Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | La Dordogne, balayée par de violents orages

05/07/2018 | Hier vers 17 h, un violent orage a touché la Dordogne. Les dégâts sont considérables notamment sur l'agglomération de Périgueux. 135 communes sont très touchées.

Le parc des Izards à Coulounieix Chamiers offre un paysage de désolation

Ce mercredi, aux alentours de 17 h, un fort épisode orageux a touché la Dordogne. De bourrasques jusqu'à 120 km/h ont été enregistrées ainsi que des fortes précipitations. Plus de 400 interventions des sapeurs pompiers ont été déclenchées sur le département. Les dégâts sont importants. La circulation des trains a aussi été interrompue et reprend progressivement. 75 000 foyers sont sans électricité sur le département. Enedis a mis en place 3 cellules de crise à Périgueux, Bergerac et Sarlat. 200 agents mobilisés, des renforts des départements voisins étaient attendus dans la journée.

Pour certains élus, le violent  épisode orageux qui a fortement touché le département de la Dordogne mercredi en fin d'après-midi est pire que la tempête de décembre 1999 en termes de conséquences et de dégâts. Jean-Pierre Roussarie, maire de Coulounieix-Chamiers, une commune de l'agglomération périgourdine, a du mal à cacher son émotion. "On va mettre des mois à remettre notre ville en état.  L'épisode n'a pas duré plus 50 minutes mais il fut d'une violence extrême. Je vais demander le classement de la commune en état de catastrophe naturelle à la préfète de la Dodogne."  Il est tombé 45 mm de pluie (soit 45 litres par mètre carré) à Coulounieix-Chamiers, en quarante minutes, selon les relevés effectués par la station Météo France d’Agen – La Garenne.

Dès hier soir, le maire était avec ses conseillers et ses agents municipaux pour constater les dégâts. Depuis six heures ce jeudi matin, 25 agents municipaux oeuvrent sur les bâtiments publics, la sécurisation de la voirie. "La priorité, c'est de rouvrir certains accès dans les conditions de sécurité, pour que nos concitoyens puissent accéder sans danger à leur domicile, précise le maire. Quatre portions de route sont coupées : route de Marival, avenue de l'industrie, chemin de Campniac, la partie basse de l'avenue Roosevelt. La rentrée des écoles a pu avoir lieu dans des conditions quasi normales même si deux établissements scolaires n'ont pas de lignes téléphoniques : seule une classe a été inondée à l'école Louis Pergaud, une autre a subi des infiltrations. 

Au parc des Izards, la désolation

Par contre, sur le parc des Izards, c'est la désolation la plus totale. Certains arbres centenaires sont à terre, coupés en deux, le chateau qui abrite le service culturel et la bibliothèque a subi d'importants dégâts sur la toiture. Le site des Izards est fermé jusqu'à nouvel ordre, la fermeture pourrait durer trois semaines.  Aucune manifestation ne pourra avoir lieu avant fin juillet. Une inconnue demeure concernant le centre de loisirs  : il n'est pas certain qu'ii puisse ouvrir lundi "mais tous les enfants seront accueillis, grâce aux moyens mis en oeuvre avec le Grand Périgueux, "assure le maire. L'agglomération périgourdine et la ville centre sont très touchées par cet épisode climatique : de nombreux toits se sont envolés dont le toit du bâtiment qui abrite la rédaction de Sud Ouest. Un carré de tôle de 90 m2 s'est retrouvé dans le parking de l'hôtel Mercure. Dans le quartier du Toulon, les inondations sont impressionnantes : certains habitants se sont retrouvés avec 50 ou 70 cm d'eau dans leur cave. De nombreux commerces tournent au ralenti, voire resteront fermés ce jeudi comme la librairie Marbot où le faux plafond s’est effondré. Toutes les écoles fonctionnent même si certaines comme Maurice-Albe ont été touchées. Le musée Vesunna qui a perdu une partie de son toit ainsi que son parc seront fermés ce jeudi.

Jusqu'à un foyer sur quatre privé d'électricité

Le vent a soufflé jusqu'à 120 km /h et les dégâts sur les réseaux électriques, téléphoniques, filaires sont considérables. Hier soir, on recensait 110 000 foyers sont sans électricité sur le département. Enedis a mis en place 3 cellules de crise à Périgueux, Bergerac et Sarlat. Les équipes d’astreinte sont renforcées avec l'aide des départements voisins. A midi, ce jeudi,  75 000 foyers restaient sans électricité sur le département. A Périgueux, selon la mairie, le rétablissement des lignes basses tensions devrait être achevé autour de 20 heures ce soir.  200 agents mobilisés, des renforts des départements voisins sont attendus dans la journée.Le trafic ferroviaire a été interrompu dès la fin d'après midi hier en raison des nombreux arbres et branches présents sur les voies. Depuis le début de matinées, on assiste à une reprise du trafic pour les lignes Périgueux-Bordeaux et Sarlat – Bordeaux. Des bus de substitution sont mis en place pour les lignes Périgueux-Limoges, Périgueux-Agen et Périgueux-Brive. De nombreuses communes sont impactées et plus particulièrement 135 communes. On ne déplore fort heureusement aucun décès, mais quelques blessés de personnes ayant voulu ramassé les fils électriques à terre. 

Numéro d'appel unique à la chambre d'Agriculture

La Chambre d’agriculture a décidé de mettre en place une cellule de crise avec un numéro d’appel unique pour recevoir les signalements de dégâts agricoles et les besoins d’urgence. La Chambre d’agriculture va ainsi recenser et évaluer l’ensemble des dégâts et des personnes touchées par les violents orages afin de pouvoir communiquer sur la mise en place de potentielles mesures qui seront décidées.  Suite à cette évaluation, la Chambre demandera à ce qu’une suite soit donnée avec l’organisation d’une expertise sur le terrain. Le numéro d’appel unique est le suivant : 05 53 45 19 00. Du côté des productions touchées, de nombreuses filières sont concernées. On a reçu des appels pour des noyers, pruniers et châtaigniers arrachés sur les secteurs de Sorges, Nailhac et Badefols. En Périgord Central, les dégâts recensés concernent les champs de fraises avec des tunnels arrachés et le maïs aussi sévèrement touchés par le vent et la grêle. Et du côté des éleveurs, les inquiétudes sont surtout liés à l'absence d'électricité pour la traite et la sécurité des animaux au pâturage. De nombreux arbres se sont également couchés sur des clôtures en les endommageant et remettant en cause la sécurité des animaux en pâture.  

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Yvard Claude Hélène

Partager sur Facebook
Vu par vous
7561
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !