05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Face aux feux de forêt exceptionnels, la prévention va changer de méthode

19/07/2022 | Alors que le feu a déjà détruit 20 000 hectares et poursuit son sinistre ouvrage, les professionnels se préparent à changer le référentiel de prévention des incendies

Incendie juillet 2022 sur la commune de La Teste en Gironde

Les deux incendies qui enflamment la Gironde depuis une semaine créent une situation inédite et probablement historique. L'année 2022 marquera sans doute un tournant dans la méthode lutte contre les incendies et aussi pour l'avenir de la sylviculture et de l'exploitation des forêts domaniales, communales ou usagères. Premières tentatives d'explications alors que la forêt brûle encore et les conditions caniculaires perdurent. Six questions-six réponses pour un premier point sur les enseignements de ce sinistre été.

1. Le désastre en cours aurait-il pu être évité ?

Les pompiers et les professionnels de la forêt témoignent tous d'une puissance du feu et d'une vitesse de propagation de ces deux incendies qui relèvent du presque jamais vu. La météo est citée en première cause avec des températures fortes et un stress hydrique, autrement dit une sécheresse, particulièrement élevés. "Même les ronces sont sèches et les fougères sont jaunes. Il faut voir comment ca craque sous les pieds," témoigne le maire de Biganos, propriétaire et exploitant forestier lui-même, Bruno Lafon. L'autre cause est la main de l'homme. Outre la possibilité d'un incendie criminel à Landiras, l'impact social pèse lourd sur la forêt ; "Les feux prennent le plus souvent le long des routes et des voies ferrées," souligne encore Bruno Lafon. "Une forêt ne s'auto-enflamme pas."

La forêt est un terrain de jeu pour le VTT, la randonnée ou la cueillette des champignons. Pendant que sa fréquentation augmente, le nombre de ses anges gardiens, les agents de l'ONF diminue, eux qui assurent prévention et éducation au milieu.

 

2. La gestion de la forêt, l'organisation de la lutte contre les incendies doivent-elles être réexaminées ?

Défaut d'entretien des parcelles ? Allées coupe-feu insuffisantes ? Pompiers sous-équipés ? Les polémiques sont inévitables, mais les professionnels de la forêt ne s'en emparent pas. "La France est particulièrement bien dotée en moyens de lutte contre les feux de forêt, par rapport à ses voisins européens" affirme même Christian Ribes président de FiBois Nouvelle-Aquitaine, l'interprofession du bois. "Mais nous sommes dans des conditions telles que parfois le largage d'un canadair par effet de souffle attise des flammes qui font déjà cent mètres et l'eau sèche en un temps record." Face à la violence des flammes, l'utilisation de l'eau paraît dérisoire. A moins de considérer, comme le soutiennent nombre d'acteurs ces jours-ci, qu'il faut plus de moyens aériens pour intervenir au plus tôt sur les départs de feu.

Pour les allées coupe-feu, on aurait sans doute pu faire mieux, comme cette allée demandée de longue date par les propriétaires, dont les travaux ont commencé le lundi 11 juillet en forêt de la Teste, alors que le feu a démarré le 12. "Il faut rester humble face à la forêt. Je ne peux pas dire que cette allée supplémentaire aurait limité la propagation du feu. Mais au moins les pompiers auraient eu moins de difficultés d'accès," relève Bruno Lafon.

La question de l'entretien est plus délicate en fonction des configurations. Les parcelles gérées par l'ONF ou par des sylviculteurs sont réputées être nettoyées régulièrement et débarrassées justement pour limiter le risque incendie et aussi faciliter les accès. Le cas de la forêt usagère de la Teste de Buch est différent. Ouverte à tous pour venir y faire provision de bois, son entretien est aussi beaucoup plus aléatoire.

 

Incendie juillet 2022 sur la commune de Landiras en GirondeQuelques uns des nombreux moyens opérationnels déployés sur l'incendie situé sur la commune de Landiras
 

3. Quand les feux vont-ils s'arrêter ?
"Impossible à dire," répond Christian Ribes. La seule façon de connaître une issue rapide serait que le vent s'inverse pour renvoyer les flammes vers des zones déjà carbonisées, le feu s'éteindrait faute de combustible, tout ce qui pouvait brûler ayant déjà brûlé. "Mais on n'est pas à l'abri d'un feu qui peut durer des semaines tant qu'il y a du vent susceptible de le faire progresser vers des zones où il trouve du combustible comme cela s'est produit en Californie ou en Australie", poursuit Christian Ribes. Ce feu montre que les actions de prévention vont devoir changer de référentiel.

"Nous étions habitués à concevoir des coupe-feux dont la largeur correspondait à la hauteur d'un arbre. Face à des propagations et des hauteurs de flammes comme on les connaît cette année, ce sont des coupe-feux de 500 m de large ou plus qu'il va peut-être falloir envisager" explique Christian Ribes. De telles solutions déjà expérimentées dans l'histoire du massif avaient finalement été abandonnées en raison de leur manque d'efficacité : les sautes de feu de plus de 500 ayant souvent été constatées. Un sujet sans doute à l'étude des prochaines réunions de travail et de débriefing prévues entre soldats du feu et exploitants forestiers pour revisiter toute la méthode de prévention des incendies.

Par exemple le système jugé jusqu'ici performant des tours de guet qui permettait de tuer le feu dès les premières minutes va être revu. "Un système expérimental avec des capteurs et des puces dispersés dans la forêt pour détecter les départs de feu existe. Il  semblait très coûteux par rapport au bénéfice risque. Mais l'incendie de 2022 va montrer que ça coûte beaucoup moins cher qu'un feu aussi destructeur." Quid aussi de l'efficace surveillance humaine, la plus chère de toutes ? Tout est toujours question de moyens.

 

4. Que va-t-il se passer une fois le feu éteint ?


"Ce qui nous attend est très désagréable," confie Christian Ribes. Les exploitants vont devoir dégager tous les bois calcinés; une priorité qui ne permettra pas aux entreprises de dégager le moindre bénéfice puisque ce bois n'a aucune valeur marchande; tout au plus trouvera-t-il un usage secondaire comme petit bois pour des chauffages industriels. Suivront des opérations de remise en état des parcelles et de replantation d'un paysage qui mettra 20 à 40 ans à ressembler à une forêt. "L'essence la mieux adaptée à la nature du sol et au climat, c'est le pin maritime. Eventuellement en alternance avec le chêne liège," indique encore Christian Ribes.

Le premier débouché de la forêt landaise, c'est la pâte à papier via l'usine de Biganos. Le deuxième débouché, c'est le bois de palettes, l'emballage et l'encaissage. Enfin les bois les plus droits, les plus réguliers sont utilisés comme bois de construction.

 

5. Pourquoi ne pas laisser la nature reprendre ses droits sans intervention humaine ?

Les premiers végétaux qui repoussent sont les ronces, les genêts, les ajoncs et les bouleaux. Une jungle vite impénétrable et de nouveau très sensible au risque incendie. "On l'oublie parfois, mais un arbre ne pousse pas tout seul. Derrière chaque arbre il y a un propriétaire public ou privé et la main de l'homme pour entretenir le sous-bois." Ce n'est qu'au bout d'une dizaine d'années que cette végétation de sous-bois disparaît sous les grands arbres.

 

6. Quel sera le coût économique des ces incendies pour la filière ?

C'est encore prématuré pour des évaluations précises. A ce stade, si plus de 20 000 ha risquent de disparaître sous les flammes, le massif a connu des coupes beaucoup plus sombres avec les tempêtes Klaus en 2009 et Martin en 1999, respectivement 400 000 ha et 250 000 ha détruits. Une première réunion de l'interprofession est prévue cette fin de semaine. Les parcelles qui sont assurées bénéficieront d'indemnités pour reboiser. Mais toutes ne sont pas assurées. Et pour la perte d'exploitation du bois qui arrivait peu ou prou en phase de commercialisation, aucune compensation n'est prévue.

Entre les tempêtes, les risques sanitaires et les incendies, "la propriété forestière n'est pas un investissement tranquille," reconnaît  Bruno Lafon. "Il faut poursuivre la prévention et les actions de sensibilisation pour que tout le monde nous prenne au sérieux."

 

Cyrille Pitois
Par Cyrille Pitois

Crédit Photo : SDIS33 service communication-protocole - Tous droits réservés

Partager sur Facebook
Vu par vous
2895
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !