Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Hausse des températures : la forêt aquitaine accuse le coup

04/11/2015 | L’Aquitaine possède 1,8 million d’hectares boisés. Une ressource directement concernée par le changement climatique

Insectes, mortalité provoquée par les canicules, fragilité accrue... Les effets du réchauffement climatique sur les arbres sont multiples

Le thermomètre grimpe, de plus en plus, et les forestiers s’inquiètent. A quelques semaines de la conférence COP 21 sur le réchauffement climatique, les professionnels de la filière se sont réunis à Pau à l’invitation du Syndicat des sylviculteurs des Pyrénées-Atlantiques, de l’association d’éducation à l’environnement Ecocène et du Centre régional de la propriété forestière. Belle occasion pour faire le point sur un phénomène complexe, dont on ne connait pas encore tous les éléments, mais qui nécessite d’agir sans tarder. Même si un arbre met 40 ans pour arriver à maturité. « Le temps du laisser-faire est révolu » estime-t-on. « Il ne faut verser ni dans le catastrophisme ni dans l’angélisme ».

La future grande région est ici en première ligne. « Elle possèdera la première forêt de France en surface » rappelle un sylviculteur. Sachant que, pour la seule Aquitaine, la ressource bois est déjà plus que conséquente.

Avec 1,8 million d’hectares de forêts, dont la majeure partie appartient à des propriétaires privés, cette dernière produit surtout du bois d’œuvre, mais aussi des grumes destinées à l’industrie et, pour une part beaucoup plus modeste, du bois chauffage. Ce qui représente 34 000 emplois. Excusez du peu.

Partout,  le haut du pavé est tenu par le pin maritime, le chêne et le châtaignier. Autant d’essences risquant d’être impactées par une hausse des températures dont l’ampleur et la rapidité sont soulignées par bien des experts.

Un climat qui s’emballe« Sur le plan national, le réchauffement est très net » remarque Dominique Vrecourt, adjoint au chef de centre de Météo France à Tarbes. Alors que la température s’est accrue de 1,5 degré depuis le début du 20e siècle,  la machine climatique parait s’emballer depuis les années 1970. " Le scénario le plus optimiste fait état d’une hausse de 1° à l’horizon 2100. Le plus pessimiste prévoit un accroissement de la température de plus de 4°". Sur le plan européen, on irait même jusqu’à + 6,4°.

Le grand sud-ouest ne fait pas exception à la règle. Jean-Louis Bergey, le directeur Aquitaine de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) en veut pour preuve quelques exemples pris sur le terrain. « Depuis 1960, une hausse de près de 2° est constatée dans l’estuaire de la Gironde. Quant aux vendanges en Saint-Emilion, organisées à peu près aux mêmes dates entre 1900 et 1980, elles ont lieu maintenant de plus en plus tôt ." Sans parler de l’aridité que l’on constate maintenant aussi bien à Pau qu’à Agen ou Toulouse. "Toutes les courbes vont dans le même sens ».

« On a du souci à se faire »Des phénomènes préoccupants accompagnent cette tendance générale. Telles des vagues de chaleur plus intenses et plus longues,  mais aussi  une réduction des pluies estivales au sud. Ce qui contribue à l’assèchement des sols et multiplie les risques d’incendie.

Jean-Louis Bergey, le directeur régional de l'ADEME :

Déjà, sur les arbres, plusieurs signes ne trompent pas. « Depuis 50 ans, les saisons de végétation s’allongent. Ce qui rend l’exposition aux gelées plus importante, en montagne notamment » note Olivier Picard, du Centre national de la propriété forestière. Les insectes, comme la chenille processionnaire, envahissent pour leur part le sud et l’ouest de la France. Tandis que la répétition des canicules peut amener certaines plantes à passer de vie à trépas : « Comme il n’y a plus d’eau dans le sol, des bulles d’air se forment dans la sève des feuilles, et l’arbre meurt d’embolie ».

" La canicule survenue en 2003 a ainsi eu un impact important sur les résineux. Or, les projections climatiques nous disent qu’en 2070, l’année 2003 sera considérée comme une année ordinaire. On a du souci à se faire ».

Autre constat : selon le groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), le nombre de tempêtes pourrait s’accroître au cours des décennies qui viennent. Par ailleurs, les zones de végétation évoluent. Avec en particulier des essences méditerranéennes qui progressent dans le sud et le sud-ouest, au détriment des hêtres et des chênes pédonculés.

« Expérimenter, innover, échanger »Bref, la donne change vite et de manière conséquente. « Les forestiers doivent  prévoir et s’adapter » estime Olivier Picard. Un conseil pas évident à suivre dans un département comme les Pyrénées-Atlantiques où la très petite taille des parcelles  constitue un sérieux handicap. « On y dénombre 55 000 propriétaires forestiers pour une surface moyenne des parcelles de 2,6 hectares. C’est trop petit pour engager la moindre opération sylvicole. Il faut pourtant agir ».

A Pau, les mesures d’accompagnement et les aides de diverses natures proposées aux propriétaires ont donc fait l’objet d’un débat organisé en présence du préfet, Pierre-André Durand. Le travail de fond mené depuis plusieurs années sur le plan national par le réseau AFORCE a également été souligné.

Celui-ci regroupe des organismes d' horizons variés : des  propriétaires aux scientifiques, des chambres d’agriculture aux spécialistes du climat. La tache de longue haleine entreprise par leurs membres est à la mesure du problème :  ardue. Elle consiste aussi bien à évaluer les risques climatiques qu’à approfondir la connaissance des différentes essences d’arbres, ou encore à améliorer les techniques de travail (par exemple les «  peuplements éclaircis » qui permettent de préserver l’hygrométrie des sols).

Le réseau s’intéresse également à la diversification des espèces, afin de mieux résister aux tempêtes. Des plantations nouvelles sont par ailleurs testées. Même si ce dernier sujet, lorsqu’il concerne par exemple des bois "exotiques", est jugé explosif. « Il y a déjà eu des faucheurs de pins  Douglas ».

Une chose est sure . « Il n’y a pas de recette unique. Car les milieux sont très différents » dit Olivier Picard. « C’est dans la diversité que l’on trouvera la réponse à ces changements. Il ne faut pas hésiter à expérimenter, innover, échanger pour aller vers de nouvelles sylvicultures. Il faut aussi que les forestiers aient la culture du risque ».

Pour en savoir plus :
http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/climathd 
http://www.crpfaquitaine.fr/

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
11134
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !