aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Grippe aviaire : le préfet de la Dordogne qualifie la situation de " sérieuse"

01/12/2015 | Après un premier cas de grippe aviaire avéré il y a huit jours, deux nouveaux cas ont été détectés en Dordogne a annoncé lundi le Ministère de l'agriculture.

Christophe Bay, le préfet de la Dordogne et Frédéric Piron, le directeur de la Cohésion sociale ont tenu une conférence de presse ce mardi

Le 24 novembre, la grippe aviaire a fait sa réapparition en Dordogne, dans une basse cour de Biras. La première fois depuis 2007. Lundi, le Ministère de l'agriculture a annoncé deux nouveaux cas. Le premier a été découvert dans un élevage de canards de Saint-Paul-la roche et le second dans un élevage d'oies dans le secteur de Domme. Tous les animaux ont été euthanasiés. Dans les trois zones concernées, des mesures de confinement ont été prises afin d'éviter toute propagation de l'épidémie. Ces cas posent de nombreuses interrogations : des épidémiologistes nationaux vont être dépêchés en Dordogne.

Depuis huit jours, le département de la Dordogne est au centre de toutes les préoccupations sanitaires depuis la confirmation dans une basse cour de Biras d'un cas de grippe aviaire, le 24 novembre. Deux nouveaux foyers ont été détectés a indiqué lundi le Ministère de l'agriculture. Le premier concerne une exploitation de Saint-Paul-la-Roche où 14 000 canards ont été abattus et le second à Domme dans un élevage d'un millier d'oies qui ont été euthanasiées. Le plan national d'intervention sanitaire d'urgence a été déclenché. Comme l'a souligné le préfet Christophe Bay, cet après-midi, au cours d'une conférence de presse, la priorité est d'éviter toute propagation de l'épidémie", notamment par des mesures strictes de confinement. Le plan d'urgence comporte tout un tas de mesures pour prévenir des risques sanitaires : détermination d'un périmètre de 3 km de zone de protection et de 7 kilomètres de zone de surveillance autour des trois lieux concernés, mise en place de mesures de bio sécurité dans les exploitations. Dans les trois zones concernées, sont réglementés tous les mouvements de personnes et d’animaux et sont interdits le transport et la commercialisation de tous animaux et les produits qui en sont issus (œufs, foie gras etc.) y compris sur les foires et marchés locaux ainsi que les expositions, de même que les lâchers de gibiers à plumes. Elles vont durer 21 jours dans les zones de surveillance, et 30 jours dans la zone de protection. Au total 70 exploitations sont concernées par les mesures de confinement absolu. Pour l'instant, ces mesures ne concernent pas l'ensemble de la Dordogne.

Pas de risque sur la consommationCes trois cas de grippe aviaire tombent au plus mauvais moment, à la veille des fêtes de fin d'année, dans une filière agricole qui ne se portait pour l'instant pas trop mal et qui avait de vraies perpectives de développement. Et les conséquences risquent d'être principalement économiques pour la filière, en cette période. Si le préfet de la Dordogne a qualifié la situation sanitaire de "sérieuse", il veut rassurer les consommateurs en précisant que « l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’homme par la consommation de viande de volaille, d’œufs, de foie gras et plus généralement de produits alimentaires."

Des interrogations Les deux derniers cas détectés en Dordogne posent de nombreuses questions. "Ce sont des contrôles aléatoires qui ont révélé la présence de ce virus hautement pathogène dans ces deux élevages, mais il n'y a pas eu  de surmortalité observée. Il s'agit d'un virus H 5 non déterminé. Le N1 reste à déteminer par le laboratoire national de référence. L'abattage systématique fait partie du principe de précaution. Nous sommes dans une situation scientifique atypique, précise le préfet." Pour faire simple, les canards et les oies étaient porteurs du virus mais n'étaient pas malades ou peu. "On a en fait une difficulté précise à savoir ce qui se passe réellement d'un point de vue scientifique", indique Frédéric Piron, directeur départemental de la direction de la cohésion sociale et de la protection des populations. C'est pourquoi, pour expliquer ce phénomène scientifique, des épidémiologistes nationaux sont attendus en Dordogne. Ce mardi soir, une réunion devait avoir lieu avec les vétérinaires sanitaires libéraux du département (ils sont une cinquantaine). Un renfort d'une dizaine de vétérinaires venus d'autres départements a aussi été évoqué. Le préfet a aussi annoncé la mise en place d'une cellule d'urgence qui réunira les professionnels, la MSA, la chambre d'agriculture pour évaluer les conséquences économiques.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
6075
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !