11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

  • 10/08/22 | Le feu inquiète de nouveau en Gironde et dans les Landes

    Lire

    Le feu de Landiras a repris au niveau de la commune de Saint-Magne mardi, en sortant de la zone dans laquelle il avait été fixé, nécessitant l’intervention de 500 sapeurs-pompiers, appuyés par des avions bombardiers d’eau. 6 000 ha ont brûlé à Hostens. Le feu très virulent s’est étendu au département des Landes. Plus de 5000 personnes ont été évacuées et seize maisons détruites à Belin-Beliet. Le front de l’incendie se dirige vers l’A63 (Bayonne-Bordeaux) où la vitesse est abaissée à 90 km/h.

  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | L'eau au coeur des priorités d"Adour-Garonne" et "Loire-Bretagne"

13/10/2020 | Ce lundi 12 octobre, Fabienne Buccio, Alain Rousset, Guillaume Choisy et Martin Gutton, se sont retrouvés afin de signer la convention de partenariat dans le domaine de l’eau.

1

Ce lundi 12 octobre, Fabienne Buccio, préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Guillaume Choisy et Martin Gutton, directeurs généraux des agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, se sont retrouvés afin de signer la convention de partenariat dans le domaine de l’eau pour la période 2020-2021. Dans le respect des règles sanitaires, masques sur le nez, c’est enthousiastes qu’ils ont effectué ce geste symbolique, dans les locaux de Bordeaux Science Agro.

La région Nouvelle-Aquitaine est à cheval entre deux bassins. Celui de la Loire-Bretagne qui représente 21% de son territoire, et Adour-Garonne, 79% de celui-ci. Les milieux aquatiques de la région, c’est 74 000 kms de cours d’eau, soit presque deux fois le tour du monde ! Oui oui, deux fois… Inutile de préciser donc que les milieux aquatiques sont des éléments-clés du patrimoine régional. Avec notamment 24 000 kms de cours d’eau qui sont classés au titre de la protection de leur continuité écologique. « Pour le bassin Loire-Bretagne en Nouvelle-Aquitaine, seulement 27% des cours d’eau sont en bon état. Donc on a un gros travail à faire », souligne Martin Gutton, directeur général de l’agence de l’eau Loire-Bretagne. « L’enjeu de l’eau c’est probablement un enjeu essentiel aujourd’hui sur la qualité d’un territoire », explique Alain Rousset, président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine. D’où l’importance de cette convention. 

 « C’est une convention ambitieuse dans ses objectifs »

Le but de cette convention, c’est bien évidemment d’améliorer la qualité de l’eau, mais pas que ! « L’objectif de cette convention c’est protéger l’eau, garantir le maintien de la bonne qualité. Mais aussi assurer sa disponibilité, en faire un usage économique et raisonné pour qu’elle continue d’alimenter correctement le réseau hydrographique, les réservoirs, les zones humides, qui fournissent ainsi les nouveaux services écosystémiques dont nous dépendons de manière incontournable », développe Fabienne Buccio, préfète de la région Nouvelle-Aquitaine. Il s’agit également de relever le défi du changement climatique en limitant ses effets sur la ressource en eau. Notamment en incitant aux changements profonds de pratiques et de comportements. « C’est une convention ambitieuse dans ses objectifs », exprime Martin Gutton. « Peut-être que face aux changements climatiques, une partie des solutions peut être trouvée dans un fonctionnement plus naturel, plus écologique des milieux et c’est aussi une façon de préserver ou reconquérir une partie de la biodiversité. C’est l’intérêt de la convention de se fixer des objectifs quantifiés », ajoute-t-il.

Dit comme ça, ça ne parle peut-être pas beaucoup. Alors concrètement, qu’est-ce qui va être mis en place? D’ici la fin 2021, et en cohérence avec les objectifs fixés par les Assises nationales de l’eau et la feuille de route Neo-Terra, l’action conjuguée des partenaires permettra plusieurs choses. D’une part, d’accompagner la réhabilitation de plus de 2000 ha de zones humides. D’autre part, la restauration du bon fonctionnement hydromorphologique de 1200 kms de cours d’eau, ou encore l’accompagnement d’exploitants agricoles dans la limitation de leur utilisation des pesticides (ce qui concerne 70 000 ha).  

 « L’agro-écologie c’est un acte et un enjeu essentiel »

« Le développement de l’agro-écologie est un axe essentiel », pour Guillaume Choisy, directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne. Propos confirmé par Martin Gutton qui exprime qu’« il y a une nécessité d’accompagner la transition écologique de l’agriculture, qui est aussi un objectif de cette convention ». Toutefois, Alain Rousset, tient à souligner que « tout le monde est concerné, on ne peut pas se focaliser seulement sur l’agriculture ». D’ailleurs selon lui, « il est important de poursuivre le travail avec les scientifiques et les grandes écoles, parce qu’il y a un avantage, c’est que ça mène à déconflictualiser le rapport à l’autre ». Dans ce domaine agricole, l’objectif des partenaires est d’accompagner le changement des pratiques. Concrètement, cela se traduit par leur action commune dans le cadre du programme régional Re-sources afin de favoriser une eau de qualité - pour le maintien d’activités comme l’aquaculture, la baignade ou encore le tourisme - en réduisant les pollutions, en particulier sur les aires d’alimentation de captage d’eau potable prioritaires. En plus de tout cela, la convention permettra de coordonner des actions communes dans le cadre des appels à projets partenaires, comme sur la préservation des zones humides ou sur les continuités écologiques aquatiques. « L’agro-écologie c’est un acte et un enjeu essentiel à la fois pour préserver la quantité d’eau mais aussi pour préserver la qualité des sols », explique Guillaume Choisy.

En clair, « l’écologie est au centre du jeu et la convention est un enjeu majeur pour la région et pour la vie de chacun de nos concitoyens », exprime Fabienne Buccio. « Cette signature arrive dans un moment particulier. Elle arrive après un été de sécheresse sévère, dont nos agriculteurs sont les premiers à souffrir. Mais aussi dans un moment de difficultés économiques lié à la Covid-19 », poursuit Madame la préfète. Il est important de souligner que tout le monde est d’accord dans ce projet, où « tout l’enjeu de cette convention, c’est de trouver des axes et stratégies communes », déclare Guillaume Choisy. Cette convention fera l’objet d’une évaluation fin 2021, en vue de sa reconduction. 

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
28098
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !