Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

31/03/20 : La ville de La Rochelle a déposé une plainte lundi suite à un grave cambriolage de l’un de ses équipements de services publics. Du matériel d'entretien et de l’alimentation destinées aux écoles ont été volés. La Police national enquête.

30/03/20 : Transport. Suite à l'interpellation du Conseil Régional par la FNAUT Nouvelle Aquitaine, les prélèvement bancaires des abonnements TER annuels sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.

30/03/20 : Covid-19. 19 professionnels de santé de NA répartis en 2 équipes - 9 et 10 personnes - sont partis en mission de 4 jours au CHR de Metz-Thionville et au CHU de Nancy en lien avec la SNCF et la Mairie de Paris qui coordonnent leur transport.

30/03/20 : L'Université de Bordeaux et la RoboCup Federation, au nom du comité local d'organisation, annoncent le report de la 24ème édition de la RoboCup en France du 22 au 28 juin 2021. L'évènement est donc décalé d'une année.

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/04/20 | Pyrénées-Atantiques: 12 000 tests de dépistage prêts à être déployés

    Lire

    Apres consultation du Préfet des Pyrénées-Atlantiques et de l’ARS Nouvelle-Aquitaine, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département, a décidé de proposer une vaste campagne de dépistage du Covid-19 des personnels médico-sociaux du secteur de l’autonomie dans le 64. L’ensemble des établissements et structures partenaires aura la possibilité de faire tester les 12 000 professionnels du secteur. Les premiers tests, menés par une équipe spécialement formée, seront effectués dès la semaine prochaine. Objectif : "rassurer des professionnels en première ligne auprès des personnes les plus fragiles mais aussi leurs familles".

  • 02/04/20 | Les tours de La Rochelle rendent hommage à tous les aidants

    Lire

    Les Tours de La Rochelle seront éclairées en bleu tout le mois d’avril, du coucher du soleil jusqu’à 1h du matin avec 5 minutes de scintillement toutes les heures en hommage à tous ceux qui sont mobilisés face au Covid-19 : personnels soignants, pompiers, secouristes, ambulanciers, forces de l’ordre, agents de la fonction publique, éboueurs, caissières et caissiers, commerçants, livreurs, et tous ceux qui apportent leur aide. Les images sont retransmises sur: www.larochelle.fr/webcam-en-direct.

  • 02/04/20 | La cité internationale de la bande dessinée et de l'image s'invite chez vous !

    Lire

    La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image vous propose une programmation culturelle en ligne : « La Cité de la BD s’invite chez vous". Chaque semaine l’œuvre d’un auteur est mise à l’honneur. Des séquences pédagogiques, des vidéos exclusives, une programmation cinéma en ligne et de nouveaux regards sur le neuvième art sont disponibles en ligne. Découvrez sans plus attendre les richesses de la Cité de la BD : citebd.org

  • 02/04/20 | En Dordogne, les marchés de Piégut et de Nontron autorisés

    Lire

    Après des engagements pris de réorganisation et de mesures sanitaires, les marchés de Piégut Pluviers et de Nontron sont à nouveau autorisés. Celui de Piégut, qui a lieu chaque mercredi est limité à 15 stands avec un choix d'exposants habitant dans un rayon de 15 kilomètres autour de la cité. Celui de Nontron avait été refusé par la préfecture dans un premier temps et il pourra finalement se tenir le samedi matin. Il est réorganisé sur la place près de l'ancien Spar et limité à dix stands.

  • 02/04/20 | L'Hermione a besoin de nouvelles voiles

    Lire

    L'association Hermione-La Fayette a lancé une opération de financement participatif sur son site internet. L'objectif est d'obtenir suffisamment d'argent pour remplacer les 17 voiles de la frégate. Les donations permettront d'acheter le tissu nécessaire à la confection des 2100 m2 de voilure en lin, fabriquée sur mesure à l'Arsenal de Rochefort. A partir de 10€ de don, l'association s'engage à mettre le nom du donateur sur un drapeau de 15 m, hissé en haut du mât lors du prochain voyage.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le Centre d'études biologiques de Chizé (79) fête ses 50 ans

10/09/2018 | Le CEBC souffle ses 50 bougies cette année. Une soixantaine de personnes (chercheurs, ingénieurs, techniciens, étudiants, contractuels) effectuent des recherches dans le domaine de l'écologie.

Le CEBC a fêté ses 50 ans. Une journée de conférences, débats, table ronde et projections était organisée dans les locaux de Villiers-en-Bois (79).

Au coeur de la forêt domaniale de Chizé, dans le sud du département des Deux-Sèvres, à Villiers-en-Bois, se situe le CEBC (Centre d'études biologiques de Chizé). Ce centre, rattaché au CNRS et à l'université de La Rochelle, partenaire de l'INRA, fait progresser les connaissances sur l'écologie d'animaux sauvages confrontés aux perturbations de leur milieu naturel. Il collabore également avec l'université de La Rochelle, de Poitiers et de Bordeaux : un puits de sciences biologiques, en région Nouvelle-Aquitaine qui travaille sur des thématiques actuelles. Aujourd'hui les différentes publications des trois équipes de recherche du CEBC sont diffusées et écoutées dans le monde entier.

Ce vendredi 7 septembre, le Centre d'études biologiques de Chizé (CEBC) fêtait ses 50 ans. Discours, conférences, tables rondes, témoignages étaient au programme de cette journée. L'occasion de présenter les thèmes de recherche des trois équipes rattachées à ce centre : Ecophy (mécanismes d'adaptation des vertébrés), Prédateurs marins (changements climatiques en milieu marin), Agripop (changements d'usage des terres et la conservation de la biodiversité). A l'année, une soixantaine de personnes y travaillent (chercheurs, ingénieurs, techniciens) et pour moitié des étudiants ou des contractuels. 

Au service de l’écologie

Christophe Guinet est directeur du CEBC depuis un peu plus d'un an. « Il y a une réelle complémentarité entre les laboratoires de recherche et les enjeux écologiques. On ne peut pas juste se contenter de comprendre. On est dans une situation d'urgence écologique, on est au coeur de ces questions et on doit essayer d'apporter des éléments réponses », alerte-t-il. 

Il  fait partie d'une des équipes des recherche, celle des prédateurs marins. Il observe notamment le déplacement des éléphants de mer, « en direct » grâce à un système de balise. Il a noté quelques changements dans les comportements des animaux au fil des années.

Autre équipe de recherche : Ecophy qui étudie l’écophysiologie des reptiles, des batraciens et les oiseaux c'est-à-dire les réponses comportementales et physiologiques des organismes à leur environnement. Olivier Chastel, directeur de recherche, travaille sur l'influence des perturbateurs endocriniens. Avec son équipe, ils ont mené une recherche sur l'impact du glyphosate auprès de 2000  tétards. Les résultats font froid dans le dos. « Même en mettant une faible dose de glyphosate dans l'aquarium, il y a des réactions sur la morphologie des tétards, voire on observe une mortalité chez certains d'entre eux », avertit le chercheur. Son équipe se rend également à l'autre bout du monde en terre Australe afin d'y mener des recherches sur les animaux.

Agripop est la troisième unité de recherche qui étudie les changements d’usages des terres agricoles et la conservation de la biodiversité. Les chercheurs travaillent localement sur une zone atelier. Il s'agit d'un espace où se développe une démarche scientifique spécifique en s’appuyant sur des observations et des expérimentations pour y mener des études faisant appel à plusieurs disciplines.  Ici, c'est la Zone Atelier Plaine & Val de Sèvre, une plaine céréalière au sud de Niort qui s’étend autour du Centre d’Etudes Biologiques de Chizé sur 450 km². Pour moitié de sa superficie, elle bénéficie aussi du statut de Zone de NATURA 2000 désignée pour la biodiversité remarquable des espèces d’oiseaux. Elle est composée de 450 exploitations agricoles avec 13 000 parcelles agricoles. L'occupation du sol a été inventoriée depuis 1994. Des études ont par exemple poussé à préconiser la fin de l'utilisation des niccotinoïdes et la réduction des pesticides et autres herbicides. Actuellement les chercheurs travaillent sur l'amélioration des rendements céréaliers en réduisant les engrais. De nouvelles cultures vont voir le jour. Du moins, ils l'espèrent.

Des moyens supplémentaires

On ne fête pas tous les jours ses 50 ans. A cette occasion, de grands chercheurs ont fait le déplacement, des hommes politiques et même Luc jacquet, le réalisateur du célèbre film La Marche de l'empereur. Côté politiques, que ce soient Gilbert Favreau, président du conseil département des Deux-Sèvres, ou Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, tous ont pris conscience de la nécessité d'un tel centre d'études. « Je rencontre régulièrement les acteurs qui travaillent ici. Ils sont dans une réflexion permantente face à la disparition de certaines espèces », confie Gilbert Favreau. 

Alain Rousset, qui a découvert l'existence de ce centre il y a trois ans... « C'était en lisant Le Monde, un dossier de plusieurs pages consacré au CEBC », en a profité pour faire des annonces sur l'engagement de la région dans l'agriculture de demain.  « On a un tel besoin au niveau de l'agriculture. Il faut accompagner le changement au niveau de la région, il faut aller plus loin. » La  Nouvelle-Aquitaine veut mettre en place un centre d'intelligence économique agricole en lien avec les coopératives, les chambres d'agriculture, tous les acteurs de ce domaine. « Il faut qu'on y trouve un peu l'âme d'un incubateur, un lieu de transfert d'intelligence », confie Alain Rousset. Il aimerait que la région soit pilote sur la sortie des pesticides. « Je n'ai pas les capacités législatives ni règlementaires. Mais le temps presse, il faut tout mettre en oeuvre pour les nouvelles façons de faire de l'agriculture », conclut-il

Quant au CEBC, (qui avait failli disparaître dans les années 1980), aujourd'hui il paraît ancré dans le monde de la recherche à plusieurs échelles. Que ce soit au niveau régional, national voire international. « L'objectif est de devenir une station expérimentale. Il faut pour cela avoir la capacité d'accueillir des équipes de recherche qui viendront se former au CEBC », explique le directeur, Christophe Guinet. Mais tout cela a un coût puisqu'il faudrait réhabiliter deux bâtiments de cette ancienne base de l'OTAN. Ce  sont les futures générations d'écologues qui permettront de diffuser les connaissances scientifiques vers la société. « Nous sommes un peu des scientifiques au service de l'urgence écologique », résume Christophe Guinet.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
8088
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !