Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Quand des citoyens américains jugent la sortie des accords de Paris...

07/06/2017 | Le premier jour du mois du juin, Donald Trump a annoncé sa décision de sortir des accords de Paris, une décision controversée, même aux USA.

les accords de Paris 2015

Donald Trump évoque régulièrement sa volonté de donner la priorité aux américains "ordinaires". C’est ça qui motive sa politique de « America First », et c’est ça qui a clairement motivé sa décision de sortir des Accords de Paris. Si celle-ci a provoqué un tollé à travers le monde, qu'en est-il de la réaction du peuple américain lui-même? Que pense-il de la décision de leur président? Nous avons pris contact avec Will Simpson, Amanda Gregg et McKenna Lieblich, trois américains aux tendances politiques différentes pour qu'ils nous livrent leur avis sur ce sujet.

Will Simpson est un étudiant américain de 20 ans. Il habite dans l’Etat de Rhode Island et vient de finir un semestre à Bordeaux. Il n’a jamais soutenu Donald Trump. En effet, quand il a vu les résultats de l'élection présidentielle il a été « vraiment choqué ». D’après lui, Trump « représente tout ce qui est problématique dans la politique américaine d’aujourd’hui ». Will est particulièrement méfiant sur sa politique d’immigration; il la regarde comme une manière de détourner l'attention et « masquer sa vraie politique anti-environnementale qui favorise les grandes entreprises ». En effet, il est assez concerné par l’environnement, regardant le réchauffement climatique comme un problème très important dans le monde d’aujourd’hui. Quand Trump a annoncé sa décision de sortir de cet accord, Will a été malheureux mais pas surpris. L’étudiant américain pense que la sortie est en contradiction avec les intérêts économiques et écologiques des Etats-Unis. Alors pourquoi Donald Trump l'a-t-il fait? D’après Will, c’est à cause des « grandes entreprises qui ont un intérêt dans la dérégulation de l’environnement ».

Amanda Gregg, que nous avons joint par téléphone, est professeur à Middlebury College dans l'état du Vermont. Elle a consacré sa vie à l’étude de l’économie. Elle décrit l’évolution de son avis sur Donald Trump comme une "descente dans le pessimisme" (1). Dans les mois précédant l’élection, le professeur Gregg était sûre que Donald Trump allait perdre. Elle avait une croyance forte en l’Amérique :  « on ne tolère pas de bigoterie et le progrès gagne toujours ! ». Tout ça a changé après le 8 novembre 2016, le jour de l'élection. Sa vision du monde a été cassée, remplacée par une grande inquiétude. Amanda Gregg, on l'imagine sans mal, ne soutient pas les politiques du Président. D'après elle, « Donald Trump ne s’intéresse pas à la science économique, il ne s’intéresse qu'au commerce, au business ». Amanda Gregg est très déçue par la décision de Trump concernant les accords de Paris; elle a l'impression que « les américains ressemblent à des crétins aux yeux du reste du monde ». De plus, selon elle, il n’est pas très évident que la sortie va bénéficier, économiquement, aux Etats-Unis : « C’est possible qu’il y ait des bénéfices à court terme pour des entreprises petites et moyennes mais à long terme, il y aura des coûts importants dûs au réchauffement climatique qu’on ne peut pas ignorer».

McKenna Lieblich est une étudiante américaine à Boston College. Lors des présidentielles, elle a vu tous les candidats comme profondément imparfaits, mais elle a voté pour Donald Trump pour des raisons économiques. En revanche McKenna est contre la plupart des politiques sociales de son nouveau président. Elle est particulièrement investie dans la protection de l’environnement. Elle est par exemple devenue végétalienne pour « diminuer la quantité de dioxyde de carbone et des combustibles fossiles dans l’air ».  Elle se décrit comme une femme qui fait tout ce qu’elle peut pour aider l’environnement. Néanmoins, McKenna a voté pour un candidat qui ne partage pas son engagemeent écologique. Pourquoi ? « Je pense que ce n'est pas Donald Trump à lui seul, qui peut décider si on va polluer notre pays ou pas », considère-t-elle. Le progrès technologique dans ce domaine est si rapide que Donald Trump ne peut pas l’empêcher, même s’il le voulait. Selon elle, les politiques, les conventions et les accords internationaux n’ont pas de réel effet sur la tendance à polluer !... « C’est la culture et les croyances du peuple, qui comptent le plus ». De ce point de vue, McKenna est optimiste. Elle pense que les jeunes, les personnes de sa génération, sont très consciencieux sur le respect de l’environnement. C’est pour ça que cette étudiante n’est pas très inquiète par la sortie des Accords de Paris. A ses yeux, le moteur des politiques écologistes reste toujours en place aux Etats-Unis et l'idée d'une "crise" suite à cette décision est le produit de médias américains qui ne sont pas impartiaux... Elle ne regrette pas sa décision de voter pour Trump, malgré sa sortie des accords de Paris. 

1. " as a descent into pessimism"

Max Lieblich
Par Max Lieblich

Crédit Photo : Le centre d’information sur l’eau

Partager sur Facebook
Vu par vous
104070
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Stephane D | 04/10/2017

Le problème de cette dernière c'est qu'elle ne comprend pas que les Etats unis ne polluent pas juste les Etats Unis, mais le monde entier, et qu'ils sont un moteur de la croissance écologique dans le monde notamment en Afrique avec leurs différents programmes d'aide.

Alain MOCCHETTI | 25/06/2017

QU'EN EST IL DE LA CHINE SI ELLE APPLIQUE LES ACCORDS DE LA COP 21 ?
Avec ses 1.400.000.000 habitants, la Chine sera dans 30 ans le pays le plus nucléarisé du monde, il sera talonné de près par l’Inde, car les 30 ans sont la durée que la Chine se donne pour fermer et démanteler ses Centrales Electriques fonctionnant au charbon et les remplacera par des Réacteurs Nucléaires de 3ème Génération, soient des EPR européens, soient des AP1000 américains et des WER russes, soit un amalgame de ces derniers.
Bilan énergétique pour la production de l’électricité dont la Chine a besoin :
- 77% est produite à partir du Charbon qui génère une quantité phénoménale de CO2 dans l’atmosphère,
- 23% est produite grâce aux Energies Renouvelables.
Durant la fermeture progressive dans les 30 prochaines années des Centrales Electriques à Charbon, des centaines de Réacteurs Nucléaires de 3ème Génération seront construits, il se peut que leur nombre soit très supérieure à 500, pour rappel 500 Réacteurs étant nécessaires à l’horizon 2050 pour la fabrication de l’électricité dont les USA auront besoin. La Chine a procédé à un Transfert de Recherche et de Technologie pour l’EPR européen mais aussi pour l’AP100 et le WER. Dans l’immédiat, je ne suis pas en mesure d’évaluer la quantité d’électricité issue des Centrales à charbon. Soit QE le nombre de Mégawatts que la Chine consomme grâce au Charbon, il suffit de diviser QE par 1600 pour connaître le nombre d’EPR à construire. QE/1600 = A avec A voisin de 500 à 600. La Chine possède actuellement 23 Réacteurs Nucléaires en exploitation et 35 sont en cours de construction, mais ce n’est que le début, car la Chine va devoir relever un énorme défi en portant le nombre de Réacteurs à 500 environ, Suite dans une prochaine rubrique QU'EN EST IL DE LA CHINE SI ELLE APPLIQUE LES ACCORDS DE LA COP 21 ? Pour recycler les EC usés, il faudra plus de 6 complexes nucléaires du type UP3 800 La Hague et il faudra se résigner à stocker les déchets nucléaires dans le sous sol avec des usines du type BURE.

Alain Mocchetti
Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
UFR Sciences de Metz
alainmocchetti@sfr.fr
alainmocchetti@gmail.com
@AlainMocchetti



Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !