Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Quand des citoyens américains jugent la sortie des accords de Paris...

07/06/2017 | Le premier jour du mois du juin, Donald Trump a annoncé sa décision de sortir des accords de Paris, une décision controversée, même aux USA.

les accords de Paris 2015

Donald Trump évoque régulièrement sa volonté de donner la priorité aux américains "ordinaires". C’est ça qui motive sa politique de « America First », et c’est ça qui a clairement motivé sa décision de sortir des Accords de Paris. Si celle-ci a provoqué un tollé à travers le monde, qu'en est-il de la réaction du peuple américain lui-même? Que pense-il de la décision de leur président? Nous avons pris contact avec Will Simpson, Amanda Gregg et McKenna Lieblich, trois américains aux tendances politiques différentes pour qu'ils nous livrent leur avis sur ce sujet.

Will Simpson est un étudiant américain de 20 ans. Il habite dans l’Etat de Rhode Island et vient de finir un semestre à Bordeaux. Il n’a jamais soutenu Donald Trump. En effet, quand il a vu les résultats de l'élection présidentielle il a été « vraiment choqué ». D’après lui, Trump « représente tout ce qui est problématique dans la politique américaine d’aujourd’hui ». Will est particulièrement méfiant sur sa politique d’immigration; il la regarde comme une manière de détourner l'attention et « masquer sa vraie politique anti-environnementale qui favorise les grandes entreprises ». En effet, il est assez concerné par l’environnement, regardant le réchauffement climatique comme un problème très important dans le monde d’aujourd’hui. Quand Trump a annoncé sa décision de sortir de cet accord, Will a été malheureux mais pas surpris. L’étudiant américain pense que la sortie est en contradiction avec les intérêts économiques et écologiques des Etats-Unis. Alors pourquoi Donald Trump l'a-t-il fait? D’après Will, c’est à cause des « grandes entreprises qui ont un intérêt dans la dérégulation de l’environnement ».

Amanda Gregg, que nous avons joint par téléphone, est professeur à Middlebury College dans l'état du Vermont. Elle a consacré sa vie à l’étude de l’économie. Elle décrit l’évolution de son avis sur Donald Trump comme une "descente dans le pessimisme" (1). Dans les mois précédant l’élection, le professeur Gregg était sûre que Donald Trump allait perdre. Elle avait une croyance forte en l’Amérique :  « on ne tolère pas de bigoterie et le progrès gagne toujours ! ». Tout ça a changé après le 8 novembre 2016, le jour de l'élection. Sa vision du monde a été cassée, remplacée par une grande inquiétude. Amanda Gregg, on l'imagine sans mal, ne soutient pas les politiques du Président. D'après elle, « Donald Trump ne s’intéresse pas à la science économique, il ne s’intéresse qu'au commerce, au business ». Amanda Gregg est très déçue par la décision de Trump concernant les accords de Paris; elle a l'impression que « les américains ressemblent à des crétins aux yeux du reste du monde ». De plus, selon elle, il n’est pas très évident que la sortie va bénéficier, économiquement, aux Etats-Unis : « C’est possible qu’il y ait des bénéfices à court terme pour des entreprises petites et moyennes mais à long terme, il y aura des coûts importants dûs au réchauffement climatique qu’on ne peut pas ignorer».

McKenna Lieblich est une étudiante américaine à Boston College. Lors des présidentielles, elle a vu tous les candidats comme profondément imparfaits, mais elle a voté pour Donald Trump pour des raisons économiques. En revanche McKenna est contre la plupart des politiques sociales de son nouveau président. Elle est particulièrement investie dans la protection de l’environnement. Elle est par exemple devenue végétalienne pour « diminuer la quantité de dioxyde de carbone et des combustibles fossiles dans l’air ».  Elle se décrit comme une femme qui fait tout ce qu’elle peut pour aider l’environnement. Néanmoins, McKenna a voté pour un candidat qui ne partage pas son engagemeent écologique. Pourquoi ? « Je pense que ce n'est pas Donald Trump à lui seul, qui peut décider si on va polluer notre pays ou pas », considère-t-elle. Le progrès technologique dans ce domaine est si rapide que Donald Trump ne peut pas l’empêcher, même s’il le voulait. Selon elle, les politiques, les conventions et les accords internationaux n’ont pas de réel effet sur la tendance à polluer !... « C’est la culture et les croyances du peuple, qui comptent le plus ». De ce point de vue, McKenna est optimiste. Elle pense que les jeunes, les personnes de sa génération, sont très consciencieux sur le respect de l’environnement. C’est pour ça que cette étudiante n’est pas très inquiète par la sortie des Accords de Paris. A ses yeux, le moteur des politiques écologistes reste toujours en place aux Etats-Unis et l'idée d'une "crise" suite à cette décision est le produit de médias américains qui ne sont pas impartiaux... Elle ne regrette pas sa décision de voter pour Trump, malgré sa sortie des accords de Paris. 

1. " as a descent into pessimism"

Max Lieblich
Par Max Lieblich

Crédit Photo : Le centre d’information sur l’eau

Partager sur Facebook
Vu par vous
104242
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Stephane D | 04/10/2017

Le problème de cette dernière c'est qu'elle ne comprend pas que les Etats unis ne polluent pas juste les Etats Unis, mais le monde entier, et qu'ils sont un moteur de la croissance écologique dans le monde notamment en Afrique avec leurs différents programmes d'aide.

Alain MOCCHETTI | 25/06/2017

QU'EN EST IL DE LA CHINE SI ELLE APPLIQUE LES ACCORDS DE LA COP 21 ?
Avec ses 1.400.000.000 habitants, la Chine sera dans 30 ans le pays le plus nucléarisé du monde, il sera talonné de près par l’Inde, car les 30 ans sont la durée que la Chine se donne pour fermer et démanteler ses Centrales Electriques fonctionnant au charbon et les remplacera par des Réacteurs Nucléaires de 3ème Génération, soient des EPR européens, soient des AP1000 américains et des WER russes, soit un amalgame de ces derniers.
Bilan énergétique pour la production de l’électricité dont la Chine a besoin :
- 77% est produite à partir du Charbon qui génère une quantité phénoménale de CO2 dans l’atmosphère,
- 23% est produite grâce aux Energies Renouvelables.
Durant la fermeture progressive dans les 30 prochaines années des Centrales Electriques à Charbon, des centaines de Réacteurs Nucléaires de 3ème Génération seront construits, il se peut que leur nombre soit très supérieure à 500, pour rappel 500 Réacteurs étant nécessaires à l’horizon 2050 pour la fabrication de l’électricité dont les USA auront besoin. La Chine a procédé à un Transfert de Recherche et de Technologie pour l’EPR européen mais aussi pour l’AP100 et le WER. Dans l’immédiat, je ne suis pas en mesure d’évaluer la quantité d’électricité issue des Centrales à charbon. Soit QE le nombre de Mégawatts que la Chine consomme grâce au Charbon, il suffit de diviser QE par 1600 pour connaître le nombre d’EPR à construire. QE/1600 = A avec A voisin de 500 à 600. La Chine possède actuellement 23 Réacteurs Nucléaires en exploitation et 35 sont en cours de construction, mais ce n’est que le début, car la Chine va devoir relever un énorme défi en portant le nombre de Réacteurs à 500 environ, Suite dans une prochaine rubrique QU'EN EST IL DE LA CHINE SI ELLE APPLIQUE LES ACCORDS DE LA COP 21 ? Pour recycler les EC usés, il faudra plus de 6 complexes nucléaires du type UP3 800 La Hague et il faudra se résigner à stocker les déchets nucléaires dans le sous sol avec des usines du type BURE.

Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti



Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !