12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | La centrale photovoltaïque du Gabardan dans les Landes : le difficile équilibre entre production énergétique et protection de l'environnement

13/10/2009 |

La visite de la centrale du Gabardan

En octobre 2007, la communauté de Commune du Gabardan, située à l'extrême Nord Est du département des Landes, signait avec EDF Energies Nouvelles, une promesse de bail portant sur la mise à disposition de 317 ha de terrain. Ici commençait l'aventure du chantier de la plus grande centrale photovoltaïque d'Europe. Deux ans plus tard, alors que le chantier est bien avancé, Aqui! visite l'ouvrage, en compagnie de représentants d'EDF, d'EDF-EN ainsi que de la SEPANSO, association de protection de l'environnement reconnue d'utilité publique. Compte rendu d'une matinée entre conviction pour les uns et inquiétude pour les autres.

En quelques chiffres la future centrale photovoltaïque du Garbardan, ce sera 317 ha de superficie, 1 million de panneaux solaires, une production de 76 MWc, permettant l'alimentation électrique de quelques 33000 foyers par an. Le tout, pour un investissement financier global de 300 millions d'euros. Autant dire un projet d'envergure. D'envergure et d'innovation puisque 13 ha de sa surface sont réservés à l'implantation de panneaux solaires dits « trackers », produits par une jeune société de Martillac, en Gironde, Exosun. David Augeix, Directeur d'EDF EN pour la région sud nous explique que « la caractéristique de ces panneaux est de pouvoir suivre la course du soleil grâce à leur possible inclinaison sur deux axes. Cette technologie permet une production plus importante qu'avec des panneaux fixes, mais pour un investissement également plus élevé ». Le chantier de cette partie expérimentale est d'ailleurs pratiquement terminé et le raccordement à la centrale de Barbotan est prévu dés le mois de décembre prochain. Sur ces 13 ha, les panneaux trackers produiront 2MWc d'électricité.

Raccordement à partir de juin 2010
La deuxième partie du chantier, divisée en sept tranches, est uniquement composée de panneaux photovoltaïques fixes. Pour un meilleur rendement, « ils sont orientés plein sud avec une inclinaison de 25% ». Coté calendrier, « les cinq premières tranches seront raccordées à la centrale de Barbotan en décembre 2010, avec une première étape en juin où les deux premières tranches, actuellement presque achevées, seront raccordées les premières ». Pour les tranches 6 et 7, qui n'ont d'ailleurs pas encore été défrichées,les travaux auront lieu à une date ultérieure, non encore définie.

Un "paysage" étonnant Panneaux photovoltaïques de la centrale du Gabardan
Coté « paysage », le spectacle est pour le moins étonnant. Sur des centaines de mètres, des rangées de 1200 mètres de panneaux, s'alignent les unes derrière les autres. Mais la nature s'invite déjà puisque de nombreuses fougères tapissent le sol, prémisse d'une adaptation future entre l'environnement et ces drôles de nouveaux hôtes. A la vue du spectacle, Philippe Barbedienne, Secrétaire général de la SEPANSO s'exclame : « ça me fait mal de voir ce genre de paysage. C'est malheureux d'avoir défriché 300 ha de forêt pour ça ! ». Antoine Cuerq, Délégué régional d'EDF en Aquitaine est, quant à lui, très satisfait de ce qu'il voit : « De l'énergie, il en faut et il continuera d'en falloir. Désormais, l'objectif est de la produire de la manière la moins impactante possible. Et cette centrale du Gabardan va tout à fait dans ce sens.»

Préserver autant que faire se peut le milieu naturel
D'autant plus que la Commune de Losse, en coordination avec les services de l'Etat et l'Office National des Forêts, s'est engagée sur un certain nombre de mesures visant à compenser le déboisement de ces parcelles. Deux méthodes de compensation sont envisagées : l'acquisition de forêts privées et le boisement de terrains non forestiers. Au chapitre des « précautions environnementales » s'inscrit également la réversibilité du projet prévue par le bail conclu avec EDF. Selon les termes du contrat, en cas de non renouvellement du bail à son terme (dans quinze ans), le démantèlement des installations, leur recyclage et la remise en état du site devront être réalisés. Mais il en faut plus pour convaincre Pierre Davant, Président de la SEPANSO et Philippe Barbedienne quant à la pertinence du projet, d'autant que selon eux « une fois que la centrale sera là, elle y sera pour y rester ». Les engagements pris par EDF-EN pour préserver autant que faire se peut le milieu naturel du site et de ses environs, n'ont d'ailleurs pas plus de succès auprès des militants.

"Un manque de réglementation dangereux pour l'environnement"
La tranche 4 en cours de construction en lieu et place de la forêtSi la SEPANSO approuve dans son principe le développement du recours à l'énergie photovoltaïque, c'est la logique industrielle de ce développement qui lui déplaît. « Pour des raisons de rentabilité économique, on choisit délibérément des espaces à la fois proches des lignes, et présentant le minimum de contraintes techniques : à savoir des espaces plats et dégagés, consacrés jusqu'à présent à la friche, à l'agriculture, ou à la forêt. C'est le cas de la centrale du Gabardan ». S'ajoute à cela un prix du foncier beaucoup plus important que celui du revenu forestier (10 fois plus important selon les chiffres de la DRIRE). « On peut alors comprendre que les propriétaires cèdent vite à la pression des promoteurs du photovoltaïque « au sol », au lieu de restaurer les puits de carbone que sont nos forêts ». Et Pierre Davant d'insister : « il manque de réglementation en la matière, c'est grâce à ce vide juridique que ce genre de centrale risque de se multiplier, faisant courir un réel danger à notre environnement à commencer par la forêt des Landes ». Antoine Cuerq, quant à lui, reconnaît que "s'il est vrai que de nombreux opérateurs sont intéressés par la démarche, compte tenu d'un prix de rachat de l'électricité particulièrement intéressant, ça ne veut pas dire pour autant que ces projets vont aboutir. De nombreux problèmes peuvent se poser, à commencer par la capacité de financement des opérateurs, la viabilité des exploitations, etc..."

Vers le développement d'une filière en France...
Autre problème soulevé par la SEPANSO : les centres de fabrication des panneaux solaires sont le plus souvent situé à l'étranger, notamment en Asie. Par conséquent, le bilan carbone d'un chantier comme celui du Gabardan (fabriqués en Malaise) est loin d'être exemplaire... Mais sur ce point, les choses vont s'améliorer. Antoine Cuerq a en effet annoncé qu'en conformité avec la volonté des pouvoirs publics de créer une filière photovoltaÏque en France, un accord a récemment été passé entre EDF EN et la société First Solar. Ce contrat, à hauteur de 80 millions d'euros d'investissements de la part d'EDF, vise à l'implantation d'une usine de panneaux photovoltaïques en France. Autre bonne nouvelle pour les partisans d'une énergie photovoltaïque réellement sans incidence sur l'environnement: Antoine Cuerq a également annoncé la pose de panneaux solaires au dessus du parking du Parc des Expositions de Bordeaux. Entre énergéticiens et défenseurs engagés de l'environnement des passerelles parfois se forment.

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
1143
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
BARDET | 12/10/2009

Trés bon article , posant bien les questions.
D'autres pourtant : Outre les dégats à la forêt et l' esthétique
discutable de ces énormes surfaces , quel éco bilan espère t on ?
Construction , déconstruction, recyclage (?): Pollution ,dépense d'
énergie etc..Quel rapport Puissance / Surface occupée?(..modeste..!)
Durée de vie -utile- réelle ?
Et un constat :L'intérêt écologique disparait devant celui du profit
Qu' EDF arrête de racheter généreusement ces kWh "verts" et l'armée
des nouveaux écolos sera vite anéantie ! C'est consternant !
Un ancien (et toujours) écolo /énergéticien.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !