23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

06/09/22 : L'alerte "baïnes" est confirmé ces 6 et 7 septembre sur le littoral néo-aquitain. En Charente-Maritime, 5 communes sont particulièrement ciblées : Le-Grand-Village-Plage, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, La Tremblade et Les Mathes.

01/09/22 : Eric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques est nommé ce 1er septembre haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il est arrivé à Pau en janvier 2019, notamment pour préparer le G7 qui s'est réuni en août 2019 à Biarritz.

31/08/22 : La première rentrée scolaire de l’Institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP) a lieu ce mercredi 31 août à l'hôpital Garderose à Libourne. 23 places supplémentaires sont ainsi créées par la région pour accéder à cette formation.

26/08/22 : Le niveau de ressource en eau reste faible en Pyrénées-Atlantiques. 95 communes de l'agglomération Pays basque passent en situation de crise. L'arrosage des terrains de sport et golfs est limité à deux fois par semaine, et interdit par ailleurs.

25/08/22 : En cette année jacquaire 2022, le Département des Pyrénées-Atlantiques et plusieurs associations locales proposent un cycle de huit ciné-débats. Entrée libre et gratuite. Ouverture avec le film « Rosy » au cinéma Le Méliès à Pau, lundi 29 août à 20h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/22 | L'usine Magna de Blanquefort vendue à un groupe industriel allemand

    Lire

    La section syndicale CGT de l'usine Magna Powertrain (ex Ford) de Blanquefort (Gironde) annonce que la direction a indiqué ce vendredi 23 septembre en réunion extraordinaire du CSE, la vente de l'usine à Mutares, un groupe industriel allemand spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté. "Ce rachat prend effet au 1er janvier prochain et laisse peu de temps pour agir pour notre avenir" déplore le syndicat qui n'a pas d'autre information. Un nouveau CSE extraordinaire est prévu le 29 septembre.

  • 23/09/22 | Un salon du bien être ce week-end à Périgueux

    Lire

    La 9e édition du salon du bien être, est organisée à la Filature de l'Isle de Périgueux, samedi 24 et dimanche 25 septembre de 10 h à 19 h. Quatre-vingt professionnels pratiquant le yoga, le coaching, la relaxation, la réflexologie sont attendus. Cet événement est dédié aux thérapies brèves et médecines naturelles. Dix-huit conférences et une quarantaine de séances seront proposées pour tester les différentes techniques. Entrée : 4 euros, gratuit pour les moins de 18 ans et les personnes à mobilité réduite.

  • 23/09/22 | Une aide régionale pour la Flow vélo

    Lire

    La Région accompagne les territoires dans la réalisation des aménagements cyclables longues distances favorisant la pratique d'itinérance. Au sein du schéma régional des véloroutes, V92 - Flowvélo est un itinéraire reliant sur 290 km l'Ile d'Aix (17) à Thiviers (24). Sur la section Javerlhac - Nontron (24), le tracé proposé prévoit de réutiliser l'emprise de l'ancienne voie ferrée. Ainsi, sur les 11 km de cette section, 9 km pourront être aménagés en voie verte et permettront de se connecter à la Charente. Ce projet est financé par la Région à hauteur de 247 356,75 euros.

  • 23/09/22 | La CdC La Rochefoucauld Porte du Périgord se végétalise

    Lire

    Afin de préserver et restaurer la biodiversité du territoire, la Communauté de communes La Rochefoucauld Porte du Périgord et ses 27 communes membres vont implanter dans les communes des semences fleuries de la marque « végétal d’origine locale ». Des actions de végétalisation vont aussi être entreprises sur les emprises publiques avec la plantation de haies bocagères ou fruitiers. Des plantations vont être réalisées enfin dans les trouées existantes le long de la Coulée d’Oc, afin d'assurer la continuité écologique de cette voie verte de 21 km.

  • 22/09/22 | Smurfit Kappa va mener des travaux pour son efficacité énergétique

    Lire

    Le groupe Smurfit Kappa, leader mondial dans la fabrication de papier pour emballage, va mener des travaux portant sur la consommation d'énergie fossile de son site de Biganos. En effet, malgré un approvisionnement énergétique d'origine biomasse en très grande majorité (l’entreprise utilise comme matière première les sous-produits de la forêt d'Aquitaine), une consommation importante en gaz naturel demeure dans le four à chaux du site.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | En Gironde, le label HVE fait des petits

24/12/2019 | 513, c'est le nombre d'exploitations certifiées Hautes Valeurs Environnementale en Gironde, ce qui fait du département le premier en France. On vous explique pourquoi.

1

Selon une récente étude, la France pourrait devenir le premier consommateur de vins bio dans le monde en 2021. Pour faire face à une demande en forte hausse, les initiatives se multiplient, notamment dans un vignoble bordelais en crise qui cherche à se réinventer. Depuis environ deux ans, une certification parmi d'autres est poussée par les institutions. Le HVE, pour Haute Valeur Environnementale, est en passe de devenir une norme nationale pour les exploitations viticoles. Le nombre de certifiés est en constante augmentation et 2020 augure déjà une tendance à la hausse. Mais que trouve-t-on derrière cette certification ? Exemple à l'appui, nous nous sommes penchés sur les raisons de sa nouvelle côte de popularité.

C'est une étude de l'institut britannique IWSR qui l'affirmait début décembre : la France pourrait devenir le premier consommateur de vins bio en 2021, devant l'Allemagne, et représenter 20% de la consommation mondiale en 2023. Au niveau mondial, la consommation de vin bio a quasiment été multipliée par deux depuis 2013 : il représente aujourd'hui un marché de 3,3 milliards d'euros sur un total de 165.

Carte des vins

Ces projections sortent dans où le vignoble bordelais n'a pas vraiment la côte : lors de son assemblée générale annuelle le 16 décembre dernier, le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux chiffrait "une crise sans précédent", avec des volumes de commercialisation en baisse de 12% pour la campagne 2018-2019, et "une baisse de la valeur d'environ 4%" selon son président, Bernard Farges. En cause : un export empêtré dans une crise majeure, mais aussi de nouvelles habitudes de consommation. L'un des objectifs clairs de l'interprofession pour continuer à séduire les consommateurs (et à convertir les exploitants), c'est de réduire le taux de pesticides dans les vins et d'aller vers des modes de production plus durables. Mais dans la course aux démarches responsables, la multitude de logos et stratégies commerciales ont tendance a emmêler un peu les pinceaux des amoureux du vin : Agri Confiance, Terra Vitis, label Agriculture Biologique, vins produits en biodynamie (Biodivin, Demeter), vins naturels, Écocert, Nature et Progrès, Système de Management Environnemental ou Haute Valeur Environnementale, autant de certifications formant au final une carte très hétérogène.

Alternative à trois lettres

Une fois n'est pas coutume, c'est du dernier exemple dont nous allons parler aujourdhui. La certification HVE occupe depuis quelques mois une place de plus en plus importante dans le volume des exploitations engagées. Il faut dire que la démarche, décrite comme volontaire, est poussée au niveau national, notamment depuis 2017 au travers des États Généraux de l'alimentation et des objectifs affichés du gouvernement : 15 000 exploitations certifiées HVE en 2022 et 50 000 en 2030. La filière vin, elle, s'est fixée un niveau à 50% des exploitations en HVE ou bio d'ici 2025, et 100% des caves coopératives engagées dans une démarche de certification. La région Nouvelle-Aquitaine va plus loin : au travers de son programme NéoTerra, elle vise 80% des exploitations certifiées par l'un des deux labels d'ici 2030.

Issu du Grenelle de l'environnement de 2007, le HVE a en réalité été mis en place depuis 2012, et il est pour l'instant composé de trois niveaux. Le niveau 3 est évidemment le but final. Il permet de répondre à quatre critères principaux : l'entretien de la biodiversité (à la fois dans les aménagements paysagers de l'exploitations mais aussi d'installations comme des ruches ou des nichoirs), l'incitation à la baisse de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques (méthodes alternatives, part des biocontrôles ou des surfaces non-traitées), la fertinisation (couverture végétale, bilan d'azote...) et enfin le gestion pratique des prélèvements d'eau pour l'irrigation. La deuxième solution pour l'obtenir, à savoir un "indicateur global prenant en compte la part des intrants par rapport au chiffre d'affaires", est bien moins populaire que la première, si l'on en croit Yann Montmartin, responsable environnement au sein de la Chambre d'Agriculture de la Gironde. À la clé, dans les deux cas, un logo officiel à poser sur toutes les étiquettes des bouteilles (ou des produits).

Les techniciens de la Chambre insistent : pas question pour le HVE de concurrencer le bio. "En terme commercial, il n'y a pas beaucoup d'intérêt à être HVE puisque le bio va beaucoup mieux se valoriser mais dans la grande distribution, certains (Intermarché par exemple) demandent pour toutes leurs marques, même bio, le HVE. Plusieurs bio sont intéressés par le HVE, ils ont envie d'étoffer leurs pratiques. Les metteurs en marché veulent aussi que les exploitations soient certifiées", continue Yann Montmartin. "Il y a un autre avantage : le cahier des charge est ministériel. Plus il y a d'exploitations, plus ceux qui ont des marchés liés au HVE vont devoir suivre le cahier des charge, qui est amené à évoluer". Un moyen pour le Ministère de faire les comptes plus efficacement, sachant que la certification HVE niveau 3 est sousmise à une nouvelle validation tous les trois ans.

La Gironde en tête

Côté chiffres, pour ce qui est des exploitations girondines, où en est-on ? Selon les chiffres arrêtés au 1er juillet 2019, la Gironde est sans conteste le département où on en dénombre le plus (23% des exploitations françaises) : 513 au total, et la très grande majorité (presques toutes, en fait, si l'on en croit cet annuaire par département) sont des exploitations viticoles. Une tendance qui n'est pas uniquement girondine : sur les 2344 exploitations certifiées HVE en France, 1904 sont viticoles. Les grandes cultures (101), l'arboriculture (133) et le maraîchage (63) commencent à s'y intéresser. Pour les chambres, même si la démarche est volontaire, le but est de jouer collectif. En Gironde, par exemple, on propose une formation de préparation à un audit qui passe par la "maîtrise des indicateurs de performance", et des stages "passeport HVE", dont le prochain calendrier note une accélération à partir de mars. "Le coût de revient de la formation à l'exploitation est financé en grande partie par l'organisme de formation, le coût d'accompagnement est limité à une visite. C'est globalement moins cher en collectif, parce que l'organisme certificateur échantillonne, il ne va pas chez tout le monde".

La région pousse également le HVE : la première voie (440 euros) est plus subventionné que la seconde (200 euros). Elle ne finance pas directement les agriculteurs mais "des structures de conseil référencées dans le cadre de la certification environnementale accompagnant les exploitations agricoles". "Rien ne dit que la région continuera son système collectif, elle fait ça pour lancer la machine, elle va petit-à-petit laisser les filières s'en occuper", prédit ainsi le technicien de la Chambre. Cette dernière, en 2019, a délivré 25 formations passeports HVE, formé 242 exploitations et près de 200 exploitations ont été nouvellement certifiées (essentiellement via le cadre collectif). Cette dynamique va s'accélérer en 2020 : 20 formations sont prévues entre janvier et avril, le tout, et c'est assez nouveau, en partenariat avec ODG, caves coopératives et négociants, eux aussi en demande. La Chambre d'Agriculture de la Gironde vise ainsi 200 à 250 nouvelles visites de certifications pour l'an prochain. 

L'exemple local

Isabelle et Didier Gil se sont lancé dans la démarche. En 2017, le Château Haut-Peyrat, domaine composé d'une vingtaine d'hectares à Cambes (à une vingtaine de minutes de Bordeaux), a été certifiée HVE. "C'était le rêve de mon mari", témoigne Isabelle. "Quand on a refait la propriété il y a six ans, ce qui nous intéressait, c'est qu'il n'y avait pas que de la vigne sur ce site. C'était 40 hectares avec des bois, des prairies. Depuis six ans, on s'attache à faire vivre cette nature, à la respecter. On s'est dit : quitte à partir d'une feuille blanche, autant mettre en place des choses durables". Les deux propriétaires n'ont pas ménagé leurs efforts. C'est grâce à un dispositif de récupération des eaux de pluies (sur les 1820 mètres carrés de toiture du bâti) qu'elle fournit en eau le pulvérisateur de traitement de ses vignes ou l'arrosage des jardins du château.

HVE 2019

En matière d'énergie, ce domaine classé en Cadillac Côtes de Bordeaux est allé plus loin que la certification : il utilise les sarments de ses vignes pour chauffer la quasi-totalité des bâtiments et thermoréguler son cuvier pendant la vinification. Le volume de sarments qui ne permet pas une autosuffisance totale, est completé par de la plaquette forestière (broyage des résidus issus de l'entretien des forêts). Les CMR y sont bannis (dans le HVE, le biocontrôle est considéré comme un bonus, mais aucun malus n'est octroyé en cas d'utilisation de CMR), remplacés par le cuivre et le soufre, la pulvérisation de produits de synthèse "limitée aux stades les plus sensibles" et réduite grâce à l'utilisation de SDN (Stimulateurs de Défenses Naturelles). Pour limiter la propagation de ses effluents, il a mis en place une statuin de traitement autonome.

"Rien ne nous oblige à avoir un matériel récent pour limiter la dérive des produits diffusés, ce que nous avons. Ces bonnes pratiques sont valorisées dans le HVE alors qu'elles ne le sont pas dans une certification produit comme le bio. Lors de l'achat de notre équipement, en 2014, on s'est équipés d'un pulvérisateur face par face avec puces anti-dérives pour pulvériser la zone qu'on souhaite, avec un débit contrôlé par un ordinateur. Depuis cette année, nous avons totalement arrêté le désherbage chimique et investi dans des lames interceps et des disques émotteurs", affirme Manon Dhabit, directrice technique et ingénieur agronome formée à Bordeaux Sciences Agro. Le tout, évidemment, a un coût très important, mais les deux propriétaires, affirment être en capacité financière et aidés par des subventions. "Notre chaudière à sarments ne coûte pas plus cher qu'une autre chaudière si on prend en compte la taille du domaine", précise notamment Isabelle, qui "espère que la HVE va nous aider, qu'elle aura une bonne image auprès des consommateurs et des distributeurs. La grande distribution apprécie ce label, c'est complémentaire avec le bio mais tout aussi important. On a déjà des pistes, on est en contact avec une chaîne de grande distribution. Aujourd'hui, on a des débouchés essentiellement vers la Chine, mais on ne déespère par d'arriver à entrer dans le marché français". Haut-Peyrat espère également cumuler la certification HVE avec le label AB dans un futur proche. 

Nouvelles perspectives

Le domaine choisi par les techniciens de la CA33 pour faire le point sur le HVE dans le département est évidemment exemplaire dans beaucoup de critères, mais les exemples simialires sont nombreux. Et ça n'est pas prêt de s'arrêter, au risque de susciter une crainte pour les viticuleurs pas encore certifiés : celle que le HVE ne devienne une condition minimum d'accès au marché sans mieux rémunérer les vins qui en sont issus. Un amendement de la loi Egalim fixe à 2030 l'obligation de la certification environnementale dans le cahier des charges des signes officiels de qualité et d'origine (SIQO). Le décret doit être publié au plus tard en janvier 2021. L'espoir de revalorisation est récemment revenu dans le jeu politique : c'est l'idée d'un crédit d'impôt censé compenser le surcoût de la certification HVE (3500 euros sur trois ans), censé équilibrer le jeu avec le bio, aidé par la PAC et des crédits d'impôt. Huit amendements ont été présentés au projet de loi de finances 2020 en novembre. La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, Agnès Pannier-Runacher, a coupé court, affirmant que "l'outil fiscal n'est pas le plus adapté". Lui préférant la simplification des procédures administratives actuelles plutôt qu'un crédit censé les accélérer, elle a obtenu le retrait des amendements en question, et de futures mesures de simplifications sont attendues.

Ce qui n'empêche pas Patrick Vasseur, vice-président de la Chambre d'Agriculture de la Gironde, d'espérer des perspectives nouvelles pour un HVE en constante évolution. "On souhaite établir un quatrième niveau de HVE qui pourrait, par exemple, tenir compte du bilan carbone des exploitations et de la baisse de l'utilisation des produits phytosanitaires. C'est quelque chose qui devrait se faire à une échelle de trois ou quatre ans". Au niveau régional, les actions collectives autour de Vitirev suscitent de nombreux espoirs pour une viticulture plus vertueuse. Dès 2020, la Chambre d'Agriculture va également mettre en application son projet "Vertigo" pour réduire l'utilisation des herbicides grâce à l'utilisation de couverts végétaux. Au sein de douze parcelles (sept en conventionnel, une en conversion et une en bio) "représentatives des principaux types de sols du vignoble bordelais", elle va comparer les pratiques habituelles et les nouvelles, censée réduire l'utilisation des herbicides et la fréquence de traitement. Qu'on ne s'y trompe pas : que la conversion se fasse vers le bio, le HVE ou les deux, la marche semble lancée. Selon l'étude IWSR, la production de vins bio en France devrait croître de 70% d'ici 2023. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
11244
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !