18/12/17 : L'assemblée régionale a adopté à l'unanimité ce 18 décembre la convention quinquennale ( 2018-2022) qui lie la Nouvelle Aquitaine et les Centres de Formation d'Apprentis.

18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | D'Agen à Bordeaux, l'étonnante mutation du Sifel

11/02/2009 |

Alain Rousset  à Agen

On sait ce que l'on perd, mais non pas ce que l'on trouve. Les Lot-et-Garonnais auraient pu se souvenir du vieil adage à propos de leur salon de la filière fruits et légumes, le SIFEL, qui va rejoindre l'année prochaine Bordeaux et son Parc des Expositions. Ce transfert qui doit être compensé par la création d'un "salon bio" s'accomplit avec l'assentiment, au moins de façade, des responsables locaux, y compris celui du président fondateur de la manifestation Guy Saint-Martin. Ce qui ne signifie pas que l'on se pose pas des questions en pays agenais

Un pré-accord vient d'être signé entre la société organisatrice du Sifel Orgagri, et Congrès et Expositions de Bordeaux (CEB). Il prévoit le transfert du salon à Bordeaux et son organisation parallèlement à Vinitech. Yves Lecocq, président du CEB et ses collaborateurs étaient d'ailleurs à Agen pour l'inauguration du dernier Sifel agenais dans sa formule d'origine, au parc des expositions de la ville. Selon les indications apportées, il ne s'agit pas d'une fusion, mais de l'association de deux manifestations, comme le furent naguère Vinitech et Vinexpo, avec deuxcommissaires généraux. Le rapprochement dans la métropole régionale du vin et des fruits et légumes devrait être bénéfique aux deux manifestations, encore que leur clientèle soit bien différente.

Nouvelle opportunité ?
Le fond du problème est que le Sifel actuel était en perte de vitesse en raison de la réduction du nombre des producteurs de fruits et légumes et de la difficulté de se renouveler. A Bordeaux il bénéficiera de la dynamique et du savoir faire du CEB. Mais Agen et le Lot-et-Garonne vont-ils s'y retrouver? Yves Bertrand, président du SIFEL annonce "un grand salon bio orienté vers les énergies nouvelles et le développement durable". Pour Guy Saint-Martin, le contexte qui a présidé à la création du Sifel n'est plus celui d'ajourd'hui, " et l'avenir est au développement durable". "Le consommateur est une sentinelle qui nous oblige à être vigilants". Il appartient à une nouvelle génération de mettre en place une nouvelle organisation". Le président du conseil général Pierre Camani se dit quant à lui "enthousiaste" et constate que "le monde change et le Sifel aussi", et q"il y a une opportunité nouvelle pour le Lot-et-Garonne".

Le maire d'Agen vigilant
Du côté de la ville d'Agenon s'interroge cependant quelque peu. Le député-maire Jean Dionis du Séjour estime "qu'il va falloir s'expliquer sur ce qu'on entend par bio". Et d'exprimer des réserves "quant au mariage avec Vinitech". Le maire d'Agen ne croit pas trop à la synergie entre le vin et les fruits et légumes, mais il consent tout de même "à une condition:que ce que l'on va faire ensemble marche. Mais ce n'est pas gagné d'avance. Nous regarderons avec lucidité comment cela se passe". Mais à Agen Alain Rousset a exprimé fortement son engagement de soutenir financièrement la mise sur orbite du futur salon . "Il fallait un grand salon bio, et il fallait qu'il ait lieu à Agen. La Région y mettra les moyens et elle en sera le premier financeur".

M. deLapeyrière :"le fait accompli"
Cela n'empêche pas cependant le président de la chambre d'agriculture, Michel deLapeyrière de constater que la profession a été mise devant le fait accompli. "Peut-être aurait-on pu se réunir autour d'une table et en parler d'abord. "Mais on nous a dit:ça y est, il s'en va, mais on va vous mettre autre chose". Et d'ajouter: "la nouvelle orientation, oui, mais nous avons déjà ici un salon bio et un salon énergies renouvelables. Est-ce que l'avenir, c'est de tout faire à Bordeaux?". "En réalité, poursuit le président de la chambre d'agriculture, il y a un choix politique". Michel de Lapeyrière qui ne veut pas d'opposition entre l'agriculture conventionnelle et la bio espère néanmoins que la formule annoncée tiendra ses promesses.

Photo : aqui

Gilbert Garrouty

Partager sur Facebook
Vu par vous
693
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !