Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

  • 19/10/18 | Hot Vienne et son colloque international

    Lire

    Dans le cadre de la saison culturelle Hot Vienne, Limoges se la joue jazz. Passionnés du jazz de renom se retrouveront lors du colloque international dédié au jazz du 22 au 24 octobre à la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges. Durant ces 3 jours, les 25 intervenants se succéderont pour s’exprimer sur les figures emblématiques du genre autour de thèmes l’écriture du jazz ou son histoire à Limoges. Entrée libre et gratuite.

  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | L'inquiétude des pères de famille

09/04/2008 |

Garosses

26 février 2008, 18 h 30. La salle de réunion de l'Ajahg, le Club de prévention situé au coeur de Génicart, est trop petite pour contenir tout le monde : les retardataires se pressent dans le couloir et tendent le visage pour écouter, la mine inquiète. Ils sont une trentaine de locataires, essentiellement des pères de familles immigrées, à être venus rencontrer les responsables de Domofrance, l'un des trois principaux organisme HLM du quartier.

Jean-Marc Pesques, le nouveau responsable de l'antenne Génicart depuis un mois, présente Domofrance et la rénovation du quartier : « Beaucoup de ces tours et barres ont été construites dans les années 1960 pour reloger les rapatriés d'Algérie. Aujourd'hui on ne construit plus de grands ensembles, on essaie de rendre la ville aux habitants, que l'environnement soit un peu moins dur, un peu moins dense. C'est pourquoi en novembre 2006, une convention de rénovation urbaine a été signée à Génicart."

Mais les participants ne sont venus écouter des idées générales. Ils veulent obtenir des réponses aux questions concrètes qu'ils se posent qui tournent autour de ces deux interrogations : « Quand ? » et « Où ? » leurs familles seront-elles relogées ? Car depuis quelques temps rues Garosse et Rousseau, où les barres d'immeubles doivent être détruites, le rythme des relogements baisse et les familles vivent dans des bâtiments à moitié vide. M. Rodeau, chargé du relogement Génicart, assurent que les familles de l'immeubles Garosse seront relogées « cet l'été ou à la fin de l'année », mais, ajoute-t-il, « je manque cruellement de logement neufs ».

Une femme intervient : elle ne veut pas aller dans le neuf qui coûte plus cher, elle veut de l'ancien. M. Rodeau insiste sur les avantages du neuf, mieux isolés, mieux insonorisé, on entend moins la rue, les voisins... De plus, quand le loyer augmente, les APL suivent souvent, il faut évaluer le coût du loyer résiduel. « Il faut que chacun trouve un arrangement « dans la limite du raisonnable » », avance-t-il sans convaincre. Pour beaucoup, l'affaire est entendue, les logements neufs sont plus chers, à cause de l'individualisation de la facture d'eau et de gaz. (lien : intro Génicart)

Les conditions du relogement pas toujours très claires
Plusieurs questions abordent les conditions du relogement, notamment pour les faibles revenus. M. Rodeau explique que la loi ANRU prévoit 6 mois de délai et impose une seule proposition de logement adapté. « Domofrance fait mieux. C'est pour cela que je suis là. Je fais jusqu'à trois proposition. Je n'impose rien, on fait ça en douceur. »En ce qui concerne les délais, il ne peut pas traiter tout le monde en même temps. Il lui reste une quarantaine de familles à reloger à Garosse. « 7 à 8 familles sur 10 sont très attachées à la commune. J'ai des logements ailleurs mais je comprends que les gens veulent rester à Lormont. Garosse, c'est essentiellement des T4, il y a donc beaucoup de demandes de T4 ou de T5 mais il y en a peu actuellement. Ils vont être construits. » (lien : fiche pratique conditions du relogement)

La taille des logements
C'est sur cette question que se focalise l'attention : il y a peu de logements neufs de prévus avec 4 pièces et encore moins de 5 pièces. Les famille nombreuses, ce qui est souvent le cas des familles d'origine étrangère, ont l'impression d'être les oubliés de la rénovation urbaine. M. Pesquès explique : « Pourquoi ne construit-on pas beaucoup de T5 aujourd'hui ? La réponse tient à la logique : les études statistiques et démographiques montre que la tendance est à la réduction de la taille de la famille, avec au maximum deux enfants. On construit pour un siècle, donc on anticipe. La grande majorité de la demande est pour des petits logements. » L'argument suscite l'incompréhension. Un locataire s'exclame : « C'est donc pour envoyer les familles nombreuses, ailleurs, plus loin ! » Un autre renchérit: « Moi j'ai 5 enfants et mon fils, il ne va en faire que 2 ? ! Il va en faire peut-être plus, alors il va loger où ? ». L'incompréhension s'installe, le responsable de Domofrance insiste sur les études statistiques mais les locataires parlent de leur situation actuelle. Une femme prend la parole : « Aujourd'hui la préoccupation des gens, et des familles nombreuses, c'est de trouver un lieu de vie dans de bonnes conditions. Ils ne veulent pas être expatriés, il y a la question de l'école, de la famille, du réseau social, du travail qui n'est pas loin, parfois. »

Un locataire avance qu'avec la situation économique actuelle et l'important taux de chômage sur la ville, il y a peu de possibilités pour que les aînés puissent trouver un appartement. S'ils se marient, cela fera une personne de plus à la maison. Comment faire alors,s'il n'y a pas de grands logements ? M. Rodeau dit qu'il est possible de faire dans ce cas des « décohabitations », c'est-à-dire répartir une famille dans deux ou trois logements. « Malheureusement, il n'y a pas assez de logements. Je ne peux le faire que dans les cas critiques ».

Le rêve du « pavillon social »
Arrivée en retard, M. B. est cependant bien décidé à se faire entendre. Cela fait 10 ans qu'il demande un T5. Il voudrait avoir aujourd'hui pour sa famille nombreuse une maison. Il accuse Domofrance de la lui refuser et de vouloir le mettre devant le fait accompli « où vous prenez ce qu'on vous propose, ou vous dégagez ailleurs ». Une vive discussion s'ensuit avec le responsable de Domofrance qui connaît bien son cas : « Des T5 ou T6, il n'y en a pas, il n'y en a plus. Il faut être raisonnable, vous avez un 77 m2 aujourd'hui, on vous propose un 112 m2 à Lormont en appartement et vous refusez, une maison à Ambarès et vous refusez. Vous discutez aussi le prix. On ne peut pas avoir une maison, neuve, pus grande pour moins cher ! » M. B. n'en démord pas, il estime qu'il a droit à une maison, que cela fait des années qu'il attend et il veut rester à Lormont. Le ton monte, le responsable de Domofrance l'accuse de « vouloir profiter du relogement ». Deux logiques s'affrontent, difficilement conciliables. En créant de nouvelles opportunités, le GPV a aussi ravivé de légitimes attentes qui ne seront sans doutes pas toutes comblées. Alors que toute la société ne jure que par la maison individuelle et que le gouvernement veut faire de chaque Français un propriétaire, les familles modestes ont pu caresser un moment le rêve d'habiter un pavillon, que cela soit en location ou en accession. La réalité reste plus dure. M. Rodeau soupire : « il n'y a pas de pavillon disponible à Lormont pour l'instant. »
Même pour un appartement, les tarifs restent chers : pour un F4, il faut compter plus de 150 000 euros, soit avoir des revenus mensuels de 3000 à 3500 euros.

Eloigner les « cas soc' » ?
Un locataire synthétise le sentiment de beaucoup de participant : « La mixicité sociale, on l'entend dans les médias mais on ne la voit pas autour de nous. On a l'impression qu'on essaie de mettre les « cas sociaux » plus loin ».Il réclame aussi des espaces pour mieux vivre ensemble, dans la diversité culturelle, ethnique et sociale : des salles de réunion, des salles polyvalentes pour les mariages. « Les problèmes vont s'aggraver, il faut prévoir des pôles d'activité pour toute une jeunesse ». Une des responsable de l'association qui accueille la réunion soupire « Même l'Ajahg ne sait pas où elle va aller, une fois les tours détruites... » M. Pesquès répond « Nous ne sommes que des bailleurs sociaux, on gère les logement le petit commerce. Cette question dépasse notre compétence. Cela relève de la politique de la ville dont nous sommes une composante parmi d'autres. »

Vincent Goulet

 

Photographie : Alban Gilbert 

Partager sur Facebook
Vu par vous
942
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !