie le 20 décembre". Ensuite "que le zonage final réponde à l'objectif de conforter et pérenniser les exploitations d'élevage et de polyculture-élevage". Enfin, que les communes actuellement reconnues en piémont "préservent, à l'issue de ce chantier de révision, une reconnaissance de leurs handicaps particuliers, avec un niveau de soutien distinct".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Combien de temps les ours survivront-ils dans les Pyrénées ?

28/09/2015 | Le débat sur l’ours ne faiblit pas dans les Pyrénées. Ses partisans réclament des réintroductions à corps et à cris. Mais tous ne les suivent pas sur ce terrain

La première portée d'oursons détectée en 2015 dans la partie centrale des Pyrénées

Il faut agir vite. Car il y a danger d’extinction, préviennent les uns. Rien ne presse. Laissons faire la nature, répondent les autres. En 2015, plus que jamais, le débat sur la réintroduction des ours bat son plein dans les Pyrénées. Un massif sur lequel ces animaux se répartissent en deux populations distinctes. Dans la partie centrale d’abord, où 29 individus mâles et femelles se trouvent en gros entre Andorre et la région de Vielha. Dans un secteur situé plus à l’ouest également, où deux mâles isolés vivent à cheval sur la Bigorre, le Béarn et l’Aragon. Sensible au sujet, l’Europe s’en mêle et fait pression sur la France pour donner à cette espèce des conditions favorables de développement. Mais le terrain est également politique, donc mouvant. Etat des lieux

Pour les partisans de la réintroduction, qui  s’appuient sur les avis des scientifiques du Muséum d’histoire naturelle et  parmi lesquels on trouve les associations Pays de l’ours-ADET, FIEP et Férus, l’affaire est entendue : plus on traine, plus la menace est grande.

Même si sa population a fortement décliné dans les Pyrénées au cours du 20e siècle, l’ours conserve pourtant toute sa place sur ce massif, estiment-ils dans un rapport remis récemment à la Commission européenne. Un dossier dans lequel ils déplorent la réaction «  trop tardive et trop limitée de la France ».

« Une bonne capacité d’accueil »Les réintroductions déjà effectuées ont été un succès, ajoutent les pro-ours en rappelant que des lâchers ont eu lieu en 1996, 1997 et en 2006. « Les ours se sont bien adaptés et les Pyrénées conservent une bonne capacité d’accueil pour cette espèce ».

Selon eux, rien n'est par contre réglé pour autant. Alors que divers événements ont marqué la région (dont la mort très médiatisée de Cannelle, dernière femelle de souche locale, tuée en 2004  par un chasseur), les risques encourus pour le maintien de ces animaux dans la région restent en effet maximum.

« Pas assez nombreux »« J’adorerais vous dire que tout va bien. Mais ce n’est pas le cas » explique Alain Reynes, le directeur de l’association Pays de l’ours-ADET.

Le point sur la population d'ours dans les Pyrénées

Deux problème se posent ainsi à la population la plus importante recensée dans la partie centrale des Pyrénées.
« Le premier est d’ordre démographique. Car il n’y a pas assez d’individus pour assurer la survie de l’espèce. Même si 6 oursons ont encore vu le jour cette année".
Le second est génétique. La consanguinité est importante, avec en particulier un mâle comme Pyros « qui est déjà père, grand-père et arrière-grand-père ».
Quant à la partie occidentale, dans laquelle les mâles Néré et Cannellito (le fils de Cannelle) sont contraints à jouer les célibataires, on ne peut actuellement rien en attendre.

3 mâles et 10 femelles demandés à l’ouest du massifPour Alain Reynes, une évidence s’impose : il est nécessaire de réintroduire de nouveaux individus. Cette mesure est détaillée dans le rapport envoyé à la Commission européenne.
L’idéal, estiment ses rédacteurs, serait d’amener dans les quatre ans qui viennent un mâle et trois femelles (ou au minimum deux femelles pleines) dans le centre du massif. Mais aussi de mettre fortement l’accent sur le secteur ouest où l’on introduirait 3 mâles et pas moins de 10 femelles. Un autre scénario, plus modeste, plaide pour au moins 4 femelles.

Les chiffres paraissent conséquents. Mais, dans un souci d'efficacité, les bouquetins ibériques que l'on réintroduit en ce moment dans les Pyrénées le sont, eux, par dizaines, rappelle-t-on. La nature a ses lois.

Un dossier qui traine en longueur

Voilà pour les principes. Force est toutefois de constater que les choses n’avancent guère sur un terrain qui, en raison des attaques de troupeaux que des éleveurs imputent à l’ours, suscite des réactions très émotionnelles.

En 2010, la  secrétaire d’Etat à l’Ecologie Chantal Jouanno, a annoncé à Toulouse qu’une stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité serait lancée, rappellent l’ADET, le FIEP et Ferus.

Le volet ours prévu dans ce plan de bataille a toutefois pris du temps pour se mettre en place. Il a fallu attendre 2014 pour voir un groupe de travail se réunir sur le sujet. Une instance que les élus et les éleveurs ont boudée et dont les conclusions ont été « complétées » par un scénario imaginé par François Maïtia, le président de la commission permanente du comité de massif, favorable à une « non-intervention », s’insurgent les partisans de la réintroduction.

Des militants d’autant plus mécontents que d’autres freins sont venus s’ajouter à tout cela : le report à une date ultérieure de la discussion que le Comité de massif devait tenir sur l’ours en février 2015, et le délai supplémentaire de 9 mois laissé par la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, pour permettre à cette instance d’afficher sa position sur ce dossier. « En sachant pertinemment que cela correspondra avec les dates des élections régionales » ironisent-ils.

Des accusations auxquelles François Maïtia, interrogé par Aqui.fr, répond sans sourciller. Tout en affichant une position très claire en dépit des arguments qui lui sont opposés. Selon lui, les ours se portent bien et il est inutile de se précipiter.

Pour en savoir plus : le dossier remis par les partisans de la réintroduction à la Commission européenne
http://www.paysdelours.com/documents/dossier-ours-bruxelles_14-9-15.pdf

 A SUIVRE : Pour François Maïtia, « il faut laisser faire la nature »

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Pays de l'ours-ADET

Partager sur Facebook
Vu par vous
3832
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !