Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Grande America : la pollution attendue vers le 29 mars

18/03/2019 | Les courants et les marées retardent pour l'instant l'arrivée des nappes d'hydrocarbures sur nos côtes

Le BSAA Argonaute continue sa mission de dépollution dans la zone du naufrage avec 4 autres bateaux

Au vu des conditions de courants et de marées, les 3 nappes d'hydrocarbures échappées du Grande America depuis son naufrage le 12 mars ne devraient finalement pas toucher nos côtes cette semaine, selon la préfecture maritime. Des débris pourraient toutefois arriver avant la semaine prochaine. Les deux conteneurs observés à la dérive à 200 km des côtes ont notamment été perdus de vue. Les élus invitent les habitants à ne pas prendre d'initiative personnelle en cas de souillure des plages.

[Le 18 mars] Pour l'instant, tout va bien, ou presque. Les quelques observations faites ce week-end n'ont été que des fausses alertes, entre des dépôts de déchets organiques sur une plage d'Hourtin (33) confondus avec du mazout par l'association Sea Shepherd et des boulettes ramassées sur les plages de Charente-Maritime ce week-end, rien à signaler. "Sept boulettes trouvées sur l'île d'Aix ont été analysées par le Centre de documentation et d'experimentation sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE) et permis de déterminer que les boulettes ne correspondaient pas aux hydrocarbures issus du Grande America", indiquait ce lundi matin le porte-parole de la préfecture, "mais nous sommes toujours à la recherche des deux conteneurs apperçus à la dérive il y a quelques jours, et dont nous ne connaissons pas le contenu." 

"Un certain nombre de bénévoles, d'associations et de particuliers, se sont déjà rapprochés de nous pour se mettre à disposition lorsque la pollution touchera la côte. Nous demandons aux uns et aux autres de se rapprocher des mairies, qui vont coordonner les actions dans le cadre de leur zone d'intervention", a-t-il précisé. En attendant la mise en place d'actions coordonnées par les autorités compétentes la préfecture demande à ce que personne "ne prenne d'initiative individuelle tant qu'on ne connaît pas le contenu précis de la pollution qui pourrait toucher nos côtes. Il n'est pas impossible qu'il y ait des matières dangereuses, même si à ce stade nous n'en savons rien [...] Pour l'instant, on ne peut pas dire quel type de pollution arrivera ni quand."

Des opérations de pompage ont toujours lieu sur le site du naufrage.

 

Mise à jour le 20 mars :

A l’instar de la Gironde, la Charente-Maritime est toujours en état de pré-alerte. Concrètement, les opérations de pompage se poursuivent au large, grâce aux forces navales conjointes de la France et de ses voisins européens. Pour l’instant, les vents, marées et courants maintiennent les nappes d’hydrocarbures au large des côtes françaises. Sans en être certaine, la préfecture maritime s’attend à ce que seuls des résidus finissent par parvenir jusqu’aux plages, sous forme de galettes. La Marine nationale continue néanmoins d’observer des irisations autour de la zone du naufrage, ce qui semble indiquer que l’épave perd encore du fioul. Concernant les conteneurs observés à la dérive, l’armateur a été mis en demeure d’aller les récupérer. Un premier a été extirpé de l’eau avant-hier - il contenait des chips. Les vols réalisés ont permis la relocalisation de cinq conteneurs et deux radeaux pneumatiques. Il semble pour l’heure trop compliqué de récupérer le reste de la cargaison, coulée à plus de 4000 mètres de profondeur, sur le plancher océanique. Parmi celle-ci, une quarantaine de barils contiennent des produits chimiques toxiques dont on ignore encore la nature exacte. La préfecture maritime estime qu’une partie aurait néanmoins brûlé dans l’incendie du Grande America. Le SDIS17 mène depuis quelques jours des opérations de prélèvements de l’air et d’éventuels résidus sur terre pour analyse – ils sont notamment intervenus sur l’île d’Aix (lire notre édition du 18 mars).

Sur terre, le plan POLMAR n’est pas encore déployé. Pour l’instant, aucun scénario d’intervention sur les côtes n’est encore envisagé par les services de l’Etat, mais un « Comité de dérive » surveille de près l’évolution de la situation, et émet des prévisions à 72h, selon le préfet du 17 Fabrice Rigoulet-Roze. Les dernières estimations du comité de dérive confirment les risques de pollution cotière même si les côtes françaises ne devraient pas être touchées avant le 29 mars.

La gendarmerie a effectué plusieurs survols aériens pour prendre des photos du littoral, qui serviront d’état des lieux en vue des procédures judiciaires à venir. Le président du Département Dominique Bussereau a fait savoir qu’il ne comptait pas laisser l’armateur s’en tirer sans conséquence.

Les collectivités locales continuent leur recensement des moyens humains, matériels et techniques pour faire face en cas de besoin. La Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) a également fait un inventaire de ses équipements en vue de prêter le matériel nécessaire aux municipalités qui en auraient besoin – des combinaisons de protection individuelles devraient notamment être livrées sous peu.  Les 72 communes littorales, de l’île de Ré à Meschers-sur-Gironde dans l’estuaire, ont reçu des consignes de la préfecture rappelant le cadre du déploiement d’un plan POLMAR – Terre. De son côté, la LPO est en train de mettre en place une unité mobile de récupération des oiseaux. Sur l’ensemble du territoire, pêcheurs, ostréiculteurs et sauniers ont été mobilisés pour intervenir en cas de besoin. Les premiers pour venir en renfort des opérations de dépollution avec des filets spéciaux. Les seconds pour recenser, tester et organiser un déploiement pour fermer rapidement toutes les vannes et écluses des marais en cas d’arrivée des nappes de fioul. Le préfet Fabrice Rigoulet-Roze a demandé aux mairies de bien vouloir recenser tous les volontaires qui souhaiteraient intervenir en cas de besoin, afin de ne pas disperser les forces et coordonner aux mieux les actions.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Marine Nationale

Partager sur Facebook
Vu par vous
5230
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !