Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/02/20 | La Région investit: Bientôt des alambics charentais thermodynamiques ?

    Lire

    Chalvignac Process Distillation, spécialisée dans la fabrication et l'installation d'alambic pour la production de spiritueux, porte un projet R&D qui s'inscrit dans une démarche environnementale forte et innovante : installer une pompe à chaleur comme moyen de chauffe de ses alambics au lieu du gaz. Ainsi l'entreprise rompt avec l'utilisation d'énergie fossile, diminue sa consommation énergétique, réduit les émissions de gaz à effet de serre du procédé de chauffe de l'alambic et l'empreinte carbone de la filière Cognac. Un projet (et un défi organoleptique...) à 489 000 € soutenu par la Région pour 122 300 €.

  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Comment la start-up I-Sea étudie l'érosion des côtes européennes

24/07/2019 | Aurélie Dehouck et Virginie Lafon, Présidente et Directrice Générale d'I-Sea, sont des géographes auparavant affiliées à un centre de transfert de technologies de l'Université de Bordeaux.

I-Sea Mérignac

La start-up I-Sea, basée à Mérignac au sein de Bordeaux Technowest, a récemment remporté un appel d'offre de l'Agence Spatiale Européenne aux côtés d'un second consortium britannique, baptisé "Coastal Erosion". Pendant deux ans, la société aura à charge de démontrer la valeur des données satellites dans le suivi de l'érosion littorale et la gestion du trait de côte dans cinq pays d'Europe. Le littoral aquitain, qui est un des plus menacés, fait partie des trois premiers sites d'expérimentation français. Nous avons interrogé I-Sea pour dessiner les contours de cet ambitieux projet.

Le scénario est assez catastrophique, mais il s'agit de projections éventuelles "si rien n'est fait". Dans le rapport AcclimaTerra paru en 2018, l'équipe de chercheurs conduites par Hervé Le Treut a précisé qu'avec ses 970 kilomètres de côtes, l'ensemble du littoral néo-aquitain "va être impacté par une montée du niveau de la mer (30 à 80 centimètres selon les différents scénarios du GIEC) et par des phénomènes d'érosion côtière liés aux vents et courants (recul prévu de un à trois mètres par an pour la côte sableuse). Au sein du rapport Néo Terra, on peut notamment trouver une prévision du recul de la côte, pour les Landes et la Gironde, comprise entre 65 et 100 mètres d'ici à 2050. Autrement dit : les plages et les villes côtières de la région pourraient bien ne plus du tout ressembler à ce qu'elles sont aujourd'hui. Face à ces phénomènes, les préconisations du rapport Néo Terra indiquent quelques pistes d'amélioration visant à une meilleure anticipation : "augmentation du soutien aux PAPI (Plan d'Action et de Prévention des Inondations) fluviaux, aux stratégies locales de gestion de la bande côtière et à la structuration d'une observation partagée avec l'État et les collectivités ayant la compétence GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations)", le tout dans le but de "s'inscrire dans une démarche préventive et non curative en faisant évaluer le rapport aux risques". Le rapport prône notamment l'extension à l'échelle de la nouvelle région de l'Observatoire de la Côte Atlantique ou encore l'acquisition, la déconstruction et la renaturation du Signal, immeuble à l'abandon devenu l'emblématique symbole des problèmes causés par l'érosion du trait de côte. 

Nouveau marché

En mai dernier, la start-up I-Sea, basée à Mérignac au sein de Bordeaux Technowest et membre du pôle de compétitivité Aerospace Valley, a frappé un grand coup. Cette société spécialisée dans la commercialisation de services de surveillance des milieux aquatiques, a remporté, aux côtés de huit autres entreprises européennes réunies dans un consortium baptisé "Space for Shore", un appel d'offre de l'ESA (l'Agence Spatiale Européenne), "Coastal Erosion Project", visant à "accompagner les collectivités et gestionnaires du littoral dans l’adaptation des territoires aux risques côtiers". Elle est directement en concurrence avec un autre consortium de huit entreprises pilotées par la société britannique Argans. I-Sea, fondée par une équipe d'océanographes auparavant affiliés à GÉO-Transfert (cellule de transfert de technologies adossée à l'Université de Bordeaux) a pour principaux clients des acteurs publics comme les collectivités locales ou les agences environnementales et des industriels de l'eau et de l'énergie (mais aussi des ports ou des ostréïculteurs, ou plus largement les acteurs économiques s'intéressant de près à la qualité de l'eau). L'appel d'offre en question est tout sauf mineur : il représente un investissement dans le consortium de 1,5 millions d'euros sur deux ans de la part de l'Agence Spatiale Européenne. Pour quoi faire ? C'est la question que nous avons posé à Aurélie Dehouck, présidente et co-fondatrice d'I-Sea, qui compte aujourd'hui neuf salariés, pour la plupart issus du monde de la recherche. 

"La gestion du trait de côte était un volet un peu en silence chez nous, c'est quelque chose sur lequel on a du mal à se positionner", commence-t-elle. "On est clairement sur l'observation et la surveillance. En France, le marché est occupé par énormément de monde, notamment un grand organisme qui s'appelle le BRGM dont l'action vise à construire et structurer les observatoires de suivi du trait de côte, y compris en Aquitaine. Quand ce n'est pas le BRGM, ce sont les universitaires qui s'en occupent car ils détiennent cette capacité d'observation. Le business est donc partagé et entretenu par les universitaires locaux qui ont des sites pilotes et vivent de ce dont pourraient vivre les bureaux d'études, c’est-à-dire l'observation pour alimenter leurs recherches. Il arrive aussi que les collectivités sortent aussi des marchés publics pour faire travailler des bureaux d'études et en général, le sujet de l'observation est réduit à peau-de-chagrin parce qu'elle est réalisée par des universitaires ou par le BRGM. C'est donc un sujet qu'on a eu du mal à développer, en dépit du fait que ce soit notre métier d'origine, jusqu'à cette année". 

Objectifs multiples

L'idée, selon Aurélie, serait de construire un "web atlas de l'érosion littorale en France et en Europe, pour avoir une information fiable de caractérisation de l'évolution du trait de côte et de l'érosion. Et ce, à une échelle très fine, à la maison près, mais aussi très large en mutualisant toutes les données et les rapports existants et en alimentant le tout avec les données dérivées d'images des satellites de l'ESA afin d' actualiser l'évolution du trait de côte année après année ou après des évènements majeurs". L'étude a des ambitions assez vastes : elle vise, grâce à l'agglomération d'une (très) vaste quantité de données fournies par les différentes études et les satellites, à étudier l'érosion dans cinq pays d'Europe : Allemagne, Portugal, Grèce, France et Roumanie. Pour ce qui est de la France, trois régions particulièrement touchées par l'érosion côtière, avec des profils de littoraux très différents, ont été sélectionnés pour servir de "site pilote" à cette expérimentation : la Normandie, la Région Sud (Provence-Alpes-Côte d'Azur) et... la Nouvelle-Aquitaine. "À chaque fois, la demande contractuelle de l'ESA était d'engager les utilisateurs finaux, les acheteurs potentiels du service que l'on va prototyper dans le cadre de ce projet. On a donc été chercher des collectivités, des communes du littoral, des GIP, des observatoires, des régions et on les a engagés autour du projet". 

Une fois réunies, probablement sous la forme de cartes web vectorisées utilisables dans n'importe quel système d'information géographique", ces données ont vocation à être consultables et ouvertes. "Elles devraient être la propriété de l'ESA, mais toutes les données livrées avant la fin de l'année le seront sur une plateforme à visualisateur et donc ouvertes au grand-public, en premier lieu les partenaires impliqués dans le projet pour qu'ils puissent comparer ces données et celles qu'ils ont déjà de leur côté, pour voir si les données qu'on va produire sont assez précises et utiles" continue Aurélie. "Ces données sont une somme de produit. Au démarrage du projet, il y a eu une phase de qualification des besoins, tous les partenaires se sont donc positionnés sur des sujets qui pour eux étaient importants : suivi de trait de côte, topographie des falaises ou des dunes, largeur de la plage ou bathymétrie sont tous les grands sujets apparus en France, autrement dit les indicateurs déjà monitorés, de manière à les regrouper. Le satellite va fournir de la donnée moins précise en termes de position, c'est le grand challenge autour de Space for Shore. Dans le meilleur des cas, ce sera une image satellite a un mètre ou un demi-mètre de résolution. Quand on arrive au bout des étapes pour extraire un trait de côte, la ligne est souvent positionnée à quelques mètres près, ce qui peut être contraignant par rapport à l'usage de ces données là à posteriori, parce qu'on a besoin d'observations très fines. L'atout du satellite en revanche, c'est sa capacité à observer un territoire très grand avec une seule image alors que des opérations de mesure traditionnelles en levé de terrain prennent beaucoup plus de temps. En général, d'ailleurs, personne ne finance parce que c'est très cher, c'est pour ça qu'on n'a pour l'instant jamais vu une bathymétrie à l'échelle de la côte Aquitaine". 

Le consortium poursuit plusieurs objectifs au travers de ce projet. D'abord, celui d'amener de la récurrence, autrement dit livrer une observation du trait de côte plus régulière et actualisée grâce aux données satellites qui peuvent être retranscrites presque en temps réel (avant d'être recoupées et analysées). "Le programme Copernicus, par exemple, c'est de la donnée satellite tous les quatre jours. Le grand enjeu ici va donc être la cohérence entre la résolution de la donnée satellite et la précision des données qu'on veut en sortie de trait de côte et de bathymétrie. Si, à la fin, les produits satellites ne sont pas assez précis, personne ne se les appropriera, et il n'y aura donc pas de marché pour I-Sea". Autre objectif : couvrir le plus de types de littoraux possibles, d'où la dimension européenne : de la côte rocheuse bretonne à la côte sableuse d'Aquitaine en passant par les plages très plates et sans marées de la méditérannée, la diversité des observations devrait être un atout pour l'utilisation des données récoltées. Si la mission était un succès et que les résultats s'avéraient probants, I-Sea pourrait, dans un second temps, décider de monétiser l'accès à ces informations. "On avait l'idée de créer un service web dans lequel, quelque-soit l'utilisateur, on pourrait identifier sa zone d'intérêt et avoir une information fiable sur l'érosion à l'échelle de sa commune ou du département, par exemple. Le tout serait monétisé par une formule d'abonnement. Tous les deux ou trois ans ou à chaque fois qu'il y aurait un évènement majeur, comme une tempête, I-Sea s'engagerait à réactualiser les données et le risque érosion dans les mois qui suivent. Dans le cadre du projet, on n'en arrivera pas là. A la fin de la deuxième année, on devra qualifier la satisfaction des utilisateurs et voir sous quelle forme et à quel coût ils seront prêts à acheter ces données. Le service commercial n'est pas encore mis en place ni prototypé, pour l'instant on doit faire la preuve de la pertinence de ces produits satellites pour les gestionnaires du littoral". 

Vocations partagées

Une question, cependant, reste encore à aborder : même si la récurrence et la surface couverte sont plus importantes, à quoi ça pourrait servir, au final, pour des communes du littoral qui font face à l'érosion et ont même envisagé, comme pour Lacanau, de relocaliser les habitants et les commerces du front de mer ? La réponse n'est pas unique : à chacune d'identifier, en fonction de ses intérêts, l'utilité qu'elles pourraient avoir. "Aujourd'hui, les collectivités préfèrent mettre leur argent dans la construction de murs et de digues que d'essayer de comprendre ce qu'il se passe sur leur site et ce qu'on peut faire d'intelligent plutôt que de bétonner. Le mot d'ordre du GIP Littoral, c'est plutôt l'adaptation, le repli stratégique et la réorganisation des activités sur un territoire. Pour un maire d'une collectivité à l'échelle d'un mandat, c'est difficile de dire qu'on va mettre des moyens chaque année pour surveiller son littoral avec ces mesures, les gens veulent du concret. Or il faut connaître la manière dont ça bouge pour anticiper et prendre des décisions ensuite", confie Aurélie Dehouck. "Dans tous les cas, tout le monde se plaint de ne pas avoir les données qu'il lui faut avec régularité. On fait avec les petits moyens qu'on a sur une échelle très réduite. Ce qu'offrent ces données satellites, c'est la capacité de rafraîchir l'information et la rendre complémentaire avec ce qu'ils font déjà avec leurs moyens. Ça permettrait de prendre des décisions à l'échelle de la côte Aquitaine. L'aléa érosion a déjà été qualifié et une stratégie régionale est déjà en place. Malgré tout, on fait face à des tempêtes comme il y a cinq ans et ces dernières ont prouvé que la projection estimée de l'Observatoire de la Côte Aquitaine était complètement erronée par rapport à la réalité des évènements. Autrement dit, le trait de côte a bien plus reculé que prévu. Tout le monde est donc de plus en plus conscient du fait qu'il faille une observation continue pour se projeter". 

Prenons un exemple concret : la commune de Biscarosse, dans les Landes. "La grosse problématique chez eux, c'est qu'ils vont continuellement chercher du sable en aval, près du centre d'essai des Landes, pour recharger les plages du front de mer, notamment au moment des grandes marées lorsque le front de mer est plus exposé. Aujourd'hui, ce front de mer est défiguré, il n'a pas bougé depuis la tempête de 2014. La commune se demande à quel endroit ils peuvent aller prendre du sable sans impacter le reste de la cellule sédimentaire pour le remettre sur le front de mer avec un cycle plus vertueux". Et le cas de Biscarosse est loin d'être isolé : "toutes les communes littorales ont ce problème, qu'ils aillent chercher leur sable à l'extérieur ou à proximité. Grâce aux données, on pourrait donc qualifier les accumulations de sable et révéler, grâce à des indicateurs précis, les lieux plus propices à l'extraction. Selon les stratégies qu'auront choisi les communes, elles anticiperont différemment les évènements majeurs. Ce sera de toute façon mieux que de se prendre une tempête de plein fouet...". Avant une deuxième phase permettant de déployer l'expérimentation sur les quatre autres pays concernés (1500 kilomètres de côtes en tout), le consortium piloté par I-Sea se concentre donc sur les quelques littoraux des cinq pays cités plus haut (Biscarosse et la côte basque pour la Nouvelle-Aquitaine). Le tout avec l'ambition de mieux faire connaître ces travaux au grand public. En janvier prochain, l'ESA réunira à Bordeaux tous les acteurs européens impliqués dans le projet Coastal Erosion à Bordeaux. "On aimerait aussi organiser un évènement en marge, un séminaire plus public et ouvert pour faire connaître les ambitions du projet et promouvoir l'usage des données satellites, dans lesquelles les collectivités viendraient donner des exemples", confirme Aurélie. Il est vrai que les exemples à donner ne manquent pas : on estime à 20% le nombre de côtes mondiales concernées par l'érosion et menacées par la montée des eaux. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7266
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !