Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | La Science et des lycéens dans le sillage de L'Hermione

02/06/2017 | Des lycéens de La Rochelle missionnés par l'Ifremer ont effectué des recherches dans le sillage de la frégate

Prélèvements de phytoplancton à bord du K.VIII

En 2015, une équipe d’élèves du lycée maritime et aquacole de La Rochelle embarquait à bord de l’Hermione pour son périple jusqu’en Amérique. Dans leur sillage, le K.VIII, un voilier léger, ancien champion de la route du Rhum, avec à son bord un autre équipage de lycéens, chargés d’une mission scientifique par l’Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) : effectuer une série de prélèvements de phytoplancton en Atlantique Nord. La restitution des résultats est tombée fin mai, après deux ans de recherches et un long périple.

« A l’époque, tout est parti d’une demande de la Région, suite à l’annonce de la participation de l’établissement au voyage de L’Hermione, de trouver une idée autour de la frégate. On s’est dit : pourquoi ne pas les suivre ? », raconte Thierry Daguzan, professeur d’EPS au lycée. En cherchant ensemble un objectif, l’un des enseignants a une révélation : « Et si appelait l’Ifremer ? On pourrait effectuer des pêches ou des prélèvements… », propose Catherine Dreveau-Hérault, professeure de Cultures Marines et ancienne chercheuse à l’Ifremer. Après tout, les lycéens sont familiarisés avec l’univers marin et il ne peut être que bénéfique de les confronter au terrain... A la base Ifremer de Concarneau, les chercheurs sont ravis : le trajet de l’Hermione colle peu ou prou à celui d’une expédition scientifique sur les phytoplanctons de l’Atlantique nord menée par des chercheurs norvégiens en… 1910 ! Aucun relevé n’a été effectué depuis. « On connaît mal les phytoplanctons », explique Claude Le Bec, responsable de la station Ifremer de Concarneau. « Seule une dizaine de ces micro-algues est exploitée en aquaculture, nous avons encore beaucoup de choses à apporter ».

Bien sûr, pas question de lâcher les élèves sans préparation : l’Ifremer prépare un protocole rigoureux, fourni du matériel, les professeurs dispensent quelques enseignements complémentaires et les jeunes s’embarquent sur une goélette le temps des essais de la frégate de La Fayette. « Mais ils n’ont eu qu’une seule journée pour s’entraîner avec les filets et tester les manipulations du protocole », se souvient Catherine Dreveau-Hérault, qui avoue s’être fait des cheveux blancs le temps du voyage. « Notre plus grande peur, c’était qu’il y ait une erreur dans la réalisation des procédures et que rien ne soit exploitable au retour ». L’histoire viendra lever ses craintes.

De l'art du protocole scientifique

Du 18 avril au 10 août 2015, quatre équipages de huit à neuf élèves et deux professeurs se succèdent à bord du K.VVIII pendant que douze autres lycéens vogue sur l’Hermione. Mission de l’équipage scientifique : effectuer 12 prélèvements en des points géographiques précis à l’aide d’un minuscule filet ressemblant à une épuisette à mailles très denses. « On essayait tous les deux jours, selon les conditions climatiques », expliquent quatre des lycéens, aujourd’hui en terminale. « La première contrainte était technique, car on devait effectuer les manipulations à l’arrêt, ce qui n’est pas facile les jours de houle. La deuxième, c’est qu’on devait nettoyer le plancton avec de l’eau et un produit spécifique pour éviter sa dégradation une fois en boîte, il ne fallait surtout pas se tromper dans les dosages ! » Une tâche d’autant plus complexe que le phytoplancton est parfaitement invisible à l’oeil nu. « On a même croisé des pêcheurs qui nous disaient « mais, y’a rien dans ton filet » ! », s’amusent encore les jeunes. La pédagogie a donc aussi fait partie de la mission… « On est revenu enrichis et plus soudés », constate l’un d’eux.

Des avancées scientifiques inédites

Enrichie de connaissances également, l’Ifremer. Les 21 échantillons rapportés (et exploitables !) par les jeunes ont permis de faire avancer la recherche sur différents points. « En 2014, nous avions observé une dizaine de micro-algues au large de Quimper qui n’ont rien à faire en Bretagne », explique Claude Le Bec. Comparés avec les résultats de l’expédition de 1910, ces nouveaux prélèvements confirment un réchauffement de l’eau de la façade Atlantique, puisque ces espèces sont d’origines subtropicales. Sur les diverses espèces rapportées, trois rares, dont les chercheurs ont pu pour la première fois obtenir une signature génétique. D’autres se sont révélées être inconnues du monde scientifique et sont encore en cours de description. Une chercheuse de l’Université de l’Oregon, Consuelo Carbel-More, spécialiste mondiale d’une variété de micro-algues, les Pololampadaceae, est même venue séjourner quelques mois à Concarneau pour travailler avec l’Ifremer, ces nouvelles découvertes nécessitant de réviser toute la taxinomie de cette famille de plancton. Plusieurs publications communes sont en cours d’élaboration. Objectif : analyser les migrations de ces micro-algues à travers les océans, car leur présence ou non en dit long sur la température, le PH de l’eau et les conditions de vie de la faune et de la flore sous-marine, le phytoplancton y étant l’aliment de base de bien des êtres vivants…

 

Prélèvements de phytoplancton à bord du K.VIII - fixation de l'échantillon Les lycéens effectuant la fixation de leur prélèvement pour conservation.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Association Le Grand Voyage

Partager sur Facebook
Vu par vous
107312
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !