15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

  • 11/10/17 | Bassin de Lacq: "Une occasion manquée" pour EELV

    Lire

    En 2040, la France devrait cesser l'extraction d'hydrocarbure, sauf sur le Bassin de Lacq. Une décision, généralement saluée ici mais que "déplorent" Françoise Coutant, V-P de la Région chargée du climat et de la transition énergétique (EELV) et J-François Blanco, élu régional écologiste qui accusent "le lobbying des députés béarnais" de "condamner le site à moyen terme, les industriels [n'ayant] plus d'intérêt à anticiper les conséquences du dérèglement climatique. Populations et environnement en pâtiront (et) les travailleurs des sites concernés risquent selon eux d’y perdre leur activité lorsque les gisements seront taris"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Le château Guiraud, 1er grand cru certifié bio dans le bordelais

28/02/2012 |

Xavier Planty, dans ses vignes

C'est en quelque sorte une révolution de velours. Le château Guiraud, grand vin blanc liquoreux dans le Sauternes est désormais certifié en bio. C'est le 1er grand cru dans le bordelais à décrocher le précieux sésame. Tout ceci est le fruit du choix d'un homme passionné, l'un des propriétaires, Xavier Planty, qui a engagé cette démarche en 1996. Le logo Agriculture biologique (AB) va apparaître au printemps sur l'étiquette du millésime 2011 de château Guiraud. Preuve, que les mentalités évoluent dans les plus hautes strates des viticulteurs de la région.

Quand vous arrivez au château Guiraud, premier grand cru classé en Sauternes, Xavier Planty, 55 ans, co-propriétaire vous parle d'abord de la biodiversité sur son terroir, avant même de vous parler du vin. « Nous avons 635 espèces d'insectes différents contre 200 en agriculture conventionnelle. C'est exceptionnel », se félicite-t-il. Tel est un symbole, face au château, poussent 170 pieds de tomates, toutes de variétés différentes, souvent rares. Tout ceci est le fruit d'un travail accompli depuis plusieurs années pour convertir les 100 hectares de vignes en bio. Faisant fi des sarcasmes de ses voisins, il a laissé pousser l'herbe dans les allées, s'est remis à labourer la terre, a réensemencé les sols et a réintroduit six kilomètres de haie. Fini les produits chimiques, place aux engrais et fertilisants organiques (composts, fumiers...). « Un écosystème s'est recréé », observe, admiratif, cet ingénieur agronome. Ainsi, les guêpes maçonnes, qui mangent des vers parfois porteurs de maladies pour les vignes, sont revenues en nombre. Un travail récompensé par le « best of pratiques environnementales » de la région bordelaise en 2008. A l'origine, c'est la mort d'un cancer, en 1994, d'un ami chef de culture ayant passé sa vie au milieu des produits chimiques qui l'a convaincu de "travailler autrement".

Le bio, une philosophie, pas un argument commercial
Fier d'avoir réussi son pari et heureux d'être en harmonie avec la nature, Xavier Planty ne cache pas sa satisfaction. En effet, le pari était osé. Ici, l'hectare de vigne est estimé à plus de 150 000 €... Les premières années, il a craint de perdre une partie importante de sa récole. Mais, aujourd'hui, pour lui, le bio est une évidence, si l'on veut préserver des terroirs d'exception. « Les sols ont été abîmés par 50 ans d'utilisation intensive de pesticides», déplore-t-il. « Les gens sont sensibles à ce que nous faisons pour produire en respectant la planète », fait-il remarquer. Et, ce mode de production n'est pas forcément beaucoup plus coûteux. « Nous avons réinvesti les économies faites en produits chimiques dans la main d'œuvre ». Les effectifs ont été portés à 35 employés permanents. Car, produire en bio nécessite d'être plus attentif, afin d'éviter que des maladies comme le mildiou ne se développent. Avant chaque épisode pluvieux, par exemple, il est nécessaire de protéger la vigne. « Maintenant, le chef de culture, c'est la nature », avance Xavier Planty. A cet égard, la production a été réorganisée. Le travail n'est plus segmenté par tâches. Les équipes sont réparties par parcelles de vignes. « Notre succès a inspiré d'autres viticulteurs », se réjouit-il. Il est vrai que Xavier Planty sait faire partager sa passion. Pour les visiteurs, par exemple, il a créé un sentier botanique, où chacun pourra découvrir son hôtel à insectes, l'allée de platanes, bordée de variétés d'orchidées sauvages, sa station naturelle de retraitement des eaux usées. Par ailleurs, il a aussi fondé à Guiraud un conservatoire pour maintenir la mémoire historique des cépages blancs de notre vignoble bordelais. Une centaine de souches y sont précieusement gardées. C'est un exemple à suivre. Mais, pour l'heure, même si l'Aquitaine est la troisième région en terme de surface viticole bio, peu de domaines classés ont franchi le pas. Mais, selon Xavier Planty, "les mentalités évoluent. Les choses vont bouger".

                                                                                                                         Nicolas César

Crédit photo : Aqui!

Partager sur Facebook
Vu par vous
504
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !