Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Grande région : le climat mis sous surveillance

12/05/2016 | L’étude réalisée en Aquitaine sur les impacts locaux de la hausse des températures va être complétée et étendue à la grande région. Le point depuis l'UPPA, à Pau

Vignoble, montagne, forêt... Tout est impacté

Des chênes voués à disparaitre. Des vins qui changent d’allure. Des huitres creuses dont la période de fraie est bousculée. Des plaines et des rivières moins alimentées en eau par des montagnes dont la réserve de neige diminue. Les effets du changement climatique se font déjà sentir dans le sud-ouest. C’est ce que montre une étude lancée à l’initiative du Conseil régional. Diffusée en 2013, celle-ci va être complétée et étendue au territoire de la grande région, en englobant également le Limousin et le Poitou-Charentes. Elle devrait servir de référence aux élus pour adapter leurs politiques publiques à une réalité qui n’est pas encore catastrophique mais qui pourrait bien le devenir si rien n’est fait pour limiter la hausse des températures.

Plus on réunit les compétences, plus on est efficace. Une vingtaine de scientifiques qui se sont appuyés sur les connaissances de plus de 160 experts ont participé ces dernières années à la rédaction de l’ouvrage « Prévoir pour agir en Aquitaine », commandé par la Région. Cette somme de constats et de recherches, dont le contenu peut être consulté sur Internet, est destinée à évaluer l’impact que l’augmentation de la température pourrait avoir chez nous à l’horizon 2050.  

Ses auteurs ont constitué un comité baptisé « AcclimaTerra » . Sous la houlette du climatologue Hervé Le Treut, ils se sont intéressés à de multiples domaines. Qu’il s’agisse de l’agriculture, la forêt, la montagne, la ressource en eau, la bande côtière,  la biodiversité et l’on en passe.

Il y a urgence. Car, quels que soient les scénarios de hausse des températures envisagés (de + 2 degrés pour le plus modeste à + 6 ou + 8 degrés pour les plus importants), « les changements climatiques sont inévitables et déjà enclenchés » explique Henri Etcheber, l'un des chercheurs, spécialisé dans les environnements océaniques.

Le cépage Merlot en première ligneL’hiver dernier, les discussions engagées lors de la conférence COP 21 ont permis de rappeler que les émissions de gaz à effet de serre ont été multipliées par dix sur notre planète depuis la Première Guerre mondiale. Une décision a de même été prise : maintenir la hausse des températures sous la barre, déjà inquiétante, des 2 degrés.

Isabelle Baraille, vice-présidente de l'UPPA, aux côtés de Franck d'Amico et Henri Etcheber

Le rapport d’AcclimaTerra, lui, s’intéresse au local. Certaines des conclusions de ce travail de longue haleine ont été présentées à l'université de Pau et des Pays de l'Adour lors de l’une des réunions organisées ces jours-ci en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes dans le cadre de la Semaine du changement climatique.

En viticulture par exemple, le cépage Merlot qui est utilisé par de nombreux châteaux bordelais, voit sa floraison avancer dans l’année et la maturité du raisin se resserrer. Ce n’est qu’un début. « On s’attend à une avance encore plus importante. Jusqu’à 40 jours à la fin du siècle » note une scientifique en évoquant « des vins plus acides et avec plus d’alcool ».

Des poissons « à affinités tropicales »L’impact que le réchauffement de l’eau, mais aussi la modification d'un débit fluvial,  peut avoir sur les habitats essentiels à certaines espèces animales de la bande côtière est de même évoqué. Ce qui amène les pêcheurs à constater l’arrivée de poissons « à affinités tropicales » (dorade, carangue). Tandis que l’huitre creuse voit ses dates de fraie être retardées par le développement d’un plancton moins nutritif que celui auquel elle est habituée.

Sans parler de la forêt où certaines essences, comme le chêne pédonculé, sont menacées de disparition, tandis que d’autres ne trouvent leur salut qu’en grimpant un peu plus haut en montagne et que des inquiétudes se manifestent pour l’avenir des boisements en plaine.

Ski : quelle rentabilité ?En Béarn, la diminution du manteau neigeux et les problèmes que celle-ci ne va pas manquer de poser aux stations de ski de moyenne altitude sont de même évoqués par Franck d’Amico, maitre de conférence à l’UFR sciences & techniques Côte Basque. « C’est autour de 1 500 mètres que les effets du réchauffement climatique sont les plus sensibles » constate-t-il avant de parler d’une réduction des périodes d’enneigement, qui se limitent entre 80 et 90 jours. « Or la compagnie des Alpes estime qu’il faut une durée de 100 jours pour qu’une station de ski soit rentable ».

« La montagne, c’est aussi le pastoralisme ou l’hydro-électricité » rappelle dans la salle un représentant du Conseil départemental. Tandis que, d’une manière plus générale, Henri Etcheber insiste sur la nécessité de s’intéresser de près à la ressource en eau : « On en a besoin partout. En agriculture, en sylviculture, dans l’industrie, pour la consommation humaine. Or, une augmentation de la température de 2 degrés, cela veut dire que la hausse moyenne sera de 4 degrés en été. Et si l’on dépasse cette barre pour atteindre 4 degrés, l’augmentation estivale sera de 10 degrés. Ça va chauffer grave. Il faut que l’on réagisse vite ».

Contacts bienvenusElargie au territoire de la grande région, l’étude complémentaire menée par le comité scientifique Acclimaterra  continuera à s’intéresser à ce chapitre comme à beaucoup d’autres. Tout en cherchant " à dresser un état des lieux des lacunes de nos connaissances dans certains domaines".

De nouveaux sujets seront également abordés. Ce sera le cas de la transition énergétique et de la mémoire des risques (inondations, érosion, sécheresse).  On s’intéressera enfin aux villes et aux territoires, à la vulnérabilité des zones humides, à l’interface terre-mer.

Bref, le pain ne manque pas sur la planche. C’est la raison pour laquelle les scientifiques souhaitent multiplier les contacts sur le terrain et rencontrer les porteurs des initiatives qui se font jour dans chacun de ces domaines. 

On l'a vu à Pau, ces dernières ne manquent pas. Du simple groupe de citoyens passionnés par l’écoprospective à l'association de surf qui développe chaque année un programme pédagogique sur le milieu naturel auprès de 10 000 jeunes. Sans oublier l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique qui envisage de travailler en réseau au niveau européen avec les Alpes et les Carpathes. Car, en matière de climat,  les montagnes se moquent des frontières.

Le rapport sur les impacts du changement climatique en Aquitaine

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
17448
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !