Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Grande America : De Rugy n'a "pas d’inquiétude" concernant les produits toxiques

22/03/2019 | Selon le ministre de l’écologie, il n’y aurait pas d’inquiétude à avoir concernant l'impact des produits toxiques contenus à bord du Grande America

François de Rugy s'est fait présenter le plan Polmar Terre, en présence notamment du président de Département Dominique Bussereau et de JB Milcamps, directeur de la DDTM

La liste avait été dévoilée la veille au soir par la préfecture maritime, après avoir été réclamée depuis plusieurs jours par les médias. Pour rappel, le navire contenait à son bord 2200t de fioul pour son fonctionnement, 2100 véhicules de tous types (voitures, bus, camping-car) mais aussi 365 conteneurs dont 45 de matières dangereuses: de l'hydrogénosulfure de sodium, du White Spirit, du phosphate de zinc, du polyéthersiloxane, du prothioconazole, du chloro-méthyl, de l'acide sulfurique, de l'acide chlorhydrique et divers aérosol.

Parmi les conteneurs de produits toxiques, répartis entre les cales et le pont, 720 tonnes d’acide chlorhydrique contenus dans 24 conteneurs et 82 d’acide sulfurique conservé dans 3 autres bacs étaient notamment transportés sur le pont du navire. Mais pour le ministre de l’écologie en visite ce vendredi à La Rochelle, ces produits chimiques ne devraient avoir « aucun impact sur l’environnement ».

Une goutte d’eau dans l’océan

« L’essentiel de la cargaison a brûlé », explique François de Rugy, « l’incendie, extrêmement violent, s’est propagé à l’ensemble de la cale du navire en commençant par la cale la plus basse et la plupart des conteneurs ont brûlé et coulés avec le Grande America. » Plusieurs conteneurs sont tout de même passés par-dessus bord juste avant que le navire ne coule. Selon les services de l’Etat, ceux qui ont été récupérés ne contenaient pas de produits dangereux et les autres sont encore en cours de recherches, s’ils n’ont pas coulés entre temps. « Par ailleurs, ceux qui ont déjà coulés ne représentent pas de danger pour l’environnement compte tenu des masses d’eau dans la zone de l’épave par rapport au contenu », assure le ministre. Autrement dit, l’impact serait une goutte d’eau dans l’océan.

Concernant les nappes d’hydrocarbures qui menacent toujours les côtes françaises à plus de 200 km au large, les forces navales en présence arriveraient pour l’heure à contenir l’essentiel sur zone. « Nous assurons un suivi permanent des nappes qui s’échappent de l’épave, avec des bateaux qui sont là pour pomper, ainsi qu’un suivi de la dérive des résidus de ces nappes, qui se sont fractionnées. Un avion de la Marine nationale, des drones et des images satellites nous permettent de faire des relevés précis », affirme François de Rugy. Des balises étanches auraient notamment été jetées au sein des nappes échappées pour suivre leur trajectoire. Le courant, la houle et les marées ne permettent pas d’anticiper leur déplacement au-delà de trois jours.

Faire payer la dépollution à l’armateur

Sans repartir sur un scénario de l’envergure du naufrage de L’Erika (1999), le risque de pollution, même infime, reste présent. « Tous les frais qui auront été engagés contre cette pollution seront payés par l’amateur. Sachant qu’il peut encore y avoir ensuite des procès, y compris pour préjudice écologique », a précisé François de Rugy, notamment à l’intention des élus.

« L’armateur a été mis en demeure à chaque étape de cet accident et il a répondu présent sous la contrainte de l’Etat français, comme la loi l’y oblige » (pour récupérer les conteneurs à la dérive, fournir les documents administratifs du navire dont la liste de produits embarqués, etc). La France a également pris contact avec Hambourg, dont le port avait contrôlé le navire avant son départ. « Ce navire n’était pas un bateau poubelle, c’était un navire de 22 ans qui a été contrôlé 35 fois dans différents ports européens, notamment en France. Nous ne connaissons toujours pas actuellement les causes de l’incendie qui s’est déclenché à bord. Le procureur de Brest a ouvert une enquête judiciaire pour déterminer son origine et s’il y a eu une faute ou pas à bord du navire ».

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4678
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !