Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | En Gironde, le label HVE fait des petits

24/12/2019 | 513, c'est le nombre d'exploitations certifiées Hautes Valeurs Environnementale en Gironde, ce qui fait du département le premier en France. On vous explique pourquoi.

HVE 2019

Selon une récente étude, la France pourrait devenir le premier consommateur de vins bio dans le monde en 2021. Pour faire face à une demande en forte hausse, les initiatives se multiplient, notamment dans un vignoble bordelais en crise qui cherche à se réinventer. Depuis environ deux ans, une certification parmi d'autres est poussée par les institutions. Le HVE, pour Haute Valeur Environnementale, est en passe de devenir une norme nationale pour les exploitations viticoles. Le nombre de certifiés est en constante augmentation et 2020 augure déjà une tendance à la hausse. Mais que trouve-t-on derrière cette certification ? Exemple à l'appui, nous nous sommes penchés sur les raisons de sa nouvelle côte de popularité.

C'est une étude de l'institut britannique IWSR qui l'affirmait début décembre : la France pourrait devenir le premier consommateur de vins bio en 2021, devant l'Allemagne, et représenter 20% de la consommation mondiale en 2023. Au niveau mondial, la consommation de vin bio a quasiment été multipliée par deux depuis 2013 : il représente aujourd'hui un marché de 3,3 milliards d'euros sur un total de 165.

Carte des vins

Ces projections sortent dans où le vignoble bordelais n'a pas vraiment la côte : lors de son assemblée générale annuelle le 16 décembre dernier, le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux chiffrait "une crise sans précédent", avec des volumes de commercialisation en baisse de 12% pour la campagne 2018-2019, et "une baisse de la valeur d'environ 4%" selon son président, Bernard Farges. En cause : un export empêtré dans une crise majeure, mais aussi de nouvelles habitudes de consommation. L'un des objectifs clairs de l'interprofession pour continuer à séduire les consommateurs (et à convertir les exploitants), c'est de réduire le taux de pesticides dans les vins et d'aller vers des modes de production plus durables. Mais dans la course aux démarches responsables, la multitude de logos et stratégies commerciales ont tendance a emmêler un peu les pinceaux des amoureux du vin : Agri Confiance, Terra Vitis, label Agriculture Biologique, vins produits en biodynamie (Biodivin, Demeter), vins naturels, Écocert, Nature et Progrès, Système de Management Environnemental ou Haute Valeur Environnementale, autant de certifications formant au final une carte très hétérogène.

Alternative à trois lettres

Une fois n'est pas coutume, c'est du dernier exemple dont nous allons parler aujourdhui. La certification HVE occupe depuis quelques mois une place de plus en plus importante dans le volume des exploitations engagées. Il faut dire que la démarche, décrite comme volontaire, est poussée au niveau national, notamment depuis 2017 au travers des États Généraux de l'alimentation et des objectifs affichés du gouvernement : 15 000 exploitations certifiées HVE en 2022 et 50 000 en 2030. La filière vin, elle, s'est fixée un niveau à 50% des exploitations en HVE ou bio d'ici 2025, et 100% des caves coopératives engagées dans une démarche de certification. La région Nouvelle-Aquitaine va plus loin : au travers de son programme NéoTerra, elle vise 80% des exploitations certifiées par l'un des deux labels d'ici 2030.

Issu du Grenelle de l'environnement de 2007, le HVE a en réalité été mis en place depuis 2012, et il est pour l'instant composé de trois niveaux. Le niveau 3 est évidemment le but final. Il permet de répondre à quatre critères principaux : l'entretien de la biodiversité (à la fois dans les aménagements paysagers de l'exploitations mais aussi d'installations comme des ruches ou des nichoirs), l'incitation à la baisse de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques (méthodes alternatives, part des biocontrôles ou des surfaces non-traitées), la fertinisation (couverture végétale, bilan d'azote...) et enfin le gestion pratique des prélèvements d'eau pour l'irrigation. La deuxième solution pour l'obtenir, à savoir un "indicateur global prenant en compte la part des intrants par rapport au chiffre d'affaires", est bien moins populaire que la première, si l'on en croit Yann Montmartin, responsable environnement au sein de la Chambre d'Agriculture de la Gironde. À la clé, dans les deux cas, un logo officiel à poser sur toutes les étiquettes des bouteilles (ou des produits).

Les techniciens de la Chambre insistent : pas question pour le HVE de concurrencer le bio. "En terme commercial, il n'y a pas beaucoup d'intérêt à être HVE puisque le bio va beaucoup mieux se valoriser mais dans la grande distribution, certains (Intermarché par exemple) demandent pour toutes leurs marques, même bio, le HVE. Plusieurs bio sont intéressés par le HVE, ils ont envie d'étoffer leurs pratiques. Les metteurs en marché veulent aussi que les exploitations soient certifiées", continue Yann Montmartin. "Il y a un autre avantage : le cahier des charge est ministériel. Plus il y a d'exploitations, plus ceux qui ont des marchés liés au HVE vont devoir suivre le cahier des charge, qui est amené à évoluer". Un moyen pour le Ministère de faire les comptes plus efficacement, sachant que la certification HVE niveau 3 est sousmise à une nouvelle validation tous les trois ans.

La Gironde en tête

Côté chiffres, pour ce qui est des exploitations girondines, où en est-on ? Selon les chiffres arrêtés au 1er juillet 2019, la Gironde est sans conteste le département où on en dénombre le plus (23% des exploitations françaises) : 513 au total, et la très grande majorité (presques toutes, en fait, si l'on en croit cet annuaire par département) sont des exploitations viticoles. Une tendance qui n'est pas uniquement girondine : sur les 2344 exploitations certifiées HVE en France, 1904 sont viticoles. Les grandes cultures (101), l'arboriculture (133) et le maraîchage (63) commencent à s'y intéresser. Pour les chambres, même si la démarche est volontaire, le but est de jouer collectif. En Gironde, par exemple, on propose une formation de préparation à un audit qui passe par la "maîtrise des indicateurs de performance", et des stages "passeport HVE", dont le prochain calendrier note une accélération à partir de mars. "Le coût de revient de la formation à l'exploitation est financé en grande partie par l'organisme de formation, le coût d'accompagnement est limité à une visite. C'est globalement moins cher en collectif, parce que l'organisme certificateur échantillonne, il ne va pas chez tout le monde".

La région pousse également le HVE : la première voie (440 euros) est plus subventionné que la seconde (200 euros). Elle ne finance pas directement les agriculteurs mais "des structures de conseil référencées dans le cadre de la certification environnementale accompagnant les exploitations agricoles". "Rien ne dit que la région continuera son système collectif, elle fait ça pour lancer la machine, elle va petit-à-petit laisser les filières s'en occuper", prédit ainsi le technicien de la Chambre. Cette dernière, en 2019, a délivré 25 formations passeports HVE, formé 242 exploitations et près de 200 exploitations ont été nouvellement certifiées (essentiellement via le cadre collectif). Cette dynamique va s'accélérer en 2020 : 20 formations sont prévues entre janvier et avril, le tout, et c'est assez nouveau, en partenariat avec ODG, caves coopératives et négociants, eux aussi en demande. La Chambre d'Agriculture de la Gironde vise ainsi 200 à 250 nouvelles visites de certifications pour l'an prochain. 

L'exemple local

Isabelle et Didier Gil se sont lancé dans la démarche. En 2017, le Château Haut-Peyrat, domaine composé d'une vingtaine d'hectares à Cambes (à une vingtaine de minutes de Bordeaux), a été certifiée HVE. "C'était le rêve de mon mari", témoigne Isabelle. "Quand on a refait la propriété il y a six ans, ce qui nous intéressait, c'est qu'il n'y avait pas que de la vigne sur ce site. C'était 40 hectares avec des bois, des prairies. Depuis six ans, on s'attache à faire vivre cette nature, à la respecter. On s'est dit : quitte à partir d'une feuille blanche, autant mettre en place des choses durables". Les deux propriétaires n'ont pas ménagé leurs efforts. C'est grâce à un dispositif de récupération des eaux de pluies (sur les 1820 mètres carrés de toiture du bâti) qu'elle fournit en eau le pulvérisateur de traitement de ses vignes ou l'arrosage des jardins du château.

HVE 2019

En matière d'énergie, ce domaine classé en Cadillac Côtes de Bordeaux est allé plus loin que la certification : il utilise les sarments de ses vignes pour chauffer la quasi-totalité des bâtiments et thermoréguler son cuvier pendant la vinification. Le volume de sarments qui ne permet pas une autosuffisance totale, est completé par de la plaquette forestière (broyage des résidus issus de l'entretien des forêts). Les CMR y sont bannis (dans le HVE, le biocontrôle est considéré comme un bonus, mais aucun malus n'est octroyé en cas d'utilisation de CMR), remplacés par le cuivre et le soufre, la pulvérisation de produits de synthèse "limitée aux stades les plus sensibles" et réduite grâce à l'utilisation de SDN (Stimulateurs de Défenses Naturelles). Pour limiter la propagation de ses effluents, il a mis en place une statuin de traitement autonome.

"Rien ne nous oblige à avoir un matériel récent pour limiter la dérive des produits diffusés, ce que nous avons. Ces bonnes pratiques sont valorisées dans le HVE alors qu'elles ne le sont pas dans une certification produit comme le bio. Lors de l'achat de notre équipement, en 2014, on s'est équipés d'un pulvérisateur face par face avec puces anti-dérives pour pulvériser la zone qu'on souhaite, avec un débit contrôlé par un ordinateur. Depuis cette année, nous avons totalement arrêté le désherbage chimique et investi dans des lames interceps et des disques émotteurs", affirme Manon Dhabit, directrice technique et ingénieur agronome formée à Bordeaux Sciences Agro. Le tout, évidemment, a un coût très important, mais les deux propriétaires, affirment être en capacité financière et aidés par des subventions. "Notre chaudière à sarments ne coûte pas plus cher qu'une autre chaudière si on prend en compte la taille du domaine", précise notamment Isabelle, qui "espère que la HVE va nous aider, qu'elle aura une bonne image auprès des consommateurs et des distributeurs. La grande distribution apprécie ce label, c'est complémentaire avec le bio mais tout aussi important. On a déjà des pistes, on est en contact avec une chaîne de grande distribution. Aujourd'hui, on a des débouchés essentiellement vers la Chine, mais on ne déespère par d'arriver à entrer dans le marché français". Haut-Peyrat espère également cumuler la certification HVE avec le label AB dans un futur proche. 

Nouvelles perspectives

Le domaine choisi par les techniciens de la CA33 pour faire le point sur le HVE dans le département est évidemment exemplaire dans beaucoup de critères, mais les exemples simialires sont nombreux. Et ça n'est pas prêt de s'arrêter, au risque de susciter une crainte pour les viticuleurs pas encore certifiés : celle que le HVE ne devienne une condition minimum d'accès au marché sans mieux rémunérer les vins qui en sont issus. Un amendement de la loi Egalim fixe à 2030 l'obligation de la certification environnementale dans le cahier des charges des signes officiels de qualité et d'origine (SIQO). Le décret doit être publié au plus tard en janvier 2021. L'espoir de revalorisation est récemment revenu dans le jeu politique : c'est l'idée d'un crédit d'impôt censé compenser le surcoût de la certification HVE (3500 euros sur trois ans), censé équilibrer le jeu avec le bio, aidé par la PAC et des crédits d'impôt. Huit amendements ont été présentés au projet de loi de finances 2020 en novembre. La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, Agnès Pannier-Runacher, a coupé court, affirmant que "l'outil fiscal n'est pas le plus adapté". Lui préférant la simplification des procédures administratives actuelles plutôt qu'un crédit censé les accélérer, elle a obtenu le retrait des amendements en question, et de futures mesures de simplifications sont attendues.

Ce qui n'empêche pas Patrick Vasseur, vice-président de la Chambre d'Agriculture de la Gironde, d'espérer des perspectives nouvelles pour un HVE en constante évolution. "On souhaite établir un quatrième niveau de HVE qui pourrait, par exemple, tenir compte du bilan carbone des exploitations et de la baisse de l'utilisation des produits phytosanitaires. C'est quelque chose qui devrait se faire à une échelle de trois ou quatre ans". Au niveau régional, les actions collectives autour de Vitirev suscitent de nombreux espoirs pour une viticulture plus vertueuse. Dès 2020, la Chambre d'Agriculture va également mettre en application son projet "Vertigo" pour réduire l'utilisation des herbicides grâce à l'utilisation de couverts végétaux. Au sein de douze parcelles (sept en conventionnel, une en conversion et une en bio) "représentatives des principaux types de sols du vignoble bordelais", elle va comparer les pratiques habituelles et les nouvelles, censée réduire l'utilisation des herbicides et la fréquence de traitement. Qu'on ne s'y trompe pas : que la conversion se fasse vers le bio, le HVE ou les deux, la marche semble lancée. Selon l'étude IWSR, la production de vins bio en France devrait croître de 70% d'ici 2023. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7907
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !