Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/08/19 : En Dordogne, la Chambre de Métiers et de l'artisanat sera exceptionnellement fermée le vendredi 16 août. Les agents seront de retour dès le 19 août au matin.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/08/19 | 7 histoires d’estuaire sur les rives de la Gironde

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique, la communauté de communes de Haut-Saintonge et le CdC de l’Estuaire proposent jusqu’au 28 août des spectacles nocturnes gratuits autour du thème de l’estuaire intitulé "7 histoires d’estuaire". Ce spectacle itinérant mêle musique, danse et vidéo et est présenté au bord ou à proximité du fleuve. Le metteur en scène Eric Le Collen s’inspire des paysages, de l’histoire et du patrimoine pour composer une fresque poétique. Rdv les 19, 21, 26 et 28 août à 21h30.

  • 17/08/19 | Grand-Angoulême : levée de fonds pour Seven Shapes

    Lire

    7 entreprises du monde de l'industrie sont entrées au capital de Seven Shapes. L'objectif de cet investissement est d'accélérer la commercialisation de son école digitale du "Lean". Ce dernier est une méthode de travail adoptée dans les plus grands groupes reposant sur l'écoute du client, la lutte contre le gaspillage, la réduction des stocks et l'intelligence collective. Certaines grandes entreprises nationales comme Enedis ou Schneider Electrics bénéficient déjà de la Seven Shapes School.

  • 17/08/19 | Guéret : réédition d'un festival de musique soutenu par la Région !

    Lire

    La deuxième édition du Check-in Party se déroule du 22 au 24 août prochains à l'aérodrome de Guéret. Plusieurs noms de la musique française et internationale seront présents, à l'image de Jeanne Added, Clara Luciani ou encore Patti Smith. Avec un tel évènement, la Région souhaite rappeler son engagement auprès des festivals en tous genres, notamment en période estivale, à l'image des 106 festivals de musiques soutenus en 2018 à hauteur de 1,7 million d'euros

  • 16/08/19 | Environnement : la Région au Pays Basque avant le G7

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine participera à Pavillon Océan, organisé du 20 au 23 août au Pays Basque par Surfrider Foundation Europe. Ainsi, dans le cadre de la feuille de route "Neo Terra", trois élus régionaux, dont Alain Rousset, participeront aux débats de Pavillon Océan, dont l'objectif est que l'environnement et la protection des océans fassent partie intégrante des négociations du G7 (24-26 août).

  • 16/08/19 | La filière cuir se donne rdv dans la Vienne

    Lire

    Du 27 au 29 septembre, la filière cuir se donne rendez-vous à Saint-Junien (87) pour la 7ème édition des Portes du Cuir. Autour du thème « la responsabilité environnementale des entreprises », 57 exposants seront présents pour des démonstrations, des ateliers d’initiation et des temps d’échange avec les professionnels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Grande America : la pollution attendue vers le 29 mars

18/03/2019 | Les courants et les marées retardent pour l'instant l'arrivée des nappes d'hydrocarbures sur nos côtes

Le BSAA Argonaute continue sa mission de dépollution dans la zone du naufrage avec 4 autres bateaux

Au vu des conditions de courants et de marées, les 3 nappes d'hydrocarbures échappées du Grande America depuis son naufrage le 12 mars ne devraient finalement pas toucher nos côtes cette semaine, selon la préfecture maritime. Des débris pourraient toutefois arriver avant la semaine prochaine. Les deux conteneurs observés à la dérive à 200 km des côtes ont notamment été perdus de vue. Les élus invitent les habitants à ne pas prendre d'initiative personnelle en cas de souillure des plages.

[Le 18 mars] Pour l'instant, tout va bien, ou presque. Les quelques observations faites ce week-end n'ont été que des fausses alertes, entre des dépôts de déchets organiques sur une plage d'Hourtin (33) confondus avec du mazout par l'association Sea Shepherd et des boulettes ramassées sur les plages de Charente-Maritime ce week-end, rien à signaler. "Sept boulettes trouvées sur l'île d'Aix ont été analysées par le Centre de documentation et d'experimentation sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE) et permis de déterminer que les boulettes ne correspondaient pas aux hydrocarbures issus du Grande America", indiquait ce lundi matin le porte-parole de la préfecture, "mais nous sommes toujours à la recherche des deux conteneurs apperçus à la dérive il y a quelques jours, et dont nous ne connaissons pas le contenu." 

"Un certain nombre de bénévoles, d'associations et de particuliers, se sont déjà rapprochés de nous pour se mettre à disposition lorsque la pollution touchera la côte. Nous demandons aux uns et aux autres de se rapprocher des mairies, qui vont coordonner les actions dans le cadre de leur zone d'intervention", a-t-il précisé. En attendant la mise en place d'actions coordonnées par les autorités compétentes la préfecture demande à ce que personne "ne prenne d'initiative individuelle tant qu'on ne connaît pas le contenu précis de la pollution qui pourrait toucher nos côtes. Il n'est pas impossible qu'il y ait des matières dangereuses, même si à ce stade nous n'en savons rien [...] Pour l'instant, on ne peut pas dire quel type de pollution arrivera ni quand."

Des opérations de pompage ont toujours lieu sur le site du naufrage.

 

Mise à jour le 20 mars :

A l’instar de la Gironde, la Charente-Maritime est toujours en état de pré-alerte. Concrètement, les opérations de pompage se poursuivent au large, grâce aux forces navales conjointes de la France et de ses voisins européens. Pour l’instant, les vents, marées et courants maintiennent les nappes d’hydrocarbures au large des côtes françaises. Sans en être certaine, la préfecture maritime s’attend à ce que seuls des résidus finissent par parvenir jusqu’aux plages, sous forme de galettes. La Marine nationale continue néanmoins d’observer des irisations autour de la zone du naufrage, ce qui semble indiquer que l’épave perd encore du fioul. Concernant les conteneurs observés à la dérive, l’armateur a été mis en demeure d’aller les récupérer. Un premier a été extirpé de l’eau avant-hier - il contenait des chips. Les vols réalisés ont permis la relocalisation de cinq conteneurs et deux radeaux pneumatiques. Il semble pour l’heure trop compliqué de récupérer le reste de la cargaison, coulée à plus de 4000 mètres de profondeur, sur le plancher océanique. Parmi celle-ci, une quarantaine de barils contiennent des produits chimiques toxiques dont on ignore encore la nature exacte. La préfecture maritime estime qu’une partie aurait néanmoins brûlé dans l’incendie du Grande America. Le SDIS17 mène depuis quelques jours des opérations de prélèvements de l’air et d’éventuels résidus sur terre pour analyse – ils sont notamment intervenus sur l’île d’Aix (lire notre édition du 18 mars).

Sur terre, le plan POLMAR n’est pas encore déployé. Pour l’instant, aucun scénario d’intervention sur les côtes n’est encore envisagé par les services de l’Etat, mais un « Comité de dérive » surveille de près l’évolution de la situation, et émet des prévisions à 72h, selon le préfet du 17 Fabrice Rigoulet-Roze. Les dernières estimations du comité de dérive confirment les risques de pollution cotière même si les côtes françaises ne devraient pas être touchées avant le 29 mars.

La gendarmerie a effectué plusieurs survols aériens pour prendre des photos du littoral, qui serviront d’état des lieux en vue des procédures judiciaires à venir. Le président du Département Dominique Bussereau a fait savoir qu’il ne comptait pas laisser l’armateur s’en tirer sans conséquence.

Les collectivités locales continuent leur recensement des moyens humains, matériels et techniques pour faire face en cas de besoin. La Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) a également fait un inventaire de ses équipements en vue de prêter le matériel nécessaire aux municipalités qui en auraient besoin – des combinaisons de protection individuelles devraient notamment être livrées sous peu.  Les 72 communes littorales, de l’île de Ré à Meschers-sur-Gironde dans l’estuaire, ont reçu des consignes de la préfecture rappelant le cadre du déploiement d’un plan POLMAR – Terre. De son côté, la LPO est en train de mettre en place une unité mobile de récupération des oiseaux. Sur l’ensemble du territoire, pêcheurs, ostréiculteurs et sauniers ont été mobilisés pour intervenir en cas de besoin. Les premiers pour venir en renfort des opérations de dépollution avec des filets spéciaux. Les seconds pour recenser, tester et organiser un déploiement pour fermer rapidement toutes les vannes et écluses des marais en cas d’arrivée des nappes de fioul. Le préfet Fabrice Rigoulet-Roze a demandé aux mairies de bien vouloir recenser tous les volontaires qui souhaiteraient intervenir en cas de besoin, afin de ne pas disperser les forces et coordonner aux mieux les actions.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Marine Nationale

Partager sur Facebook
Vu par vous
3625
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !