Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/18 | Ford Blanquefort : le plan de Punch présenté

    Lire

    Des responsables de la société Punch ont été reçus ce mardi à Bordeaux à l'occasion d'une présentation officielle de leur projet de reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Didier Lallemand, préfet de région, a souligné à la sortie "disposer d'une base qui paraît solide, il reste encore une négociation à avoir sur certains éléments sociaux. Le PSE serait une catastrophe. Il y a une reprise sérieuse, qui est financée, ce serait une trahison si demain Ford quittait la région sur de mauvaises raisons". De leurs côtés, les syndicats CGT, FO et CFTC appellent les salariés de l'usine à une manifestation jeudi 25 octobre à Bordeaux.

  • 23/10/18 | Girondins de Bordeaux : la vente repoussée.

    Lire

    La finalisation de la vente du club des Girondins de Bordeaux (entre M6 et GACP, qui devait avoir lieu ce matin dans un cabinet d'avocats parisiens, a été repoussée de quinze jours. Officiellement, un "retard de mise à disposition des fonds" a été évoqué. Pour le président du club, Stéphane Martin, c'est un problème "administratif". Cela confirme en tout cas les difficultés de GACP a réunir les 75 millions d'euros nécessaires. Ces derniers devraient cependant être débloqués dans la semaine. L'annonce d'un nouveau président, elle, devrait suivre.

  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Interview : Olivier Darrioumerle : En attendant une ourse slovène dans les montagnes béarnaises.

13/02/2011 |

Olivier Darrioumerle - Journaliste

Ce n'est pas parce que l'ours brun a disparu des Pyrénées qu'il ne continue pas à passionner tous ceux qui savent que la faune sauvage et le destin des grands animaux en liberté témoignent, aussi, du lien que l'homme entretient avec son environnement. Notre confrère Olivier Darrioumerle est de ceux-là et sa nouvelle passion pour l'ours a piqué la curiosité de Gabrielle Soulé en stage de découverte au sein d'Aqui.fr. Récit en manière d'interview d'une rencontre...sur les pas de l'ours.

@qui! : Comme les lecteurs d'Aqui ont pu le remarquer vous avez écrit de nombreux articles sur l'ours. Pourquoi ce sujet et pourquoi l'avoir autant développé ?
Olivier Darrioumerle : Pourquoi ce sujet ? Parce ce que c'est un sujet qui intéresse beaucoup de lecteurs d'Aqui car ils sont, à la foisgens des villes et des villages. L'ours passionne dans notre région, c'est un des sujets importants à traiter. Ensuite, l'ours c'est l'actualité et le journaliste traite de l'actualité. Et là, en l'occurrence, une consultation publique vient d'avoir lieu pour recueillir, dans les communes concernées, l'avis de la population au sujet de la réintégration d'un ours dans les Pyrénées. Aqui se devait d'en parler.

@! : Est ce que le nombre d'articles que vous avez écrits et le nombre de personnes que vous avez rencontrées vous ont fait évoluer dans vos réflexions sur l'ours et sa réintroduction ?
O.D : Tout a fait ! Sur le sujet de l'ours, on part forcément avec des à priori. L'affect et l'affectif comptent beaucoup. Au début on est souvent guidé par les sentiments et donc on est davantage pour l'ours parce que c'est une bête charmante, du moins l'imagine-t-on ainsi. En étudiant le sujet, de près, on se rend compte que c'est très complexe ; or c'est la complexité qui rend la question intéressante.

@! : Nous avons commencé à parler de la réintroduction.Et vous, pensez vous que cela soit une bonne ou mauvaise idée ?
O.D : La réintroduction, c'est une bonne chose parce que l'ours existe dans les Pyrénées depuis des centaines de milliers d'années. Mais, la réintroduction de l'ours représente, quelque part, un échec parce que l'ours pyrénéen, en tant que tel, a disparu ou quasiment disparu. On procède donc à une réintégration d'ours slovènes, qui posent quelques problèmes. Notamment parce que cette race descend trop bas dans les montagnes, étant habituée a vivre moins en altitude que l'ours des Pyrénées. Donc avec la réintroduction d'ours on s'attache à restituer aux Pyrénéens un patrimoine qui a disparu. C'est un vrai paradoxe d'autant que selon moi cela a quelque chose d'assez tragique

@! : Comme vous avez écrit de nombreux articles et même un conte sur le site d'Aqui, avez vous des projets d'écriture ou des articles en cours sur cet animal ?
O.D : Il pourrait y avoir une suite au conte. Comme vous avez peut être pu le lire, c'est l'histoire de Nere un ours d'origine slovène qui s'est exilé a été rejeté par Pyros, le mâle dominant des Pyrénées centrales et orientales. Nere a fait des centaines de kilomètres jusqu'à l'ouest de la chaine, jusque dans le Béarn où il a trouvé Cannelle, la dernière ours pyrénéenne. Il a donc trouvé l'amour, avec Cannelle: ils on fait un petit, qui s'appelle Cannellito, « le petit cannelle » en espagnol. ll y a une histoire là, une histoire vraie  qui m'a donné l'idée d'écrire un  conte de Noël. Cannellito, le petit de Nere et Cannelle, aujourd'hui disparue parce que tuée par un chasseur en 2004, est le dernier ours à avoir du sang Pyrénéen. Et, paraît-il depuis mes dernières recherches, Pyros serait en passe de mourir ; il a entre 29 et 30 ans. Un âge canonique pour un ours; si il meurt il n'y aura plus de mâle vraiment pour reproduire l'espècedans les Pyrénées-Orientales. Nere et Cannellito sont les deux seuls ours existant dans les Pyrénéens Occidentales.Nere et Cannellito, le père et le fils, tournent en rond car il n'y a plus de femelles. Alors tôt ou tard, d'après mes sources, tôt ou tard sûrement, Cannellito, le plus jeune à moins que ce ne soit son père, iront chercher des femelles. Ils retourneront dans les Pyrénéens-Orientales et là qui rencontreront-il ? Pyros qui sera plus vieux, et sera sûrement battu par un ours plus jeune : ce sera soit le retour de Nere à l'est de la chaîne, soit celui deCannellito qui ira venger son père. L'histoire et le conte connaîtront, alors, un nouvel épisode.

@! : Alors quand peut-on attendre la réintégration de l'ours ?
O.D. : Dans la réalité, la réintégration de l'ours va être politique, on va suivre de près, avec Aqui, la tournure politique que prend la réintégration. Un ours devrait être réintégré dans le Béarn, une ours femelle au printemps, mais on a remarqué que Nathalie Kociuscko-Morizet ministre de l'environnement a mis la main sur le dossier de l'ours et que ça va être très politique. Jusqu'au présidentielle, ca va être un sujet politique,On disait les ours on voté Mitterrand a l'époque. La, question, désormais sera: est-ce que les ours voteront UMP ? Parce que c'est évident que le gouvernement va essayer de tirer parti de la sympathie pour l'ours, car l'ours est sympathique pour les gens des villes.


@! : Vous parlez beaucoup de l'ours mais en avez vous déjà vu ? Si non aimeriez-vous en voir un ?

O.D : Non, je n'ai jamais vu d'ours même pas dans un zoo mais oui, j'aimerais bien. C'est un animal sauvage. Ce qui doit être impressionnant c'est de voir une femelle avec son ourson.

Propos recueillis par Gabrielle Soulé

Partager sur Facebook
Vu par vous
990
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Baudouin de Menten | 13/02/2011

Les ours pyrénéens descendaient aussi dans les villages. les livres d'histoires des Pyrénées sont pleins de récits de ce genre. La désinformation des opposants finissent par payer. Les ours sont les mêmes, ils utilisent les mêmes chemins, se nourrissent de la même façon. Même espèce, même comportement. Le reste n'est que du régionalisme, voire du racisme. Vive la cohabitation et les Pyrénées sauvages.

l'outs | 15/02/2011

Monsieur Darrioumerle, votre position courageuse doit être saluée, même si vous subissez inconsciemment l'influence des arguments tendancieux des groupuscules anti que nous connaissons bien, comme le premier commentaire l'a justement signalé. Je voudrais indiquer que le noyau des Pyrénées centrale reste le plus important avec, au moins, une quinzaine d'ours. Le transfert d'une ourse vers le Béarn pourrait donc réamorcer le noyau occidental et doit être soutenu. Je suis à votre disposition pour vous rencontrer, ou en parler, si vous le jugez utile. Mon adresse e-mail a été donné à la rédaction. Je peux vous fournir toutes les informations objectives que vous jugeriez utiles pour une meilleure connaissance de ce dossier.
Jean-Paul Mercier auteur de "l'Europe des ours", ouvrage traitant de toutes les populations d'ours en Europe, qui vient de paraître.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !