Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/01/20 | Bordeaux: Le Passeport Escales se jette à l'eau

    Lire

    Levez les amarres ! Le Passeport Escales organise sa journée annuelle jeudi 30 janvier prochain, de 10h15 à 16h30 à Bordeaux, au Village By CA Aquitaine (11 Cours du 30 Juillet). L’occasion de découvrir ce passeport en partenariat avec Atout Port, qui offre des nuits d’escales gratuites dans des ports de toute l’Europe. Pour assister à cette journée animée par Claire Saphore responsable filière mer et tourisme Crédit Agricole et Marina Le Corguillé, directrice du développement Atout Ports, réservation obligatoire à claire.saphore@ca-aquitaine.fr

  • 28/01/20 | Michelin : moisson d'étoiles en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le palmarès de l'édition 2020 du guide Michelin a été dévoilé ce lundi à Paris. Christopher Coutanceau, chef rochelais, y obtient une troisième étoile et vient ainsi côtoyer Michel Guérard et ses "Prés d'Eugénie". Au total, en Nouvelle-Aquitaine, dix nouveaux restaurants se voient décerner une première étoile dont trois à Bordeaux, un à Biarritz (Alexandre Bousquet) et un duo à Saintes (Jérôme Dallet et Coralie Le Diraison). Avec son restaurant du Pyla-sur-Mer "Le Skiff Club", le chef Stéphane Carrade, lui, gagne une deuxième étoile.

  • 28/01/20 | Rentrée sportive pour les jeunes de l'antenne catamaran Royan Atlantique

    Lire

    Après un début d'hiver au repos, retour à l'entraînement pour les jeunes navigateurs du Pôle d’Entraînement Régional Royan Atlantique. Les sportifs de 11 à 18 ans remonteront sur leurs bicoques le mercredi 29 janvier à 16h30 à la base nautique de Saint-Georges-de-Didonne. En plus de cette antenne catamaran, la Nouvelle-Aquitaine compte cinq autres pôles régionaux avec Claouey, Arcachon, Hourtin, Lacanau et La Rochelle.

  • 28/01/20 | En Dordogne, le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 4 % sur un an

    Lire

    La Dordogne a vu son nombre de chômeurs de catégorie A (sans emploi) baisser de 1,4 % au 4e trimestre 2019, soit 270 chômeurs de moins sur l'ensemble du département entre le 3e et le 4e trimestre. Sur un an, la baisse du chômage en Dordogne est de 4%. On compte aujourd'hui 19 440 demandeurs d'emploi. En ce qui concerne les demandeurs d'emploi qui sont inscrits à Pôle Emploi sans activité ou avec une activité partielle (catégories A,B,C) la baisse est de 1,6% au quatrième trimestre 2019 et 3,7% sur un an.

  • 27/01/20 | Coronavirus : le patient bordelais dans un état "stable"

    Lire

    L'équipe médicale du CHU a fait le point sur l'état de santé du patient atteint du coronavirus hospitalisé à Bordeaux, jugé "stable". Selon les responsables, six personnes ayant été en contact avec l'homme de quarante-huit ans admis à l'hôpital vendredi sont actuellement sous surveillance. Parmi elles, quatre personnes (deux mères de famille et deux enfants en bas-âge) présentent "un risque plus important" car elles ont été en contact avec le patient dans le même cabinet de consultation. Les deux adultes sont en confinement à domicile pendant quatorze jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | L’Agenda 21 fête ses 10 ans : Julie Chabaud raconte

06/07/2014 | Interview de Julie Chabaud, chargée de l’Agenda 21 au conseil général de Gironde.

Julie Chabaud, chargée Agenda 21 au Conseil Général

Formalisé par une délibération du conseil général en juin 2004, l’Agenda 21 de la Gironde fête en 2014 ses 10 ans d’existence. Pour ceux qui n’auraient pas encore très bien compris à quoi servait cette instance, ou pour ceux qui ont envie de l’approfondir pour en déceler les objectifs concrets, l’équipe d’Aqui est allé à la rencontre de Julie Chabaud, chargée de l'Agenda 21 au Conseil Général de Gironde. Interview.

@! : Bonjour Julie Chabaud, pouvez-vous définir qu’est-ce que l’Agenda 21 ?
Julie Chabaud :
L’Agenda 21 c’est un projet territorial de développement durable qui a été inventé au sommet international de Rio en 1992. Les chefs d’Etats se sont aperçus qu’il y avait des interdépendances entre les problèmes climatiques, les problèmes de biodiversité et les problèmes de pauvreté, mais aussi les problèmes démographiques, alors que les populations étaient traitées séparément. Un programme d’action international a été lancé : l’Agenda 21 mondial, qui s’est décliné en plusieurs protocoles sectoriels comme Kyoto sur le climat, Nagoya sur la biodiversité, Barcelone sur la culture, etc… Mais le problème, quand on travaille seulement sur des secteurs, c'est qu' on ne peut pas appréhender le problème dans son ensemble. Les chefs d’état ont donc mis dans la déclaration internationale de Rio le fait que finalement si on voulait prendre le problème avec toutes ses interdépendances, c’était au niveau local qu’il fallait agir. C’est là que sont nés les Agenda 21 locaux. Désormais, que l’on soit dans une petite commune de 500 habitants ou à la tête d’un département, l’Agenda 21 vise cinq finalités qui permettent de dialoguer entre les différents niveaux de collectivité : la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources, la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations, l’épanouissement des êtres humains,  et une dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables.

@ ! : Quels sont les acteurs de cet Agenda 21 ?
J.C :
Déjà dans une collectivité, tout le personnel en interne (agents, élus, cadres, représentants du personnel…). Ensuite il y a tous les partenaires institutionnels comme la Région, la CUB, la MSA, les chambres consulaires, etc…  Puis toutes les autres collectivités infra-départementales comme les communautés de commune, les communautés d’agglo, les communes, métropoles… et les partenaires supra-territoriaux : les protocoles internationaux, l’Europe, l’Etat national, les régions…

Mais également toutes les associations et collectifs citoyens qui d’ailleurs sont de plus en plus nombreux à se mobiliser sur un sujet donné. Et pour finir les établissements scolaires, les entreprises, et la population.

@ ! : Justement comment faire pour intégrer la population au débat ?
J.C :
On le fait de plusieurs manières. Tout au long de la construction de l’Agenda 21, il y a des temps de participation citoyenne. On fait des rencontres sur le territoire sous forme d’atelier pour se mettre d’accord sur les priorités. On se doit de prendre la température sur le territoire pour justifier pourquoi on fait certaines choses.

@ ! : Comment le cheminement d’une idée arrivet-elle jusqu'à la mise en œuvre ?
J.C :
On a plusieurs instances et plusieurs moyens. On a la méthode spirale où on travaille sur qu’est ce qui fait le bien être pour les gens et qu’est ce qui fait leur mal-être ? Et donc qu’est-ce qu’on peut faire pour améliorer tout ça… ? Ceci débouche, en général, sur des programmes d’action avec eux, en action directe avec des choses qu’on peut réaliser tous ensemble. Il faut démontrer aux gens qu’ils ont le pouvoir d’agir… Puis il y a des travaux un peu plus institutionnels. Hier, par exemple, j’étais avec des personnes de l’ONU qui s’occupent des objectifs du millénaire, mais aussi avec le ministère et les réseaux d’associations de société civile. On a travaillé sur la définition des leviers de transformation des éléments de blocage. Le pouvoir d’agir est présent à toutes les échelles.

@ ! : Cela fait 10 ans que l’Agenda 21 a été mis en place en Gironde, qu’est ce qui a évolué, et qu’est ce qui demeure inchangé ?
J.C :
Ce qui a évolué est la manière de travailler en intégrant le développement durable. C’est désormais rentré dans le logiciel du département. Mais on a de moins en moins de ressources financières. Alors qu’on en a vraiment besoin dans certains cas, notamment par rapport au logement… Après le poids des lobbies n’a pas évolué. Nous ne sommes pas encore en rupture pour qu’on puisse faire tous ce que l’on désire. À un moment donné la filière énergie renouvelable était partie à "fond les gamelles", et elle s’est faite casser sous la pression des lobbies. Le vieux système résiste, d’autant plus fort qu’il sait qu’il est fini… C’est pour cela que l’on a besoin de la puissance du collectif et de ses mises en action à tous les niveaux parce que nous, on n’a pas des milliards de dollars…

@ ! : Comment expliquez-vous que des beaux projets de développement durable, préservation de la biodiversité sont effectués et qu’en parallèle, le conseil général peut apparaître en contradiction avec cet agenda 21 en soutenant des projets tels que la LGV par exemple… ?
J.C :
C’est comprendre qu’à chaque fois qu’il y a des choix, une hiérarchie d’importance est établie dans les décisions. Aujourd’hui l’emploi, aussi fallacieux puisse-t-il être parfois, est un argument qui écrase tout le reste. On n’a pas changé le logiciel de la croissance économique, alors que ce système-là a échoué, et on sait bien que c’est fini. Mais le problème c’est que les trois quart des gens qui sont dans les équipes de réflexions ont été formés au vieux logiciel de la croissance des années 80… Donc voilà, les mêmes décideurs peuvent à la fois très bien intégrer le référentiel du développement durable et au moment où sur leur territoire il est question d’activité économique, ils lâchent…malheureusement c’est ainsi que ça se passe, éspérons qu'un jour ça puisse changer !

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
8034
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !