Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

  • 17/10/18 | Les Foulées littéraires sportives

    Lire

    La 8ème édition des Foulées Littéraires auront lieu les 23 et 24 novembre au Pôle culturel et sportif du Bois Fleuri à Lormont avec pour thème "sport et humour". Vincent Clerc, ancien rugbyman, et Michel Iuttria, dessinateur de presse, en seront les invités d’honneur. Dès le 13 novembre le public pourra découvrir une grande rétrospective consacré à l’oeuvre de Michel Iturria et tout au long du Salon de nombreuses animations et temps forts sont attendus. Entrée gratuite.

  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | L'abeille, sentinelle menacée de l'environnement, au coeur d'une convention de partenariat entre L'Aquitaine et l'UNAF

29/10/2010 |

Convention de partenariat pour l'abeille

L'abeille aura été le sujet de la dernière délibération de la plénière d'automne du Conseil régional d'Aquitaine. Thème consensuel s'il en est, "l'abeillosceptique" n'ayant pas encore fait son apparition dans le PAF, de la droite à la gauche en passant par le centre, tout le monde s'accorde sur ce point : alors que depuis 1995, près de 30% de ses colonies disparaissent chaque année en France, l'abeille est, de manière exponentielle, en danger. Et avec elle, la biodiversité, et par voie de conséquence, dixit Einstein lui-même... l'humanité. La Région Aquitaine vient de signer avec l'Union Nationale de l'Apiculture Française (UNAF) une convention de partenariat au programme national baptisée "l'abeille, sentinelle de l'environnement", pour alerter, informer et sensibiliser le public aux différents périls qui menacent les abeilles et autres pollinisateurs sauvages.

Emploi abusif de produits sanitaires de plus en plus toxiques, remembrement, monoculture, ensilage, syndrome d'effondrement des colonies ou CCD (colony collapse disorder), virus, ondes de nos portables, frelon asiatique... la liste est longue des causes identifiées de mortalité chez les butineuses. En Europe, 30 à 40% des abeilles ont été décimés en moins de 10 ans, ce qui représente, en France, une disparition de 350 000 ruches par an. Une mortalité qui concernerait plus de 14 milliards d'abeilles  depuis 1997. Sans le travail des apiculteurs pour reconstituer leur cheptel, les abeilles auraient quasiment disparu de notre territoire. En France, le chiffre d'affaire induit par les abeilles s'élève à 2 milliards d'euros (source INRA), alors que 1 500 apiculteurs disparaissent chaque année. L'abeille qui contribue à la pollinisation de 80% des espèces de plantes à fleurs de la planète, est, de fait, essentielle au maintien de l'équilibre des écosystèmes naturels de notre agriculture : on estime que 35% de la production alimentaire dépend des abeilles. Or, au delà des abeilles, les insectes pollinisateurs subissent, eux aussi, une véritable hécatombe, mettant en péril le maintien de la biodiversité. Les chiffres parlent d'eux-mêmes,  un peu partout sur le globe, l'heure est grave.

Un plan national d'action appliqué au régional
Dans ce scénario catastrophe qui est tout sauf fictif, l'UNAF a lancé en 2005 au plan national l'action "L'abeille, sentinelle de l'environnement" pour alerter le grand public de cette situation inquiétante et tenter de protéger aussi bien l'abeille que l'apiculture qui en dépend. Un nombre croissant d'institutions et d'entreprises privées intègrent d'ailleurs ce dispositif, conscientes de l'importance de la préservation de cette faune pollinisatrice pour la sauvegarde des cultures et de la biodiversité. C'est ce que vient de faire la Région Aquitaine en adhérant et en s'engageant de manière concrète par la signature d'une charte. Celle-ci indique la non utilisation de produits toxiques et de pesticides dans les espaces verts, veille au développement de cultures sans OGM, à  la sensibiliation et à la connaissance de l'abeille et de l'apiculture, à l'information des agriculteurs sur le rôle pollinisateur de l'abeille. L'aide à une agriculture respectueuse de l'environnement, la promotion du rôle essentiel de l'abeille, sentinelle et actrice de la biodiversité et l'aide à l'installation de nouvelles colonies et de nouveaux apiculteurs y sont également mises en évidence.

Des mesures et des moyens
Dans le cadre de ce projet, l'UNAF procéderait à l'installation d'un rucher de 8 ruches peuplées  sur la toiture de l'Hôtel de région. Le suivi du programme et la mise en oeuvre des actions de sensibilisation et de promotioDixit Einsteinn réalisées par l'UNAF faisant l'objet d'un soutien financier triennal, par la Région, à hauteur de  16 400 € pour l'adhésion et l'installation des ruches et de 16 000 € par an pour le suivi et les actions de sensibilisation. Une décision approuvée par les groupes socialiste/PRG, Europe-Ecologie/les Verts, les groupes Modem et UMP s'étant abstenus, considérant l'enveloppe financière trop importante. Une action qui tombe en plein sommet international de Nagoya sur la biodiversité et qui pour l'heure met les projecteurs politiques sur un sujet aussi global que vital. Les apiculteurs, avant que de devenir une profession en voie de disparition, devraient apprécier. Tout comme les abeilles.

Isabelle Camus

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
938
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Isabelle | 28/10/2010

Les abeilles sont vraiment l'un des grands miracles de Mère Nature. Sait-on pour ne citer qu'un seul exemple, que le miel peut se conserver pour une durée allant jusqu'à... cinq cents ans! Et plus encore, dans l'absolu, puisque dans l'ancienne Égypte, il servait à l'embaumement des morts et à leur conservation. Ces insectes au corps minuscule, dont la durée de vie n'excède pas 45 jours, ont donc la capacité de fabriquer un produit moins périssable que tout ce que l'industrie agro-alimentaire humaine a pu inventer jusqu'à ce jour! Édifiant, n'est-ce pas? Je me souviens combien nous étions fascinés, enfants, lorsque l'institutrice nous racontait l'histoire des abeilles... Maintenant que les "sciences de la vie et de la terre" ont remplacé dans les écoles notre bonne vieille "leçon de choses", souhaitons que l'on continue à sensibiliser les enfants à cette richesse et à ses bienfaits. La transmission de cette connaissance est aussi l'une de nos responsabilités, et non des moindres, de parents ou de citoyens. C'est une amie à moi, Anne, qui a inventé le mot "méliophile", parce qu'à ce jour, les dictionnaires ne répertorient aucun mot pour définir les gens qui,comme nous, aiment passionnément les abeilles. L'éducation au respect des richesses de la nature passe aussi par les mots, qui sont énergie, et en trouver un digne de porter le drapeau de la passion pour la sauvegarde de nos chères petites, n'est pas chose facile. Avec Anne donc, nous avons eu beau chercher partout, nous n'avons rien trouvé de convaincant: "abeillophile", déniché au hasard du Web, c'est facile, pas cher,et ça ne rapporte rien ni à la langue française, ni à la poésie qu'il y a dans le fait d'être amoureux de ces petits êtres si ardents au travail pour le bien de l'ingrate humanité qui non seulement ne rend pas aux abeilles une parcelle du bienfait qu'elles lui donne, mais encore a fini par réussir à se faire croire que les abeilles avaient besoin d'elle pour ne pas disparaître! Bienvenue au royaume des pompiers pyromanes, ce monde à l'envers où Homo Sapiens Sapiens, loin de mériter le nom ronflant qu'il s'est attribué par usurpation d'identité, est devenu fou au point de scier en toute quiétude la frêle branche sur laquelle il est assis? lui et ses enfants, ce monde qui ne sait même pas comment appeler ceux qui aiment les abeilles pour de vrai! Donc, on la dit, "abeillophile", ce n'est pas beau et ça ne marchera pas. "Apicophile", pourquoi pas, mais mon amie et moi-même avons l'intuition que ce n'est pas encorela bonne formule. Alors, la nature ayant horreur du vide, Anne a décidé que le mot magique, il fallait l'inventer. Et comme sa grande fille se prénomme Melissa, et que le substantif latin Melis signifie "petite abeille" (désignant donc l'abeille ouvrière), tandis que le grec "Phileô" signifie "aimer, être amateur de, avoir de l'affection pour...", c'est donc par une hybridation tout à fait naturelle et courante en Français (pas comme celle des abeilles américaines), que le néologisme "méliophile" est sorti du néant! Eh bien, bonnes gens, désormais, un amoureux des abeilles, qu'il soit apiculteur ou seulement défenseur de leur cause, nous l'appellerons "méliophile". En outre, vous avouerez quand même que signer Isabelle en réaction à un article traitant des abeilles, on ne peut pas rêver mieux, n'est-ce pas ? Avez-vous remarqué que le prénom Isabelle est l'anagramme exacte du mot... Abeilles! Plus sérieusement, parmi les actions concrètes à mettre en ?uvre pour contribuer à la sauvegarde de l'espèce Apis Melifera, nous avons fait le choix de ne pas nous limiter au seul militantisme en paroles, ayant décidé de participer financièrement au parrainage d'une ruche par le biais du site "Un Toit pour les Abeilles", (c'est aussi pour faireconnaître cette démarche que je propose aussi ce message à votre bienveillance). Eh oui, je persiste et signe: vive les abeilles, et vive les... méliophiles!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !