Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

13/02/21 : Charente-Maritime: La préfecture signale des plaques de glace localisées notamment au droit des îlots. La circulation est délicate du côté de Mirambeau, Lorignac, Montendre, Archiac (D699), Jonzac (D28) et Pérignac (D732). Le salage est en cours.

11/02/21 : Après le vote du Sénat, l'Assemblée nationale a elle aussi voté ce 10 février le report des élections régionales et départementales. Elles se tiendront donc les 13 et 20 juin 2021.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

  • 23/02/21 | Une résidence étudiante et un foyer des jeunes travailleurs à Bruges

    Lire

    Mesolia Habitat construit sur l’îlot 5 du site Terrefort à Bruges (33) une résidence étudiante de 49 logements ainsi qu’un foyer des jeunes travailleurs qui se composera de 45 logements. Cette résidence mixte comportera des parties communes comme des bureaux, des espaces cuisine et animation ou encore un espace informatique. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 245 000 euros pour la résidence étudiante et à hauteur de 275 000 pour le foyer des jeunes travailleurs.

  • 23/02/21 | La voie verte se développe dans les Landes

    Lire

    3 870 mètres de voie verte vont être aménagés entre Ondres et Saint-Martin-de-Seignaux dans les Landes. Ce projet, à terme, permettra une connexion à la véloroute Euro-Vélo 3 au niveau des barthes de l’Adour, destination Saint-Jacques-de-Compostelle. La réalisation de cette Vélodysée bénéficie d’une subvention de 167 267 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine, votée lors de la commission permanente du 1er février dernier.

  • 23/02/21 | Charente-Maritime : La tonnellerie Bossuet investit

    Lire

    La tonnellerie familiale, basée à Saint-Simon-de-Bordes en Charente-Maritime, propose des barriques adaptées aux nouvelles solutions de vinification. Elle souhaite engager un plan d’investissement de matériels de production performants qui privilégient les conditions de travail de ses salariés et l’environnement. Pour l’aider dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine vient de lui attribuer une subvention de 145 128 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | La première centrale flotovoltaïque de la région inaugurée dans la Vienne

15/10/2020 | 7 992 panneaux photovoltaïques sur un plan d'eau. Une première en Nouvelle-Aquitaine sur le site d'une ancienne carrière à Saint-Maurice-la-Clouère dans la Vienne.

La première centrale "flotovoltaïque" de Nouvelle-Aquitaine a été mise en service début septembre 2020 à Saint-Maurice-la-Clouère dans la Vienne

Ce 6 octobre était inaugurée à Saint-Maurice-la-Clouère, dans la Vienne, la première centrale flotovoltaïque de Nouvelle-Aquitaine. Il s’agit d’une centrale solaire flottante composée de 7 792 panneaux photovoltaïques, elle permet de produire 3 300 mégawatt-heure chaque année (l’équivalent de la consommation de 700 foyers). Cette structure particulière a été installée sur une ancienne carrière remise en eau. Le conseil municipal de l’époque a immédiatement été emballé par ce projet qui respecte l’environnement et permet la production d’énergies « vertes ». La centrale flotovoltaïque a été mise en service au début du mois de septembre.

Flotovoltaïque, un drôle de mot. « Nous l’avons déposé », précise immédiatement Typhaine Buors, responsable communication externe de Sorégies. Flotovoltaïque donc comme des panneaux photovoltaïques qui flottent. Une idée originale, qui a vu le jour au plan d’eau des Groillons sur le site de la carrière du Rochereau à Saint-Maurice-la-Clouère, à 25 kilomètres au Sud de Poitiers dans la Vienne. Ce mardi 6 octobre, après un peu plus d’un an de chantier, c’était l’inauguration de ce vaste champ de panneaux photovoltaïques. Malgré la grisaille, la luminosité est suffisante pour produire un peu d’électricité, environ 600 kw. Cette centrale de panneaux photovoltaïques flottants fonctionne depuis le début du mois de septembre.
 
Des panneaux sur l'eau 

Pour distinguer ces panneaux, il faut s’approcher d'un plan d’eau. L’ancienne carrière est située en contre-bas de la route. L’installation est impressionnante. La roche est claire  par endroit, trace d’un passé récent d’extraction de pierres. Les 7 992 panneaux sont serrés les uns avec les autres. Les lignes sont tirées au cordeau. On a même l’impression qu’ils sont à plat. « L’inclinaison est assez faible pour capter le plus de luminosité, confirme Hervé Lecomte, directeur des opérations à Sergies, entreprise du groupe Sorégies, spécialisée dans l’aménagement et l’exploitation de moyens de production d’électricité, exclusivement avec de l’énergie renouvelable.
Pour accéder à ces panneaux, il y a des flotteurs. Chacun d’eux peuvent supporter une charge de 80 kilos, ce qui permet aux techniciens d’intervenir sur les boîtiers disséminés sur l’installation ou directement sur un panneau qui serait défaillant. « On ne prévoit pas d’aller sur l’eau souvent, mais un cheminement est possible. Il est assez statique », rassure Hervé Lecomte lors de sa présentation. Les techniciens sont évidemment équipés de gilets de sauvetage et ne peuvent intervenir quand les conditions météorologiques ne sont pas réunies. Si les panneaux ne couvrent pas l’ensemble de la surface du plan d’eau (seulement 3,1 hectares sur les 4,5 de surface d’eau), c’est pour une seule et bonne raison. « Il y a une variation du niveau de l’eau en fonction de la saison. Cela oscille entre 4 et 6 mètres », poursuit Hervé Lecomte. Cette carrière est reliée à la nappe et selon les saisons, la sécheresse ou les crues, cela varie. Cette installation est solidement harnachée sur les bords et au fond du lac. « Les panneaux et les flotteurs sont ancrés à l’aide d'un filin métallique dans la roche. Cela permet de stabiliser la structure. Il fallait assurer le mouvement tout en continuant la production d’électricité ». Et concernant le vent… « Les panneaux résistent à des pointes de plus de 250 km/h ». Ce système de flotteurs ainsi que celui d’ancrage des panneaux solaires sont développés et fabriqués par une l’entreprise lilloise Ciel et Terre depuis quasiment dix ans. 
 
Le président du syndicat énergies Vienne, le maire de Saint-Maurice-la-Clouère, le président du directoire de Sergies, la directrice générale GSM, entre autre, ont inauguré ce mardi 6 octobre la centre flotovoltaïque
Le président du syndicat énergies Vienne, le maire de Saint-Maurice-la-Clouère, le président du directoire de Sergies, la directrice générale GSM, entre autre, ont inauguré ce mardi 6 octobre la centre flotovoltaïque
Réhabiliter une ancienne carrière

Cette centrale flotovoltaïque est la première en région Nouvelle-Aquitaine et la deuxième installation française. L’autre centrale est située à Piolenc au Nord d’Orange (dans le département du Vaucluse). Elle est installée sur un lac artificiel de 50 000 hectares qui accueille 47 000 panneaux solaires pour alimenter près de 5 000 foyers. Cette centrale solaire flottante a été inaugurée l’an dernier en octobre 2019. A Saint-Maurice-la-Clouère, le projet a émergé, il y a plus de trois ans. Michel Pain était alors le maire de la commune de 1 300 habitants. « Il fallait trouver un moyen de réhabiliter ce site », se remémore-t-il. Il y a eu des propositions parfois un peu farfelues selon lui. « Un étang de pêche, un mur d’escalade, une fausse de tir. Beaucoup de choses irréalistes ou irréalisables, poursuit l’ancien premier magistrat de la commune du Sud Vienne. Cependant le conseil municipal a immédiatement été emballé par ce projet. » Valoriser cet espace artificialisé en développant des énergies renouvelables. Voilà ce qu’ont présenté Sergies et GSM, producteur de granulats. 
« Ce site de la carrière du Rochereau a servi notamment pour la production du béton des ouvrages d’art pour la ligne à grande vitesse entre Paris et Bordeaux. La qualité du réaménagement fait partie de notre politique. Produire des énergies renouvelables ici était un bon projet », confirme Sylvie Berhault, directrice générale de GSM. Sergies a donc mis tout en place pour développer ce projet de panneaux flotovoltaïques. « Ce plan d’eau n’était pas pratique pour des activités de loisir, explique Hervé Lecomte. Installer une centrale flotovoltaïque ici n’a pas trop d’impact sur la biodiversité ».
Visiblement ce projet de centrale solaire flottante fait plus l’unanimité par rapport aux champs éoliens… La qualité de l’eau sera régulièrement vérifiée. Les flotteurs sont en polyéthylène haute densité, une matière qui ne présente aucun risque sur les réserves d’eau. « La nature reprend ses droits, confirme le nouveau maire Saint-Maurice-la-Clouère, Laurent Doret. Les ragondins ont commencé à revenir et les canards bientôt feront de même ». Avant de conclure : « Tout a été très vite mais on n'est pas peu fiers d’accueillir la deuxième centrale solaire flottante ».
 
Un peu moins de 8 000 panneaux photovoltaïques sont installés sur les 4,5 hectares du plan d'eau des Groillons à Saint-Maurice-la-Clouère dans la Vienne
Un peu moins de 8 000 panneaux photovoltaïques sont installés sur les 4,5 hectares du plan d'eau des Groillons à Saint-Maurice-la-Clouère dans la Vienne
 
Côté production d’électricité, ces panneaux photovoltaïques fabriqués par l’entreprise locale châtelleraudaise VMH Énergies vont permettre de produire chaque année 3 300 mégawatt. L’équivalent de la consommation d’électricité de 700 foyers (environ 1 400 habitants, soit autant que la commune de Saint-Maurice-la-Clouère). La durée de vie des panneaux est assez importante, puisqu’elle est de trente années minimum. Qui plus est, ils sont entièrement démontables et recyclables. On le sait moins, mais les panneaux photovoltaïques, ça chauffe, ce qui diminue  un peu la productivité. Pour un meilleur rendement donc, le refroidissement des modules se fait naturellement par l’eau. 
 
Une part de financement participatif

Cette installation a coûté 3,5 millions d’euros. Un financement soutenu en partie par la banque européenne d’investissement et par un financement participatif de 150 000 euros mené par la plateforme rochelaise Lumo. La centaine de souscripteurs était locale à 100%, originaires soit de la communauté de communes, soit de la Vienne. « La levée de fonds est terminée aujourd’hui », indique Emmanuel Julien, président du directoire de Sergies. En à peine plus de trois mois, (ce financement participatif a été ouvert en juillet dernier), la somme a été atteinte.
 
Avec la centrale flotovoltaïque de Saint-Maurice-la-Clouère, Sergies assoie sa position de premier producteur public d’énergies renouvelables en Nouvelle-Aquitaine. A son actif, 13 parcs éoliens, 400 000m2 de panneaux photovoltaïques (toiture, sol et désormais eau), des participations dans trois unités de méthanisation agricole. « Cela confirme notre orientation vers de l’énergie 100% renouvelable à l’horizon 2050, appuie Emmanuel Julien. Cette centrale flotovoltaïque est une inauguration forte. Elle permet d’éviter le rejet de 1 000 tonnes de CO2 par an. C’est significatif. Il faut que nous veillons à générer le moins d’impact possible. » Les réalisations de Sergies permettent une production de 361 gigawatt-heure soit 43% de la consommation des clients résidentiels du territoire du syndicat d’énergies de la Vienne. C’est déjà au-dessus de l’objectif fixé par la loi sur la transition énergétique qui est d’atteindre, au niveau national, 32% d’énergie renouvelable d’ici 2030. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
8993
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !