Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Empoisonnement des rapaces nécrophages dans les Pyrénées : la LPO tire la sonnette d'alarme

25/09/2018 | Selon la Ligue de Protection des Oiseaux et ses partenaires, l’empoisonnement est la première cause de mortalité des rapaces nécrophages dans les Pyrénées...

Empoisonnement des rapaces nécrophages dans les Pyrénées : la LPO tire la sonnette d'alarme

Les Pyrénées abritent plus de 50% de la population française et européenne de rapaces nécrophages. Gypaète barbu, Vautour percnoptère, Milan royal, Vautour fauve sont des espèces protégées bénéficiaires de plans nationaux d’actions validés par le Ministère en charge de l’écologie. Dans ce cadre, le réseau Vigilance Poison animé par la LPO collecte depuis 15 ans à l’échelle du massif les cadavres de ces espèces pour déterminer les causes de mortalité. Les résultats sont sans appel : 24% des cas de mortalité sont dus à l’usage illégal de poisons ; et le nombre s'accroît... Afin d’alerter sur l’impact du poison sur la faune sauvage protégée, la LPO et ses partenaires viennent de publier deux documents de sensibilisation. Un à destination du grand public, visible sur les comptoirs des mairies, gendarmeries, cabinets vétérinaires, l'autre, plus technique, à destination des agents de la chaine judiciaire, vétérinaires et responsables de déchetteries.

L'empoisonnement est « une menace silencieuse mais bien réelle pour les rapaces » selon l'association. Entre 2004 et 20018,« sur 170 cadavres de rapaces nécrophages collectés (Milan royal, Vautour percnoptère, Vautour fauve et Gypaète barbu), 48 cas de mortalité sont dus au poison ». Un constat qui va croissant chaque année puisque sur la période entre 2002 et 2005, le poison a été mis en cause dans la mort de 5 rapaces et entre 2014 et 2018 , ce sont 18 cas qui ont été répertoriés comme mort par empoisonnement. « Ces chiffres ne sont que la face émergée de l’iceberg. En effet, il est très difficile de trouver dans la nature un cadavre de rapace pour effectuer une analyse éco toxicologique. Pour un rapace collecté, combien meurent dans la nature sans avoir pu être analysés ? », interroge la LPO.

150 000 € d’amendes et 2 ans de prison
Ces empoisonnements illégaux s’effectuent généralement par dépôt d’appâts contaminés par des produits toxiques interdits et utilisés à doses concentrées. « Placés de manière intentionnelle à destination des animaux jugés indésirables, les rapaces nécrophages sont les victimes régulières, soit parce qu’ils sont visés directement, soit parce que, situés en bout de chaîne alimentaire, ils sont susceptibles de consommer les cadavres empoisonnés. »
Au delà du message d'alerte, la Ligue de protection des Oiseaux, rappelle, que cet acte qui contrevient à une politique de protection est un délit passible de 150 000 € d’amendes et 2 ans de prison, selon le code de l'environnement. Par ailleurs l'amende est doublée si le délit est perpétré dans le cœur d’un Parc national ou d’une Réserve naturelle. Pour autant, « malgré de nombreux cas d’empoisonnement d’espèces protégées chaque année dans les Pyrénées, les dossiers sont le plus souvent classés sans suite et les rares sanctions émises restent peu dissuasives », regrettent les partenaires environnementaux.

Renforcer les moyens juridiques et techniques
Dans les publications récemment réalisées l'association en appelle au renforcement des moyens juridiques et techniques des agents de la chaîne judiciaire, et appelle notamment de ses vœux la possibilité de commissions rogatoires pour une intervention plus rapide, la création de brigades canines anti poison, ou encore la formation des agents de la police de l’environnement et des magistrats en vue de démanteler les filières d’approvisionnement... Des suggestions issues de la mobilisation mise en place dans d'autres pays, avec des résultats encourageants. En Andalousie notamment, « en 10 ans, le nombre de cas d'empoisonnement de la faune sauvage a été divisé par 2 ». Autre bataille à mener selon l'association : la sensibilisation auprès du grand public : « pour le citoyen, les stocks de produits illicites doivent être amenés en déchetterie, ils seront repris par les agents de collecte. L’impact de ce type de produits est souvent méconnu ».

Consulter le livret « Le Poison tue » : https://fr.calameo.com/read/003255336befb970fcafa

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : LPO

Partager sur Facebook
Vu par vous
5219
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !