Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Dans les Landes, des déchets qui ont de l'avenir

20/10/2015 | Granulation, méthanisation, centrale à thermie photovoltaïque, la société Labat s'étend sur près de 4 hectares à Aire-sur-Adour

Labat

En achetant son premier camion à moteur gazogène pendant la Seconde Guerre mondiale, Jules Labat ne se doutait pas que plus de 70 ans plus tard, sa petite société d'assainissement d'Aire-sur-Adour (Landes), reprise depuis par son fils, puis son petit-fils emploierait trente salariés, et ferait des déchets une matière première pour l'énergie de demain. « Il dirait sûrement qu'épandre le purin, ce n'est pas nouveau c'est juste du bon sens ! », sourit Xavier Labat, l'actuel PDG d'une société en plein boom, au chiffre d'affaire de 4,5 millions d'euros, en hausse de 10% chaque année.

C'est par l'ancienne étable de l'exploitation de son père que démarre la visite. Des mangeoires à bestiaux et des calèches en bois, comme autant de signes du passé d'une entreprise aujourd'hui en plein XXIe siècle. Dans ce bâtiment à hauts plafonds de 6.000 m2, sur une étendue de terrains de près de 4 hectares, la société Labat qui s'est lancée dans l'aventure dès 1995, traite aujourd'hui 60.000 tonnes de déchets par an (un chiffre doublé en cinq ans), dont 22.000 par méthanisation. Du Gers au Pyrénées-Atlantiques, c'est dans un rayon de 150 km que les déchets sont collectés.
Labat« Ce qui me guide, c'est l'esprit d'entreprise, l'innovation », aime à répéter Xavier Labat, persuadé que si aujourd'hui le déchet coûte de l'argent, demain il en rapportera. Son investissement pour innover atteint les 10 millions d'euros sur deux ans, subventionné à hauteur de 25%, dont 40% par la région Aquitaine, 35% par le Fonds européen Feder et 25% par l'Ademe. Mardi, ses dernières nouveautés ont d'ailleurs été officiellement inaugurées par Alain Rousset, président du Conseil régional.
Nettoyage des fosses sceptiques des particuliers, pompage de cuves à hydrocarbures des entreprises, entretien des stations d'épuration des collectivités locales, font partie du métier de base de l'entreprise. Dans une logique de développement durable et au cœur d'une économie circulaire, ici, on parle désormais aussi granulation, méthanisation, et centrale à thermie photovoltaïque.
Rien ne se perd...Sur la grande plate-forme odorante (qui sera bientôt couverte par du photovoltaïque), les boîtes de conserves, revalorisées à 100% contrairement aux bio-déchets (85%), s'empilent à côté des restes des légumiers du grand Sud-Ouest. Marc de raisin, boues alimentaires, légumes en conserves, graisses de transformation de canard gras, cochons et poissons, matières de vidange, déchets verts... « rien ne perd, tout se transforme », la formule allégée de Lavoisier est devenue celle de Xavier Labat.
Avec sa toute nouvelle unité de méthanisation qui fonctionne à plein depuis six mois avec son digesteur de 13 mètres de haut d'une capacité de 1.500 m3, 800 foyers sont alimentés en électricité et des champs nourris à l'engrais d'épandage grâce aux déchets, dans un processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en l'absence d'oxygène. Malgré un retard de production dû à « un importateur italien véreux » dont le prototype « nous a joué des tours », Labat produit aussi des granulés de chauffage issus de galettes de graisses de l'industrie agro-alimentaire mais aussi de déchets verts. Ces derniers sont d'ailleurs séchés par la toute nouvelle centrale à thermie photovoltaïque de la société, comme peuvent l'être aussi des semences de maïs par exemple. Un procédé ingénieux qui permet d'utiliser la chaleur présente sous les 800 m2 de panneaux photovoltaïques des toits, en créant un flux d'air chaud vers des caissons de séchage... Façon d'augmenter aussi la teneur en matières sèches pour une meilleur rendement calorifique.
En somme, résume Xavier Labat, « les déchets regorgent de valeur insoupçonnée, et grâce à eux, on fait l'énergie de demain ».

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
13252
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !