Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Haut-Béarn : À la forêt du Bitet de Laruns, l’IPHB fait dans le local

09/10/2019 | En montagne, l’entretien des forêts est primordial. Notamment pour sa régénération et « pour laisser place au développement des jeunes arbres ». Focus dans une forêt du Haut-Béarn.

Haut-Béarn : À la forêt du Bitet de Laruns, l’IPHB fait dans le local

La forêt du Bitet à Laruns connaît actuellement d’importants travaux forestiers. Après avoir réalisé la coupe des bois, les professionnels de la société l’entreprise bigourdane STCM procèdent au débardage par câble. Orchestrée par l’Institut Patrimonial du Haut-Béarn (IPHB), cette initiative, qui doit s’achever d’ici la fin novembre, s’inscrit dans un cercle vertueux : au-delà de régénérer l’espace forestier, le bois, façonné par des acteurs locaux, sera valorisé, aussi, localement. Un bel exemple d’économie circulaire qui suscite la joie de ses acteurs...

Depuis le mois d’août, le moteur des engins forestiers tourne à plein régime dans les sous-bois ossalois. Installés à Saint-Lary, dans les Hautes-Pyrénées, les professionnels de la société bigourdane de transport par câble en montagne (STCM) sont à pied d’œuvre. Après avoir réalisé la coupe d’environ 1 540 m3 de bois répartis sur près de 12 hectares, les hommes de Jérôme Valencia s’activent désormais au débardage. Depuis quelques jours, c’est le même manège qui se déroule : le long d’un câble de plus de 800 mètres, les troncs de hêtres et de sapins (N.D.L.R. valorisés en qualité « œuvre et affouage »), accrochés à un crochet fixé sur un système de treuil automatisé, dévalent le flanc.

Un rythme moyen de 50 - 100 m³ par jour
Si l’opération demeure rodée et répétitive, Jérôme Valencia garde un œil attentif sur son déroulé. Talkie-walkie en mains, le Bigourdan donne ses recommandations en direct à ses 4 salariés.

En haut, un opérateur s’empare du crochet du treuil pour fixer le tronc à acheminer. Par un système de poulie, la grume suspendue descend le long du flanc avant d’être réceptionnée par un autre qui s’occupe de le mesurer.

En parallèle, un autre les ramène en tracteur forestier jusqu’à la place de dépôt du Pont du Bitet. « Le transporteur le récupère et l’achemine ensuite vers la scierie », souligne-t-il. Pour l’heure, le chantier se déroule bien. « Pour l’abattage, nous avons eu de la chance avec le temps. Cela nous a permis de bien avancer, ajoute-t-il d’une voix enjouée. Aujourd’hui 800 m³ de bois ont déjà été descendus. Et nous sommes sur un rythme en moyenne de 50 - 100 m³ par jour. »

Le débardage par câble permet de pallier le dénivelé impressionnant de l’espace. « Avec ce système, à part sur une falaise à pic, on peut intervenir presque partout », souligne Didier Hervé, directeur de l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB). « Ce type de débardage est le cinquantième mené dans les Pyrénées (N.D.L.R. : le premier fut mené sur la commune d’Arette, en vallée de Barétous). Ici, on ne pourrait pas procéder autrement qu’avec les câbles », confie Robert Casadebaig, le maire de la commune et président de IPHB.

Favoriser le développement de jeunes arbres

Comme dans d’autres endroits, la forêt de Bitet est inaccessible en tracteur. Pourtant en montagne, l’entretien des forêts est primordial. Notamment pour sa régénération et « pour laisser place au développement des jeunes arbres ». L’IPHB a donc pris l’initiative de le faire. « Sans l’IPHB, il n’y a pas de chantier ! », souligne Pierre Casabonne, maire d’Arette et président de la commission montagne de l’institut. En effet, de la consultation à la rencontre des acteurs, en passant par le volet financier, les membres sous la houlette de Didier Hervé ont depuis le début tout orchestré. « C’est un site très fréquenté par les chasseurs et les randonneurs. Il a fallu communiquer et prévenir en amont que le site serait fermé aux usagers le temps des travaux », souligne comme exemple, le directeur. Au niveau du financement du projet, l’IPHB est également intervenu. « Le montant total du chantier s’élève 101 000 euros. L’État participe à hauteur de 17 625 euros. Le Département et la Région, eux, apportent 10 891 euros. Le reste est financé par la commune de Laruns, détaille l’élu de Arette. Mais l’IPHB fait l’avance de trésorerie. »

« Notre volonté était aussi de ne faire intervenir que des entreprises locales », glisse le maire de Laruns qui souhaite que ce projet serve de modèle « et que d’autres communes réitèrent ce type d’action ». Là encore, tout a été mis en œuvre avec brio. Pour le transport, les protagonistes ont fait appel aux Transports de la vallée d’Ossau (société établie à Gère-Bélesten) qui s’occupent de descendre les billes. Et pour le traitement du bois prélevé, c’est la scierie Bois et Matériaux d’Ossau, installée à Laruns qui s’en occupe. On peut dire que le défi est largement relevé. « Le bois sera aussi valorisé localement », assure Robert Casadebaig. Désormais, il ne reste plus qu’à toucher du bois pour que la fin de chantier se déroule sans embûches...

Baptiste Nouet
Par Baptiste Nouet

Crédit Photo : Baptiste Nouet

Partager sur Facebook
Vu par vous
7670
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !