Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Incendies de forêt : "Le risque n’est pas éteint, il y a encore des craintes à avoir"

04/08/2015 | Ce matin peu après dix heures, un hélicoptère a décollé de Saint-Jean D'Illac pour survoler la zone de l'incendie qui avait ravagé 572 hectares de forêt.

Les élus ont terminé par rendre visite à la caserne de pompiers de Saint-Jean d'Illac

Après le bilan, les leçons à en tirer. Ce matin, Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental accompagné notamment de Matthieu Rouveyre et d'Alain David, maire de Cenon, ont embarqué à bord d'un hélicoptère et ont survolé pour la première fois la zone de Pessac et Saint-Jean d'Illac pour constater l'ampleur de l'incendie qui a ravagé près de 580 hectares de forêt dès le 24 juillet dernier. L'occasion pour les élus de remercier les quelque 665 pompiers mobilisés, et de faire le bilan des failles qu'il reste encore à combler pour lutter plus efficacement contre une multiplication du phénomène.

L’hélicoptère de surveillance des pompiers a décollé, ce matin, peu après dix heures près du bâtiment de la société Detexial qui avait fait office de PC Sécurité pour les soldats du feu lors de l’incendie qui a ravagé 572 hectares de forêt de pins, déclaré officiellement éteint le 29 juillet dernier. Bilan : 733 personnes évacuées, 665 pompiers, dont plus du tiers, provenant d’autres départements un peu partout en France. L’hélicoptère a survolé la zone de Saint-Jean D’Illac et de Pessac avant de revenir pour une visite ciblée des zones parmi les plus touchées par le feu. Des arbres rasés, des fossés noircis par le feu. Sur certaines routes, des habitations touchent quasiment la zone de l’incendie, et font clairement office de miraculées. Au détour d’une route communale, à l’entrée d’une propriété, un drap blanc avec un message de remerciement aux pompiers encore placardé, en signe de soutien. 

Le feu est éteint, le risque reste importantLes blessures sont encore vives, mais le massif forestier n’est pas totalement à l’abri d’une réplique dans le courant de l’été comme l’a rappelé Jean-Luc Gleyze. « Cet incendie est un cas d’école, car il se situe à très grande proximité de zones d’habitation. L’extension des agglomérations amène à voir des maisons s’approcher des lisières forestières. Cet incendie est aussi intervenu dans une forêt en fort renouvellement. Les deux tempêtes que nous avons connues depuis 1999 ont amené des repeuplements majeurs. Cela a entraîné l’installation de semis sur des surfaces très importantes qui coupent avec l’hétérogénéité des plantations que l’on connaissait autrefois. C’est un facteur de risque important présent aujourd’hui, et qui le sera encore plus dans l’avenir puisque des surfaces recoupées vont certainement être ressemées demain. Le risque n’est pas éteint, il y a encore des craintes à avoir », a notamment précisé l’élu. 

Pourtant, selon Alain David, maire de Cenon et Président du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours), les moyens mis en place ont déjà mis la barre au maximum, même si des problèmes restent encore à régler. « Au niveau des services et des moyens, nous sommes déjà au maximum. Les équipes sont bien préparées, mais nous avons encore à imaginer une plus grande proximité du stationnement des moyens aériens. L’État a fait l’effort de stationner les canadairs à Mérignac en période très sensible, mais c’est insuffisant. Il y en a une dizaine en tout en France, dont la majorité se situe dans le sud de la France. C’est loin d’être suffisant », déplore-t-il.

Une table ronde de prévention fin septembreAutre point noir dans la gestion de l’incendie : l’intervention de nombreux véhicules provenant d’autres départements pour faire face à l’extension. « Dans le plus grand massif de résineux d’Europe, j’ai beaucoup de mal à comprendre que nous ayons à faire venir des moyens d’autres départements avec un temps de déplacement qui peut durer plusieurs heures. Nous avons d’ores et déjà programmé une réunion courant septembre avec l’ensemble des services de l’Etat et les élus des communes impactées, pour analyser les marges de progrès à accomplir », a indiqué le président du Conseil départemental de la Gironde. La réunion en question prendra la forme d’une table ronde, et ce « dès que l’Ordre départemental “Opération feux de forêt” sera levé », indique la préfecture.

Elle devrait notamment réunir l’État, l’association de Défense des Forêts Contre l’Incendie (DFCI) Aquitaine et les responsables des communes de Saint-Jean-d’Illac, Pessac et Cestas. « Nous devons sensibiliser les maires, travailler collectivement avec l’État en tenant compte des documents d’urbanisme communaux. Nous pouvons également travailler avec les propriétaires, les syndicats forestiers et la DFCI pour poser progressivement des jalons vers ce qui pourrait être un Plan de Protection des Incendies de Forêt, comparable à ce qui existe déjà pour les inondations, pour faire en sorte que demain, un nouveau cadre général soit respecté par tous ». 

Un département particulièrement impactéLes actions et mesures prises devraient être connues dans les prochains mois. En attendant, la Gironde n’est pas épargnée puisqu’elle reste le département français où l’on comptabilise le plus de départs de feux (plus de 150 depuis janvier dernier) et la situation de sécheresse n’aide pas non plus. Le récent incendie de forêt à Saint Symphorien ce dimanche qui a brûlé une quinzaine d’hectares, a rapidement été maîtrisé, car les moyens étaient là dès le départ. Pour Alain David, les nouvelles constructions, souvent au cœur de la forêt, sont également une partie du problème. « Aujourd’hui, on a construit pour des raisons environnementales au milieu de la forêt. Certaines maisons sont même enclavées. Ce sont de véritables dangers qui menacent à la fois les habitants mais aussi ceux qui vont les secourir. Il va donc falloir mettre en place une règlementation beaucoup plus stricte et réfléchir à des périmètres ». 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2828
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !