aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | L’Agenda 21 fête ses 10 ans : Julie Chabaud raconte

06/07/2014 | Interview de Julie Chabaud, chargée de l’Agenda 21 au conseil général de Gironde.

Julie Chabaud, chargée Agenda 21 au Conseil Général

Formalisé par une délibération du conseil général en juin 2004, l’Agenda 21 de la Gironde fête en 2014 ses 10 ans d’existence. Pour ceux qui n’auraient pas encore très bien compris à quoi servait cette instance, ou pour ceux qui ont envie de l’approfondir pour en déceler les objectifs concrets, l’équipe d’Aqui est allé à la rencontre de Julie Chabaud, chargée de l'Agenda 21 au Conseil Général de Gironde. Interview.

@! : Bonjour Julie Chabaud, pouvez-vous définir qu’est-ce que l’Agenda 21 ?
Julie Chabaud :
L’Agenda 21 c’est un projet territorial de développement durable qui a été inventé au sommet international de Rio en 1992. Les chefs d’Etats se sont aperçus qu’il y avait des interdépendances entre les problèmes climatiques, les problèmes de biodiversité et les problèmes de pauvreté, mais aussi les problèmes démographiques, alors que les populations étaient traitées séparément. Un programme d’action international a été lancé : l’Agenda 21 mondial, qui s’est décliné en plusieurs protocoles sectoriels comme Kyoto sur le climat, Nagoya sur la biodiversité, Barcelone sur la culture, etc… Mais le problème, quand on travaille seulement sur des secteurs, c'est qu' on ne peut pas appréhender le problème dans son ensemble. Les chefs d’état ont donc mis dans la déclaration internationale de Rio le fait que finalement si on voulait prendre le problème avec toutes ses interdépendances, c’était au niveau local qu’il fallait agir. C’est là que sont nés les Agenda 21 locaux. Désormais, que l’on soit dans une petite commune de 500 habitants ou à la tête d’un département, l’Agenda 21 vise cinq finalités qui permettent de dialoguer entre les différents niveaux de collectivité : la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources, la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations, l’épanouissement des êtres humains,  et une dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables.

@ ! : Quels sont les acteurs de cet Agenda 21 ?
J.C :
Déjà dans une collectivité, tout le personnel en interne (agents, élus, cadres, représentants du personnel…). Ensuite il y a tous les partenaires institutionnels comme la Région, la CUB, la MSA, les chambres consulaires, etc…  Puis toutes les autres collectivités infra-départementales comme les communautés de commune, les communautés d’agglo, les communes, métropoles… et les partenaires supra-territoriaux : les protocoles internationaux, l’Europe, l’Etat national, les régions…

Mais également toutes les associations et collectifs citoyens qui d’ailleurs sont de plus en plus nombreux à se mobiliser sur un sujet donné. Et pour finir les établissements scolaires, les entreprises, et la population.

@ ! : Justement comment faire pour intégrer la population au débat ?
J.C :
On le fait de plusieurs manières. Tout au long de la construction de l’Agenda 21, il y a des temps de participation citoyenne. On fait des rencontres sur le territoire sous forme d’atelier pour se mettre d’accord sur les priorités. On se doit de prendre la température sur le territoire pour justifier pourquoi on fait certaines choses.

@ ! : Comment le cheminement d’une idée arrivet-elle jusqu'à la mise en œuvre ?
J.C :
On a plusieurs instances et plusieurs moyens. On a la méthode spirale où on travaille sur qu’est ce qui fait le bien être pour les gens et qu’est ce qui fait leur mal-être ? Et donc qu’est-ce qu’on peut faire pour améliorer tout ça… ? Ceci débouche, en général, sur des programmes d’action avec eux, en action directe avec des choses qu’on peut réaliser tous ensemble. Il faut démontrer aux gens qu’ils ont le pouvoir d’agir… Puis il y a des travaux un peu plus institutionnels. Hier, par exemple, j’étais avec des personnes de l’ONU qui s’occupent des objectifs du millénaire, mais aussi avec le ministère et les réseaux d’associations de société civile. On a travaillé sur la définition des leviers de transformation des éléments de blocage. Le pouvoir d’agir est présent à toutes les échelles.

@ ! : Cela fait 10 ans que l’Agenda 21 a été mis en place en Gironde, qu’est ce qui a évolué, et qu’est ce qui demeure inchangé ?
J.C :
Ce qui a évolué est la manière de travailler en intégrant le développement durable. C’est désormais rentré dans le logiciel du département. Mais on a de moins en moins de ressources financières. Alors qu’on en a vraiment besoin dans certains cas, notamment par rapport au logement… Après le poids des lobbies n’a pas évolué. Nous ne sommes pas encore en rupture pour qu’on puisse faire tous ce que l’on désire. À un moment donné la filière énergie renouvelable était partie à "fond les gamelles", et elle s’est faite casser sous la pression des lobbies. Le vieux système résiste, d’autant plus fort qu’il sait qu’il est fini… C’est pour cela que l’on a besoin de la puissance du collectif et de ses mises en action à tous les niveaux parce que nous, on n’a pas des milliards de dollars…

@ ! : Comment expliquez-vous que des beaux projets de développement durable, préservation de la biodiversité sont effectués et qu’en parallèle, le conseil général peut apparaître en contradiction avec cet agenda 21 en soutenant des projets tels que la LGV par exemple… ?
J.C :
C’est comprendre qu’à chaque fois qu’il y a des choix, une hiérarchie d’importance est établie dans les décisions. Aujourd’hui l’emploi, aussi fallacieux puisse-t-il être parfois, est un argument qui écrase tout le reste. On n’a pas changé le logiciel de la croissance économique, alors que ce système-là a échoué, et on sait bien que c’est fini. Mais le problème c’est que les trois quart des gens qui sont dans les équipes de réflexions ont été formés au vieux logiciel de la croissance des années 80… Donc voilà, les mêmes décideurs peuvent à la fois très bien intégrer le référentiel du développement durable et au moment où sur leur territoire il est question d’activité économique, ils lâchent…malheureusement c’est ainsi que ça se passe, éspérons qu'un jour ça puisse changer !

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3167
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !