Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

  • 20/11/18 | Bientôt des travaux sur le pont de l'île de Ré

    Lire

    Le Département de Charente-Maritime, gestionnaire du Pont de Ré, a annoncé hier avoir choisi l'entreprise Vinci Freyssinet pour remplacer le câble du pont de l'île de Ré, dont les techniciens avaient constaté la rupture cet automne. Si l'offre est validée vendredi, les travaux commenceront le 3 décembre pour une livraison fin janvier. Sur les 2 mois de travaux, un va servir à la mise en sécurité du chantier. Coût de l'opération : un peu plus de 2 millions d'euros. La circulation sera maintenue.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | La Dordogne, balayée par de violents orages

05/07/2018 | Hier vers 17 h, un violent orage a touché la Dordogne. Les dégâts sont considérables notamment sur l'agglomération de Périgueux. 135 communes sont très touchées.

Le parc des Izards à Coulounieix Chamiers offre un paysage de désolation

Ce mercredi, aux alentours de 17 h, un fort épisode orageux a touché la Dordogne. De bourrasques jusqu'à 120 km/h ont été enregistrées ainsi que des fortes précipitations. Plus de 400 interventions des sapeurs pompiers ont été déclenchées sur le département. Les dégâts sont importants. La circulation des trains a aussi été interrompue et reprend progressivement. 75 000 foyers sont sans électricité sur le département. Enedis a mis en place 3 cellules de crise à Périgueux, Bergerac et Sarlat. 200 agents mobilisés, des renforts des départements voisins étaient attendus dans la journée.

Pour certains élus, le violent  épisode orageux qui a fortement touché le département de la Dordogne mercredi en fin d'après-midi est pire que la tempête de décembre 1999 en termes de conséquences et de dégâts. Jean-Pierre Roussarie, maire de Coulounieix-Chamiers, une commune de l'agglomération périgourdine, a du mal à cacher son émotion. "On va mettre des mois à remettre notre ville en état.  L'épisode n'a pas duré plus 50 minutes mais il fut d'une violence extrême. Je vais demander le classement de la commune en état de catastrophe naturelle à la préfète de la Dodogne."  Il est tombé 45 mm de pluie (soit 45 litres par mètre carré) à Coulounieix-Chamiers, en quarante minutes, selon les relevés effectués par la station Météo France d’Agen – La Garenne.

Dès hier soir, le maire était avec ses conseillers et ses agents municipaux pour constater les dégâts. Depuis six heures ce jeudi matin, 25 agents municipaux oeuvrent sur les bâtiments publics, la sécurisation de la voirie. "La priorité, c'est de rouvrir certains accès dans les conditions de sécurité, pour que nos concitoyens puissent accéder sans danger à leur domicile, précise le maire. Quatre portions de route sont coupées : route de Marival, avenue de l'industrie, chemin de Campniac, la partie basse de l'avenue Roosevelt. La rentrée des écoles a pu avoir lieu dans des conditions quasi normales même si deux établissements scolaires n'ont pas de lignes téléphoniques : seule une classe a été inondée à l'école Louis Pergaud, une autre a subi des infiltrations. 

Au parc des Izards, la désolation

Par contre, sur le parc des Izards, c'est la désolation la plus totale. Certains arbres centenaires sont à terre, coupés en deux, le chateau qui abrite le service culturel et la bibliothèque a subi d'importants dégâts sur la toiture. Le site des Izards est fermé jusqu'à nouvel ordre, la fermeture pourrait durer trois semaines.  Aucune manifestation ne pourra avoir lieu avant fin juillet. Une inconnue demeure concernant le centre de loisirs  : il n'est pas certain qu'ii puisse ouvrir lundi "mais tous les enfants seront accueillis, grâce aux moyens mis en oeuvre avec le Grand Périgueux, "assure le maire. L'agglomération périgourdine et la ville centre sont très touchées par cet épisode climatique : de nombreux toits se sont envolés dont le toit du bâtiment qui abrite la rédaction de Sud Ouest. Un carré de tôle de 90 m2 s'est retrouvé dans le parking de l'hôtel Mercure. Dans le quartier du Toulon, les inondations sont impressionnantes : certains habitants se sont retrouvés avec 50 ou 70 cm d'eau dans leur cave. De nombreux commerces tournent au ralenti, voire resteront fermés ce jeudi comme la librairie Marbot où le faux plafond s’est effondré. Toutes les écoles fonctionnent même si certaines comme Maurice-Albe ont été touchées. Le musée Vesunna qui a perdu une partie de son toit ainsi que son parc seront fermés ce jeudi.

Jusqu'à un foyer sur quatre privé d'électricité

Le vent a soufflé jusqu'à 120 km /h et les dégâts sur les réseaux électriques, téléphoniques, filaires sont considérables. Hier soir, on recensait 110 000 foyers sont sans électricité sur le département. Enedis a mis en place 3 cellules de crise à Périgueux, Bergerac et Sarlat. Les équipes d’astreinte sont renforcées avec l'aide des départements voisins. A midi, ce jeudi,  75 000 foyers restaient sans électricité sur le département. A Périgueux, selon la mairie, le rétablissement des lignes basses tensions devrait être achevé autour de 20 heures ce soir.  200 agents mobilisés, des renforts des départements voisins sont attendus dans la journée.Le trafic ferroviaire a été interrompu dès la fin d'après midi hier en raison des nombreux arbres et branches présents sur les voies. Depuis le début de matinées, on assiste à une reprise du trafic pour les lignes Périgueux-Bordeaux et Sarlat – Bordeaux. Des bus de substitution sont mis en place pour les lignes Périgueux-Limoges, Périgueux-Agen et Périgueux-Brive. De nombreuses communes sont impactées et plus particulièrement 135 communes. On ne déplore fort heureusement aucun décès, mais quelques blessés de personnes ayant voulu ramassé les fils électriques à terre. 

Numéro d'appel unique à la chambre d'Agriculture

La Chambre d’agriculture a décidé de mettre en place une cellule de crise avec un numéro d’appel unique pour recevoir les signalements de dégâts agricoles et les besoins d’urgence. La Chambre d’agriculture va ainsi recenser et évaluer l’ensemble des dégâts et des personnes touchées par les violents orages afin de pouvoir communiquer sur la mise en place de potentielles mesures qui seront décidées.  Suite à cette évaluation, la Chambre demandera à ce qu’une suite soit donnée avec l’organisation d’une expertise sur le terrain. Le numéro d’appel unique est le suivant : 05 53 45 19 00. Du côté des productions touchées, de nombreuses filières sont concernées. On a reçu des appels pour des noyers, pruniers et châtaigniers arrachés sur les secteurs de Sorges, Nailhac et Badefols. En Périgord Central, les dégâts recensés concernent les champs de fraises avec des tunnels arrachés et le maïs aussi sévèrement touchés par le vent et la grêle. Et du côté des éleveurs, les inquiétudes sont surtout liés à l'absence d'électricité pour la traite et la sécurité des animaux au pâturage. De nombreux arbres se sont également couchés sur des clôtures en les endommageant et remettant en cause la sécurité des animaux en pâture.  

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Yvard Claude Hélène

Partager sur Facebook
Vu par vous
4678
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !