Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Gestion de l'eau : alliance entre la Gironde et l'agence Adour-Garonne

15/01/2020 | Représentants du département de la Gironde et de l'Agence de l'eau Adour-Garonne se sont retrouvés à Audenge (33) pour la signature d'un contrat pluriannuel.

Guillaume Choisy pour l'agence Adour-Garonne à gauche et Jean-Luc Gleyze pour le département de la Gironde à droite, signataires du contrat

Co-signé ce mardi 14 janvier par Jean-Luc Gleyze, président du conseil départemental de la Gironde, et Guillaume Choisy, directeur de l'agence de l'eau Adour-Garonne, le contrat de progrès prévoit 28 millions d'euros d'investissements jusqu'en 2024. Il repose sur trois piliers : gestion de l'eau potable, modernisation des réseaux des services publics et création du comité départemental de l'eau, effectif depuis mars 2019, réunissant tous les acteurs du domaine. La signature du contrat paraît anecdotique tant le partenariat semble déjà être rodé en Gironde, même si les défis restent importants.

« Nous entérinons un partenariat durable avec des préoccupations communes » illustre Jean-Luc Gleyze pour présenter le contrat de progrès. Audenge n'est pas un lieu choisi par hasard. Si les acteurs départementaux de l'eau y sont réunis ce jeudi 14 janvier au matin, c'est pour rendre compte sur le terrain de leur collaboration déjà étroite. « L'endroit est fortement symbolique » confie Guillaume Choisy, directeur général de l'agence de l'eau Adour-Garonne. L'instance gère l'usage des ressources en eau sur le bassin du même nom, partagé entre Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. Le domaine naturel et marécageux de Certes et Graveyron, implanté à Audenge, est fort de 530 hectares protégés par une digue de 15 kilomètres, comptant des systèmes hydrauliques et réserves d'eau douce pour l'usage des riverains. Philippe Naté, garde du site classé Espace Naturel Sensible (ENS), avoue même qu'il s'y cache quelques cormorans, brochets et loutres. Anecdotique ? Pas tant que ça quand on sait que le domaine de Certes et Graveyron a été réaménagé par le département lui-même pour une somme de 15 millions d'euros, et avec le concours de l'agence de l'eau Adour-Garonne pour la création du bâtiment d'accueil.

 

Le domaine de Certes et Graveyron sensibilise à la faune et la flore présentes sur le site

 Décider ensemble les financements

Le contrat de progrès courant jusqu'en 2024 répond aux préconisations émises par l'agence pour l'horizon 2050. L'avenir s'annonce peu réjouissant : déficit des ressources en eau, perte de débit des rivières jusqu'à 40% et des nappes phréatiques jusqu'à 50% pour la Gironde. Il faut donc anticiper les effets induits par le changement climatique. Pour cela, le département et l'agence de l'eau vont lier leurs prises de décisions. « Nous avons établi des objectifs communs en termes d'investissements et de financements » montre Alain Renard, vice-président chargé de la préservation de l'environnement et de la gestion des risques et des ressources. Département et agence de l'eau accorderont des financements de façon conjointe. Exit les projets d'urbanisation qui voyaient le jour sans l'accord préalable des services de l'eau. « Des zones se sont retrouvées en surexploitation des nappes phréatiques du fait d'une augmentation démographique » déplore Alain Renard.
Avec le nouveau contrat, les projets impliquant une hausse démographique et des besoins en eau supérieurs devront se soumettre à l'expertise des services du département. Les financements devraient être dirigés massivement vers les aménagements en ingénierie des réseaux d'eaux. Le champ d'action s'étendra aussi à l'agriculture pour encourager les projets raisonnés en utilisation des nappes phréatiques et ressources en eau. Quant aux stations d'épuration, « 23 sites connaîtront une révision de leur réseau en Gironde » note Guillaume Choisy. L'approche conjointe du département et de l'agence de l'eau Adour-Garonne est donc globale. « Nous nous engageons dans une démonstration de résilience territoriale » montre Jean-Luc Gleyze.

 

De gauche à droite : Guillaume Choisy, Jean-Luc Gleyze et Sébastien Fourcade, garde gestionnaire, en visite sur le site de Certes et Graveyron

Engagement de long terme

Si l'agence Adour-Garonne admet que la Gironde a « une politique forte dans le domaine de la gestion de l'eau », elle collabore aussi avec d'autres départements de son bassin d'action. Celui-ci s'étend sur 26 départements français, partagés entre la Nouvelle-Aquitaine et l'Occitanie. Dans notre région, l'agence mène des actions avec les Pyrénées-Atlantiques ou la Charente par exemple. Dans les projets co-conduits, les départements restent maîtres d'ouvrage, l'agence de l'eau apportant simplement son expertise en corrélation avec la préservation de l'environnement. « Le but n'est pas de mettre une zone sous cloche mais de gérer un espace naturel » explique Alain Renard, comme dans la gestion des prés salés sur la commune de Lège Cap-Ferret. Le lieu est devenu un refuge de biodiversité et en même temps un espace de sensibilisation. « Ces espaces abritent la biodiversité grâce à des aménagements cohérents » rappelle Guillaume Choisy. Le contrat pluriannuel se projette donc bien au-delà de l'échéance 2024.

Maxime Giraudeau
Par Maxime Giraudeau

Crédit Photo : Maxime Giraudeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
4408
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !